Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme confirme que les forces israéliennes ont tué Shireen Abu Akleh

Publié le

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme confirme que les forces israéliennes ont tué Shireen Abu Akleh

Confirmant les conclusions de plusieurs enquêtes journalistiques majeures, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a déclaré vendredi que les forces israéliennes avaient tiré les coups de feu qui ont tué la bien-aimée. Al Jazeera la Shireen Abu Akleh et a blessé sa collègue le mois dernier alors qu'ils couvraient un raid en Cisjordanie occupée.

Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a déclaré dans un communiqué qu'il était « profondément troublant que les autorités israéliennes n'aient pas mené d'enquête criminelle » au cours des six semaines qui ont suivi le meurtre d'Abou Akleh, qui a suscité l'indignation internationale.

« Au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, nous avons terminé notre surveillance indépendante de l'incident », a déclaré Shamdasani. « Toutes les informations que nous avons recueillies – y compris les informations officielles de l'armée israélienne et du procureur général palestinien – concordent avec la conclusion selon laquelle les tirs qui ont tué Abu Akleh et blessé son collègue Ali Sammoudi provenaient des forces de sécurité israéliennes et non de tirs aveugles de forces armées. Palestiniens, comme l'avaient initialement affirmé les autorités israéliennes.

« Nous n'avons trouvé aucune information suggérant qu'il y ait eu une activité de Palestiniens armés à proximité immédiate des  », a ajouté Shamdasani.

Les conclusions de l'organisme de l'ONU sont intervenues quelques jours après New York Times a publié son enquête montrant que « la balle qui a tué Mme Abu Akleh a été tirée depuis l'emplacement approximatif du convoi militaire israélien, très probablement par un soldat d'une unité d'élite ».

Lire aussi  Un projet de loi destiné à protéger les journalistes pourrait finir par dynamiser les médias d’extrême droite

« Les preuves examinées par le Fois a montré qu'il n'y avait aucun Palestinien armé à proximité d'elle lorsqu'elle a été abattue », a noté le journal. « Cela contredit les affirmations israéliennes selon lesquelles si un soldat l'avait tuée par erreur, c'était parce qu'il avait tiré sur un tireur palestinien. »

Le mois dernier, deux semaines après le meurtre, CNN De même, il a conclu qu'« il n'y a eu aucun combat actif, ni aucun militant palestinien près d'Abou Akleh dans les instants qui ont précédé sa mort ».

« Vidéos obtenues par CNN« , corroborés par les témoignages de huit témoins oculaires, d'un analyste audio-légal et d'un en armes explosives, suggèrent qu'Abu Akleh a été abattu lors d'une attaque ciblée par les forces israéliennes », a rapporté le média.

Les conclusions des principales publications confirmées Al JazeeraC'est la première réponse d'Abu Akleh au meurtre d'Abu Akleh. Dans un communiqué publié peu après que son correspondant palestinien ait reçu une balle dans la tête, le réseau de médias Al Jazeera a accusé Israël de « cibler et tuer délibérément notre collègue ».

« Al Jazeera tient le gouvernement israélien et les forces d'occupation pour responsables du meurtre de Shireen », a déclaré la chaîne. « Il appelle également la communauté internationale à condamner et à tenir les forces d'occupation israéliennes responsables du ciblage et du meurtre intentionnels de Shireen. »

L'organisme des Nations Unies chargé des droits de l'homme a déclaré vendredi que « conformément à notre méthodologie mondiale de surveillance des droits de l'homme, notre bureau a inspecté des photos, des vidéos et des enregistrements audio, visité les lieux, consulté des experts, examiné les communications officielles et interrogé des témoins ».

Lire aussi  Les grands médias occultent le colonialisme de peuplement dans leur couverture de Gaza

Le bureau a ensuite présenté ses conclusions :

Le 11 mai 2022, peu après 6 heures du matin, sept journalistes, dont Shireen Abu Akleh, sont arrivés à l'entrée ouest du camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, pour couvrir une opération d'arrestation en cours par les forces de sécurité israéliennes et les affrontements qui ont suivi.

Les journalistes ont déclaré qu'ils avaient choisi une rue latérale pour leur approche afin d'éviter la présence de Palestiniens armés à l'intérieur du camp et qu'ils avaient procédé lentement afin de rendre leur présence visible aux forces israéliennes déployées dans la rue. Nos constatations indiquent qu'aucun avertissement n'a été émis et qu'aucune fusillade n'a eu lieu à ce moment et à cet endroit.

Vers 6h30, alors que quatre des journalistes tournaient dans la rue menant au camp, portant des casques pare-balles et des gilets pare-balles portant l'inscription « PRESS », plusieurs balles isolées, apparemment bien ciblées, ont été tirées dans leur direction en provenance des forces de sécurité israéliennes. . Une seule balle a blessé Ali Sammoudi à l'épaule, une autre balle a touché Abu Akleh à la tête et l'a tuée sur le coup. Plusieurs autres balles isolées ont été tirées alors qu'un homme non armé tentait de s'approcher du corps d'Abu Akleh et d'un autre journaliste indemne qui s'abritait derrière un arbre. Des coups de feu ont continué à être tirés tandis que cet individu a finalement réussi à emporter le corps d'Abu Akleh.

« Le droit international des droits de l'homme exige une enquête rapide, approfondie, transparente, indépendante et impartiale sur tout recours à la force entraînant la mort ou des blessures graves », poursuit le communiqué de l'ONU. « Les auteurs doivent être tenus responsables. »

Lire aussi  Le Minnesota devient le 4e État à offrir des repas gratuits à tous les enfants des écoles publiques

Jeudi, une vingtaine de sénateurs américains ont appelé le président Joe Biden à veiller à ce que le gouvernement américain soit directement impliqué dans les enquêtes sur le meurtre d'Abu Akleh, un citoyen américain.

Jusqu'à présent, l'administration Biden a refusé de jouer un rôle, insistant sur le fait que le gouvernement israélien devrait diriger l'enquête. Plus tôt ce mois-ci, à la suite de CNNDans le cadre de l'enquête, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a affirmé que les faits relatifs au meurtre d'Abou Akleh n'avaient pas été « établis ».

Dans leur lettre à Biden jeudi, les 24 sénateurs américains ont écrit que « le gouvernement américain a l'obligation de veiller à ce qu'une enquête complète, impartiale et ouverte sur sa mort par balle soit menée – une enquête dans laquelle toutes les parties peuvent avoir pleinement confiance dans la conclusions ultimes.

« Afin de protéger la liberté de la presse », ont-ils ajouté, « une enquête approfondie et transparente doit être menée sous les auspices des États-Unis pour découvrir la vérité et établir les responsabilités dans le meurtre de ce citoyen et journaliste américain ».

Avatar de Charles Briot