La loi israélienne sur les agressions sexuelles ne vise pas à protéger les femmes. C’est une question de pureté raciale.

Publié le

A woman, flanked by protesters behind her carrying the Israeli flag, holds a sign reading

Le 30 juillet, la Knesset israélienne a adopté une loi sur les agressions sexuelles démontrant, comme le dit le seul journal libéral d'Israël, que les « processus fascistes battent leur plein ».

La loi double la peine pour les infractions d'agression sexuelle « motivées par des considérations nationalistes », quelle que soit la manière dont elles sont définies. En d'autres termes, les agressions sexuelles perpétrées par des Arabes contre des Juifs seront passibles de peines plus sévères si les procureurs prouver que l'agresseur était motivé par des préjugés nationaux ou raciaux.

Ses sponsors étaient des membres de la Knesset du parti d'extrême droite Otzma Yehudit (Pouvoir juif) et du parti de droite Yisrael Beiteinu ; ce dernier fait officiellement partie de l'opposition – démontrant qu'en Israël, le sentiment anti-arabe est une force unificatrice malgré de féroces querelles intestines. La plupart des membres de l'opposition n'ont même pas pris la peine de se présenter et de voter contre le projet de loi. C'est passé 39-7.

À l'instar d'autres lois israéliennes discriminatoires, la loi ne mentionne pas explicitement la race ou l'origine ethnique, mais son intention est claire. Pour prétendre qu'Israël n'est pas un État raciste, ces lois sont parfois formulées de manière vague, mais leur structure ou leur pouvoir discrétionnaire en matière de poursuites garantit des résultats discriminatoires : il est très peu probable que la loi soit appliquée aux agressions sexuelles perpétrées par des hommes juifs contre des femmes arabes, comme le prévoit la loi. la législation ne vient pas en réaction à une éventuelle augmentation des violences sexuelles entre Arabes et Juifs, qui restent moins courantes que les violences sexuelles interraciales. Lorsque les membres de l'opposition à la Knesset ont demandé à la police israélienne et au ministère de la Défense des données sur les crimes sexuels à motivation nationaliste, leurs réponses sont restées vides.

Au lieu de cela, les auteurs de la législation ont clairement exprimé leurs intentions. Yulia Malinovsky, membre de la Knesset représentant le parti Yisrael Beiteinu, dénonce depuis longtemps le prétendu « terrorisme sexuel perpétré par des hommes arabes contre des femmes juives » et son homologue, Limor Son Har-Melech, du parti Pouvoir juif, a déclaré lors d'une audition en commission que le le but de la loi est de protéger l'honneur des femmes juives des hommes arabes. De plus, le terme juridique « motivations nationalistes » est principalement utilisé dans les affaires de terrorisme et presque exclusivement appliqué aux citoyens arabes. En qualifiant les agressions sexuelles de violence nationaliste, la loi autorise les poursuites pour de tels crimes en vertu des lois antiterroristes de l'État.

Lire aussi  Les 12 derniers mois ont été les plus chauds que le monde ait connu au cours des 125 000 dernières années

La législation s'est heurtée à l'opposition de nombreuses organisations de défense des droits des survivants, qui ont souligné l'absurdité de poursuivre les affaires en fonction de la race. « Un juif ultra-orthodoxe qui viole une fille de 12 ans cause-t-il moins de blessures ou de dégâts qu'un Arabe palestinien qui viole une fille de 12 ans ? » a écrit l'organisation féministe haredi israélienne Nivcharot dans un mémoire soumis à la Knesset.

La nouvelle loi ne fera rien pour aider les survivants d'agressions. Au contraire, cela les rend complices de poursuites racistes.

La législation fait également suite à une autre loi discriminatoire sur les peines qui permettrait la révocation de la citoyenneté des Arabes reconnus coupables de terrorisme. « Un Arabe qui commet un délit est un citoyen conditionnel », a déclaré Ahmed Tibi, député palestinien à la Knesset, alors que le vote final se déroulait. « Si un Juif commet le même délit ou un délit plus grave, il ne pense même pas à lui retirer sa citoyenneté. » Ce projet de loi a été adopté par 94 voix contre 10, seuls les membres arabes de la Knesset ayant voté contre. La récente surabondance de lois manifestement discriminatoires, et la possibilité qu'elles soient invalidées par la Haute Cour, illustre les enjeux du conflit en cours autour du contrôle judiciaire. La droite israélienne cherche à saper l'autorité de la Cour, en partie pour empêcher les juges d'annuler des lois ouvertement racistes.

