De nouveaux documentaires explorent la censure et la suppression de l’histoire en Israël

Publié le

A Jewish protestor waves the Israeli flag next to a bonfire started by a mob who looted the back of a passing vehicle loaded with maps of the Gaza Strip in front of the Neve Dekalim settlement in the Gaza Strip on August 14, 2005.

Deux films projetés lors du dernier festival du film Autre Israël ont examiné le vol des histoires collectives et personnelles des Palestiniens et des Israéliens par le gouvernement israélien et sa machine militaire.

Les documentaires de ces deux cinéastes ont pour objectif explicite de remettre en question les héritages historiques mis en jeu par le gouvernement israélien et les partisans de la hasbara. Suivant les traces des Nouveaux historiens israéliens, les réalisateurs Karnit Mandel et Assaf Banitt se sont efforcés de montrer au public israélien les réalités de la « construction d'une nation ».

Une guerre de bobines : Shalaal est réalisé par Mandel, un chercheur dans les archives de l'industrie cinématographique et télévisuelle israélienne qui découvre des images brutes non identifiées étiquetées comme « Archives de Tsahal et de l'établissement de défense ». Les bobines ont été trouvées dans les archives de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Beyrouth. Ainsi commence la quête de Mandel pour en savoir plus sur l'histoire du matériau sur lequel elle est tombée et sa trame de fond.

Mordechai Bar-On, un historien, examine des images de familles palestiniennes travaillant et suggère que la chronologie se situe dans les années 1930, coïncidant avec les débuts du cinéma palestinien. Le professeur Mustafa Kabha identifie les images capturant la vie quotidienne à la maison et au marché, construisant ainsi une histoire visuelle de l'existence palestinienne. Le réalisateur palestinien Sabri Jaresh a immédiatement reconnu les images lorsqu'il les a visionnées. Jaresh a reconnu qu'ils se trouvaient dans des archives israéliennes parce que pendant la guerre du Liban en 1982, les Israéliens ont pris des « camions » de pellicules de l'Institut d'études palestiniennes (une branche universitaire de l'OLP fondée en 1965). « C'était mon travail », dit-il.

Anan Barakat, réalisateur et critique de cinéma palestinien observant des écolières palestiniennes vêtues d'uniformes impeccables, compare les images à celles d'avant 1964. « Lorsque vous prenez un appareil photo et que vous l'utilisez pour filmer, vous commencez à vous sentir libre. Que vous avez le pouvoir », a déclaré Barakat.

Le revers de la médaille est une mémoire consciemment filtrée initiée par l'État. « La mémoire historique de ma génération consiste en une collection d'images visuelles, d'images de films, de journaux, d'informations télévisées », remarque Mandel dans Une guerre de bobines. « Ce que nous avons vu sur les photos s'est produit. Ce que nous n'avons pas vu n'est jamais arrivé. »

Dans ses efforts pour obtenir une « autorisation spéciale » du gouvernement israélien pour visionner davantage de séquences, Mandel s'est retrouvée face à un adversaire redoutable. Elle a déposé d'innombrables demandes écrites car tout était classifié. Toute sortie était soumise à approbation. Les appels téléphoniques répétés à la responsable des archives des Forces de défense israéliennes (FDI), Ilana Alon, sont restés sans réponse.

Il y a un ton condescendant dans une grande partie des commentaires des participants israéliens. Le colonel Dr Barry Michelson, historien militaire et officier du renseignement, donne son avis sur l'histoire de l'OLP. « Je tiens à vous rappeler, dit-il à Mandel, qu'il n'y avait pas de Palestiniens en 1964. Ce concept a été inventé plus tard. Pressé par Mandel, il annonce catégoriquement : « Tout butin de guerre appartient à Tsahal ».

Lire aussi  Notre lutte contre la censure doit aller au-delà de la résistance aux interdictions de livres

« L'Opération Karameh », qui, selon Sabri Jiryis, « a marqué le début de la lutte face-à-face (palestinienne) Israël », illustre ce concept. Elle s'est déroulée huit mois après la guerre de 1967. Le Premier ministre Levi Eshkol a interdit de rendre compte de l'opération en temps réel et l'histoire complète n'a été divulguée qu'en 1984. Mandel a continué à creuser et a trouvé le camp de réfugiés d'Al Baqa'a à 80 kilomètres au nord-est de Karameh, d'où les habitants ont fui en mars 1968.

