Une frappe aérienne israélienne blesse le poète de Gaza qui a inspiré la grande marche du retour

Publié le

Une frappe aérienne israélienne blesse le poète de Gaza qui a inspiré la grande marche du retour

Le poète palestinien Ahmed Abu Artema a été grièvement blessé lors d'une frappe aérienne israélienne le 24 octobre qui a également tué cinq membres de sa famille, dont son fils de 12 ans. Artema a contribué à inspirer la Grande Marche du retour, une série de non-violentes à Gaza qui ont commencé en 2018, lorsque des milliers de Palestiniens ont marché vers la clôture militarisée qui les séparait de leurs maisons ancestrales en Israël, bravant les tirs meurtriers des tireurs isolés israéliens qui ont tué des centaines de personnes et en ont blessé des milliers d'autres. Artema a parlé avec La démocratie maintenant ! à propos des manifestations de masse de 2019. « Les Palestiniens de Gaza sont en dans une véritable prison », a-t-il déclaré. « Lorsque des dizaines de milliers de Palestiniens participent à la Marche du retour, ils veulent dire que nous n'avons jamais renoncé à notre droit au retour. »

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant !, démocratienow.org. Je m'appelle Amy Goodman.

Nous passons maintenant à une mise à jour sur un ancien invité qui est apparu sur La démocratie maintenant ! Une frappe aérienne israélienne a tué cinq membres de sa famille. Il s'agit de la famille du poète, journaliste et militant pacifiste gazaoui Ahmed Abu Artema, qui a survécu à l'explosion mais a été grièvement blessé. Parmi les morts figurent son fils de 12 ans. Il a contribué à inspirer la Grande Marche du Retour, une série de manifestations hebdomadaires non-violentes à Gaza qui ont débuté en 2018. Israël a répondu aux manifestations en tuant plus de 200 manifestants, dont 46 enfants.

Lire aussi  Au moins 39 demandeurs d'asile sont morts après un incendie dans une prison pour migrants au Mexique

Artema a récemment écrit un article pour La nation Le magazine titrait « Gaza est en train d'être tuée ». Nous avons désespérément besoin de votre aide. » Artema a écrit, je cite : « Israël nous a envoyé un message très clair lorsqu'il a répondu à notre manifestation pacifique par une telle effusion de sang : peu importe si vous essayez de réaliser vos revendications de non-violente. Nous allons vous tuer et vous priver de vos droits, peu importe, » il a écrit.

En 2019, je l'ai interviewé dans notre studio ici à New York.

AHMED ABU ARTEMA : Lorsque moi et certains de mes amis avons été invités à la Marche du Retour, beaucoup de gens ont répondu à cet appel, car c'était un cri pour la vie. Cela exprimait la volonté de vivre dans nos cœurs, Palestiniens. Les Palestiniens de Gaza sont en réalité dans une véritable prison. Ils vivent dans une véritable prison. Et ils ne remplissent aucune des conditions fondamentales de la vie humaine. Et avant cela, 75 % des Palestiniens à l'intérieur de Gaza sont des réfugiés. Cela signifie que leurs villages et villes d'origine se trouvent au-delà de la barrière, la barrière israélienne. Ainsi, lorsque des dizaines de milliers de Palestiniens participent à la Marche du retour, ils veulent dire que nous n'avons jamais renoncé à notre droit au retour. C'est notre droit normal, et ce droit est fondé sur la résolution 194 des Nations Unies.

Et de l'autre côté, ils voulaient dire que nous voulons la vie et rien que la vie. Nous sommes en réalité ici, dans la prison de Gaza. Nous sommes en train de mourir. Nous mourons faute de médicaments, de nourriture, de travail, d'emplois, d'usines. Des centaines d'usines ont été détruites au cours des dix dernières années par les attaques israéliennes. Alors ces gens sont en quête d'espoir. Ils veulent de l'espoir. Ils veulent une vie digne. La Marche du Retour est un cri de vie. On frappe à la porte. Quand il y a une personne dans une prison sans nourriture, sans médicaments, alors elle n'a d'autre choix que de frapper à la porte, d'essayer de s'échapper vers la vie. C'est exactement ce que les Palestiniens ont fait à Gaza. Ils ont dit à Israël : notre volonté de vivre est plus forte que le désespoir. Alors on continue. Nous voulons lutter. Et nous luttons pour la vie. Nous luttons pour l'humanité. Nous luttons pour la justice.

AMY GOODMAN : Et donc les gens protestent. Ils participent à cette manifestation de masse hebdomadaire. Et vous avez été accueilli par une réponse massive de l'armée israélienne.

AHMED ABU ARTEMA : Ouais.

AMY GOODMAN : Parlez de ce qui se passe lors de ces manifestations du vendredi autour de la clôture.

AHMED ABU ARTEMA : Yeah Yeah. Certaines personnes m'ont demandé, et certains journalistes m'ont demandé : « Pourquoi les Palestiniens continuent-ils à protester malgré le prix élevé des victimes et des blessés ? Je leur réponds, les Palestiniens continuent leur protestation, parce que c'est leur seul choix. Ils n'ont pas d'autres choix. Ils tentent de s'échapper vers la vie. Ainsi, lorsque les gens ont participé à la Marche du Retour, à cette manifestation, ils se sont approchés de la clôture qui les séparait de leurs villages et de leurs villes, et les gens se sont rassemblés pacifiquement.

AMY GOODMAN : C'était le poète, journaliste et militant pacifiste de Gaza, Ahmed Abu Artema, qui s'exprimait sur La démocratie maintenant ! en 2019. Une frappe aérienne israélienne a tué cinq membres de sa famille. Il a été grièvement blessé.

Lire aussi  Les syndicats iraniens ont mené des grèves de solidarité inspirantes au milieu du soulèvement

Nous parlerons ensuite à un Israélien qui a aidé à négocier un échange de prisonniers avec le Hamas en 2011, qui a libéré le soldat israélien Gilad Shalit après cinq ans, en échange de la liberté de plus de 1 000 prisonniers palestiniens. De retour dans une minute.

Avatar de Charles Briot