Je suis le petit-fils des survivants de l’Holocauste et j’appelle au cessez-le-feu dès maintenant

Publié le

Je suis le petit-fils des survivants de l’Holocauste et j’appelle au cessez-le-feu dès maintenant

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Enveloppés de drapeaux israéliens, des milliers de manifestants et d'élus se sont rassemblés sur le National Mall en début de semaine. Les images troublantes du rassemblement bipartisan en soutien aux attaques génocidaires d'Israël contre les Palestiniens me hantent toujours. « Laissons Israël terminer le travail », pouvait-on lire sur une devenue virale sur les réseaux sociaux. La foule a interrompu plusieurs orateurs en scandant « Pas de cessez-le-feu ».

Le rassemblement mettait en vedette John Hagee, le fondateur des Chrétiens unis pour Israël, qui a déclaré un jour que « Dieu a envoyé Adolf Hitler pour aider les Juifs à atteindre la terre promise ». Hagee a été rejoint par des dirigeants démocrates et républicains qui se sont tenus la main devant le Capitole des États-Unis : le nouveau président de la Chambre, Mike Johnson, qui a attaqué les soins de santé trans et s'est opposé au mariage homosexuel, a été rejoint par le sénateur Chuck Schumer, le plus haut gradé juif. élu aux États-Unis. Tous deux ont pris la parole lors du rassemblement aux côtés de Hagee.

Le rassemblement a affirmé haut et fort qu'Israël bénéficie du soutien inconditionnel du gouvernement américain. Mais le peuple américain ne soutient pas l'attaque israélienne contre Gaza, que les spécialistes de l'Holocauste considèrent comme un génocide. Des sondages récents montrent que plus des deux tiers de la population américaine soutiennent un cessez-le-feu, et moins d'un tiers soutiennent l'envoi d'armes en Israël.

Au cours du mois dernier, j'ai regardé des vidéos de dévastation et de pertes impensables. Israël a bombardé des écoles et des hôpitaux palestiniens. Israël a demandé aux Palestiniens de quitter leurs maisons, pour ensuite les bombarder en transit. Au moment de la rédaction de cet article, plus de 11 000 Palestiniens ont été tués à Gaza, soit un habitant sur 200 de la prison à ciel ouvert. Des milliers de Palestiniens tués sont des enfants.

Face à cette terrible dévastation, des millions de personnes à travers le monde se sont rassemblées pour agir en solidarité et s'opposer à ce génocide.

Au cours du mois dernier, des milliers d'autres Juifs et moi-même avons rejoint Jewish Voice for Peace pour agir afin de mettre fin au soutien américain au génocide israélien en Palestine. Tout d'abord, devant la maison du sénateur Schumer, où j'ai été arrêté avec plus de 60 autres personnes appelant à un cessez-le-feu et à la fin de l'aide militaire américaine à Israël. Puis, dans la rotonde du bâtiment des bureaux de la Chambre, j'ai rejoint plus de 300 rabbins, juifs et autres personnes de conscience arrêtés pour avoir protesté contre le soutien américain au génocide en cours du peuple palestinien. Le vendredi soir suivant, des milliers d'entre nous sont descendus au Grand Central Terminal, remplissant le Grand Concourse de chants en écho de « cessez-le-feu maintenant ! » Pas plus tard que la semaine dernière, des centaines d'entre nous ont embarqué sur des ferries pour Liberty Island et ont fait entendre leur voix jusqu'à la Statue de la Liberté, faisant ainsi voir et entendre notre message à travers le monde.

Lire aussi  Un groupe de réflexion de droite et les héritiers de Walmart derrière la dernière attaque contre des enseignants de l'Arkansas

Notre mouvement est fort et il grandit. Des millions de personnes à travers le monde appellent leurs gouvernements à cesser de soutenir le génocide israélien du peuple palestinien. Des militants indigènes ont utilisé des canoës pour bloquer les bateaux transportant des bombes à destination d'Israël. Les résistants à la guerre du Missouri ont fermé leurs usines d'armement. Les syndicats belges et espagnols ont déclaré qu'ils ne chargeraient pas de navires transportant des armes vers Israël. Le lendemain de l'attaque par la police de Washington d'une veillée organisée devant le bâtiment de la Convention nationale démocrate, des manifestants ont fermé des ponts majeurs dans la Bay Area, à Montréal et à Boston – et tout cela en une seule journée. Au cours du mois dernier, les places publiques, les ponts et les gares du monde entier ont été remplis de drapeaux palestiniens et d'appels à la justice. Les tactiques et les objectifs ont été divers mais l'objectif était unifié : libérer la Palestine.

Ces actions courageuses et cruciales montrent aux gens que nous pouvons agir ensemble. Nous pouvons exercer notre pouvoir collectif. Nous pouvons unir nos voix et œuvrer pour un monde sans apartheid, sans génocide, sans bombes qui tombent sur les gens chez eux, dans les écoles et les hôpitaux.