Lorsqu'Alon répond enfin aux demandes de Mandel, elle l'informe que les bobines palestiniennes ont été « restituées (à Israël) dans le cadre des accords d'Oslo ». Alon qualifie les suggestions contraires de « sorte de mythe urbain ». Ne voulant pas accepter cela au pied de la lettre, Mandel contacte un négociateur israélien en chef depuis Oslo pour obtenir une réponse claire. La réponse revient sans équivoque : « Des millions pour cent. Non. »

Des plans couleur de mères palestiniennes assistant à des cours de puériculture et des images de Jaffa avant l'État, où les exportations d'agrumes étaient un élément clé de l'industrie palestinienne, racontent une partie d'une histoire.

Jiryis, regardant des images d'une décennie avant 1948, réfléchit à la manière dont ce matériau forme la « mémoire ». Y a-t-il un effort israélien pour créer une « amnésie collective » pour le peuple palestinien afin de lui refuser la trace de son héritage culturel et politique ? Atef Soura, un spécialiste palestinien du cinéma, a souligné que « les Israéliens méritent également de le voir ». Le professeur Mustafa Kabha a déclaré : « Il y a ce désir de couvrir et d'effacer les couches de la mémoire palestinienne. »

Alors que la plupart des représentants israéliens demandent : « Pourquoi le rendre (aux Palestiniens) ? d'autres voient la réalité en jeu. Bar-On, qui a édité les « albums de la victoire » de Tsahal, admet que l'objectif était de rendre l'armée sympathique « aux Israéliens et à elle-même ». Il dit dans le film : « Les Arabes n'étaient pas une question centrale pour nous. Ils ont été vaincus. Ils ont été déportés. Ils constituaient une minorité insignifiante. Il reconnaît : « Nous n'avons pas compris toute l'histoire. Il y a eu des viols, des expulsions, des pillages. Il a conclu : « Nous devons affronter la vérité. Nous le devons à nous-mêmes. Aussi, pour eux, même quand ce n'était pas joli.

La condamnation la plus ferme du comportement israélien est venue du Dr Yaacov Lozowick, archiviste d'État pendant les années où Mandel faisait des recherches (2011-2018). Il n'a pas pu donner d'interview alors qu'il occupait ce poste, mais il est apparu à l'écran dans Une guerre de bobines. Il avait contesté ses supérieurs au sujet de documents « non ouverts » pour des raisons « illégitimes dans un État démocratique ». Lozowick dit que le rôle des archives « est de montrer ses documents au public ». Il a indiqué qu'une « infime partie » pourrait devoir rester classifiée, mais pas dans le domaine du « récit historique ».

Lire aussi  Israël intensifie ses frappes aériennes sur des zones supposées « sûres » au 11ème jour de bombardement

En 2018, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a signé un amendement à la loi sur les archives. Il a prolongé la « période de secret » de toutes les informations contenues dans les archives de Tsahal de 70 à 90 ans. Dans le film, Lozowick a remis en question l'embargo et a souligné que la motivation ne devrait pas être « parce que nous souhaitons cacher une partie de la véritable histoire ».

Mandel a demandé à Lozowick pourquoi il avait démissionné. « Parce que les forces engagées en faveur du statu quo étaient bien plus puissantes qu'un seul archiviste d'État », a-t-il répondu.

L'opinion du soldat

L'opinion du soldat, réalisé par Assaf Banitt, présente un récit différent mais tout aussi troublant. Encore une fois, les entités critiques en jeu sont l'armée israélienne et les responsables gouvernementaux. Cette fois, ils prennent sur eux de lire les lettres personnelles des soldats de Tsahal sous couvert de protéger la sécurité nationale. En réalité, il s'agit d'exploiter la conscience collective et d'utiliser des informations collectées pour formater une « base de données » brute permettant de suivre les émotions, selon le film.

L'espionnage a commencé en 1948, pendant la « Guerre d'Indépendance », lorsque le ministre de la Défense voulait « prendre le pouls » de l'attitude des soldats ; un mélange de problèmes de contrôle et de surveillance de Big Brother.