La « menace du métissage » arabe

La surveillance raciste des corps palestiniens par Israël se concentre de plus en plus sur la prétendue « menace » que les hommes arabes font peser sur les femmes juives. Une caractéristique récurrente des régimes coloniaux est la représentation des hommes autochtones comme des bêtes sexuelles qu'il faut surveiller, sous peine de violer la pureté de la nation, symbolisée par la chaste femme blanche.

Lire aussi  Les véhicules électriques peuvent produire des niveaux plus élevés de pollution des océans et de l’air à cause des émissions des pneus

Par exemple, aux États-Unis, colonisés et ségrégués, aucun acte n'a plus offensé les Blancs du Sud qu'un viol présumé ou un comportement sexuel entre un homme noir et une femme blanche. La lignée blanche devait être « protégée » contre l'homme noir. En tant que tel, les mariages mixtes ont été interdits dans la plupart des États américains jusqu'en 1967. Aimer contre Virginie décision. Que les relations soient consensuelles ou non n'avait aucune importance pour les racistes, qui lynchaient les hommes noirs pour renforcer les strictes entre les corps noirs et blancs. L'Allemagne nazie a interdit les relations sexuelles entre gentils et juifs, et les Allemands accusés d'avoir couché avec des juifs ont été exhibés dans les quartiers comme des traîtres à leur race.

La nouvelle loi israélienne sur les agressions sexuelles est également critiquée par le chœur croissant d'extrême droite obsédé par les fréquentations potentielles et les mariages mixtes entre Arabes et Juifs, en particulier entre hommes arabes et femmes juives. Le fait que les relations entre Arabes et Juifs soient rares n'a pas empêché l'extrême droite israélienne d'insister sur cette question.

En 2015, Naftali Bennet, alors ministre de l'Éducation, a interdit dans les lycées israéliens un livre décrivant une histoire d'amour arabo-juive parce que, selon ses termes, le livre « menace l'identité juive » et encourage le « métissage ». En 2014, des membres de Lehava, un groupe suprémaciste juif inspiré par l'idéologie de feu Meir Kahane, qui prônait le nettoyage ethnique contre les Arabes, ont protesté contre le mariage d'un citoyen musulman avec une femme juive convertie à l'islam. Debout devant la salle de banquet du couple, ils ont scandé « Arabes, méfiez-vous, ma sœur n'est pas un jeu équitable » et « Pas d'existence avec les Arabes ».

Lire aussi  La Cour suprême a rejeté l'appel des démocrates à une enquête sur Thomas avec une seule phrase

Le fondateur de Lehava a appelé à incendier des églises et ses membres ont été reconnus coupables d'avoir incendié une école arabo-juive. Dans les années 1980, Kahane était un soldat solitaire dont les discours étaient boycottés par l'ensemble de la Knesset. Aujourd'hui, ses descendants servent dans la coalition au pouvoir et sont ministres, notamment en charge de la police nationale et du contrôle israélien sur la Cisjordanie occupée.

L'obsession particulière pour les relations arabo-juives fait partie d'une obsession plus large pour les mariages mixtes entre juifs. Les responsables israéliens, depuis le président Isaac Herzog, qui a qualifié cela de « fléau » avant de revenir sur ses propos, jusqu'au ministre Rafi Peretz, qui l'a comparé à un « deuxième holocauste », ont dénoncé à plusieurs reprises les mariages mixtes entre juifs et non-juifs.

Pour une nation obsédée par l'équilibre démographique entre Arabes et Juifs, chaque mariage juif avec un non-juif est traité comme une « menace à la sécurité nationale ». Il n'est pas étonnant que la Haute Cour israélienne, en confirmant une décision de 2011 qui limitait le droit des citoyens palestiniens de se marier et de conférer la citoyenneté aux conjoints des territoires palestiniens occupés, ait jugé qu'une telle allocation serait « une prescription pour un suicide national ». Il convient également de noter qu'Israël n'autorise pas les mariages civils, qui nécessitent que les mariages juifs et non juifs soient célébrés à l'étranger.

C'est dans ce contexte d'obsession coloniale du maintien de la ségrégation entre les races qu'Israël a adopté sa récente loi sur les agressions sexuelles. Le contrôle des corps des femmes juives et des hommes arabes, et le fait de considérer les deux comme antithétiques, fait écho aux systèmes passés de et d'apartheid, et cette dernière législation laisse présager encore plus de lois racistes pour les Palestiniens.

Avatar de Charles Briot