Au départ, il y avait peut-être un désir de surveiller la violence contre la population locale, mais cela s'est transformé en un contrôle du moral au combat, des opinions politiques, de l'état d'esprit et de l'orientation sexuelle. L'unité militaire de censure postale était composée principalement de femmes. Dans L'opinion du soldat, plusieurs ont parlé de protéger les soldats contre « le bizutage, la nourriture rance et le manque de sommeil ». Chaque censeur était rattaché à un , créant ainsi un « lien » avec l'auteur de la lettre.

Il y avait beaucoup à analyser. Un soldat a dit à sa famille : « Je ne veux pas mourir à 19 ans. » Lorsque la solitude s'installe et qu'un meilleur ami meurt, un autre homme raconte comment sa tristesse s'est transformée en un désir de vengeance. Il écrit : « Il est difficile de décrire comment nous devenus des meurtriers du jour au lendemain. »

Laissant de côté l'image intériorisée et profondément enracinée du « Juif impuissant », la transformation du traumatisme a joué un rôle idéologique important dans la formation de l'identité israélienne. Par conséquent, de nombreuses personnes interviewées pour le film étaient fières de s'identifier comme des « soldats de premier ordre ». D'autres témoignent de leur choc et de leur dégoût. Une femme écrit son incrédulité quant au fait qu'un « soldat juif venant d'une belle maison casher puisse maltraiter les gens de manière aussi horrible ». À plusieurs reprises, les dépêches font état de « consternation, amertume, déception et dégoût de soi ». Ils remettent en question le front intérieur : « Où est notre éthique juive ? Ils rejettent les motivations avancées par le gouvernement israélien comme raisons de se battre.

Lire aussi  Un documentaire suit un journaliste guatémaltèque qui s'est infiltré pour dénoncer le génocide

L'armée pousse constamment le message : « Sacrifiez vos vies pour le bien du collectif, de la nation. » Le professeur Yagil Levy commente la manière dont les échelons supérieurs ont travaillé pour « générer de l'hostilité » entre les immigrants du Moyen-Orient et les armées arabes – en mettant l'accent sur la destruction de leurs identités d'origine. Plutôt que de faire fonctionner l'armée comme un égaliseur, l'objectif était d'« occidentaliser » tout le monde. Une hiérarchie était en jeu, avec les Juifs ashkénazes en haut et les Juifs kurdes et marocains en bas.

En 1967, avec les incursions dans les terres palestiniennes de Khan Yunis et de Naplouse, une double réflexion émerge. Les soldats étaient soit épris de se sentir comme un « conquérant romain… avec un immense empire à gouverner », soit dépassés par les « rencontres humaines et les dilemmes moraux » auxquels ils étaient confrontés. Plusieurs stationnés dans la bande de Gaza établissent des parallèles avec l'histoire des Juifs sous le nazisme.

Le Dr Ze'ev Lehrer, maître de conférences au Centre académique Peres, discute de la contradiction entre la croyance répandue selon laquelle l'armée israélienne est une « opération d'autodéfense » alors qu'« une autre vérité est révélée ». Dans le film, Levy explique que l'objectif de l'armée était d'écraser une situation où « les tensions internes et les doutes ont trouvé leur chemin ».

Des millions de lettres ont été « lues, censurées et classées pendant 50 ans ». Comme L'opinion du soldat Le souligne, l'armée israélienne a toujours eu une conception selon laquelle ceux-ci servaient de « propriété de l'État ». L'objectif était de favoriser la mentalité militaire, et non le « point de vue humain ».

Yitzhak Rabin, alors ministre de la Défense, a rendu visite aux troupes dans les territoires occupés en 1989. Bien qu'il ait été accueilli par des anecdotes positives, le ton était radicalement différent lorsqu'il a lu leurs lettres. Les questions sur la moralité de Tsahal prédominaient. Pour reprendre les mots de l'un d'eux : « La situation me fait me détester moi-même et l'armée ».

Avec l'avènement de la technologie, la rédaction de lettres a diminué. En 1998, l'unité de censure a pris fin. Les publications et profils sur les réseaux sociaux sont désormais « surveillés, analysés et traités » et signalés aux militaires et au gouvernement.

Aujourd'hui, avec le nouveau gouvernement israélien antilibéral de droite au pouvoir, la question est de savoir si les gens sur le terrain sont prêts à remettre en question les récits historiques précédemment acceptés ?

Avatar de Charles Briot