La fermeture des infrastructures qui soutiennent cette guerre est un moyen pour nous tous de récupérer notre agence. C'est ainsi que nous disons haut et fort : « Pas en notre nom ». Alors que nous regardons les Palestiniens persévérer malgré le pire de l'humanité, c'est la seule manière que je connaisse de trouver l'espoir.

Lire aussi  500 manifestants perturbent la gare de Philadelphie et exigent un cessez-le-feu avec Israël

J'ai grandi juif aux États-Unis et j'ai été baigné dans la propagande sioniste pendant la majeure partie de mon enfance. On m'a dit que la survie de mes grands-parents à l'Holocauste était la raison pour laquelle nous avions besoin d'un État juif.

Au lycée, mon père et moi avons assisté avec hésitation à une réunion de Jewish Voice for Peace, au cours de laquelle une femme qui avait passé du temps en Cisjordanie a partagé ce dont elle avait été témoin au cours de ses voyages. J'étais choqué. Je ne pouvais pas croire qu'Israël construirait des autoroutes séparées, démolirait les maisons des gens et restreindrait l'accès des Palestiniens à l'eau. Au début, il était difficile d'accepter ces faits tels qu'ils étaient. Des années d'endoctrinement ont rendu difficile l'abandon d'un récit sur Israël qui n'était pas vrai.

Abandonner ce faux récit a nécessité d'ouvrir mon esprit à de nouvelles voix et idées. En écoutant les histoires des Palestiniens, j'en ai appris davantage sur l'histoire du sionisme et de la Nakba, l'expulsion forcée de plus de 750 000 Palestiniens de leurs foyers en 1948. J'ai dû accepter un changement de paradigme. J'ai abandonné les propos alarmistes qui me disaient que la seule façon pour moi d'être en sécurité était de faire souffrir un autre groupe de personnes. J'ai abandonné tout sentiment de fierté et de protection à l'égard d'un pays fondé sur les déplacements forcés et je suis revenu aux valeurs de liberté et de justice pour tous.

Je n'ai pas appris tout cela par moi-même. En discutant avec d'autres juifs antisionistes, je me suis engagé dans l'idée qu'Israël n'a pas le monopole du judaïsme. Ensemble, nous avons créé de nouvelles communautés juives, celles qui considèrent la résistance au sionisme comme un élément fondamental de l'être juif. Mes communautés juives antisionistes organisent des dîners de shabbat, étudient la Torah, célèbrent les fêtes et rêvent ensemble d'un avenir meilleur. Nous lisons des poèmes de Juifs de la diaspora, chantons des chansons écrites par des amis et créons de nouvelles traditions. En construisant ces communautés alternatives, j'ai commencé à considérer les histoires de l'Holocauste de mes grands-parents comme une raison de m'opposer à toute nation qui vise à expulser, opprimer et anéantir un autre groupe de personnes.

Lire aussi  Les douanes et la protection des frontières mettent les migrants en cage à l’extérieur au milieu d’une vague de chaleur

En travaillant aux côtés des Palestiniens, j'ai appris à avoir de l'espoir, à être courageux et à diriger avec cœur. Ahed Tamimi, une Palestinienne arrêtée et détenue par l'armée israélienne à l'âge de 16 ans, l'a exprimé avec force. « Je ne suis pas une victime de l'occupation », a déclaré Tamimi. « Le juif ou l'enfant de colon qui porte un fusil à 15 ans, ce sont les victimes de l'occupation. Pour moi, je suis capable de faire la distinction entre le bien et le mal. Mais pas lui. Sa vision est brouillée. Son cœur est rempli de haine et de envers les Palestiniens. C'est lui la victime, pas moi. Je dis toujours que je suis un combattant de la liberté. Je ne serai donc pas la victime.

Le mouvement de solidarité palestinienne exige que chacun de nous écoute les Palestiniens sur le terrain qui font face à une répression brutale et nous de recueillir une once du courage dont ils font preuve chaque jour. Pour faire preuve de solidarité en Palestine, nous devons défier les tambours de la guerre et réclamer justice. Soutenir la libération palestinienne offre à chacun de nous l'opportunité de défendre courageusement et farouchement ce qui est juste, ainsi que la dignité et l'humanité de tous. Même si cela peut signifier nous rendre vulnérables au doxxing, au harcèlement, à la perte d'emploi ou à la violence perpétrée par la police, nous savons qu'utiliser notre voix et notre corps pour soutenir la Palestine est le seul moyen de mettre fin aux atrocités que les Palestiniens sont contraints d'endurer.

Nous savons que continuer à s'exprimer et à agir est la seule voie vers l'espoir. Aucun d'entre nous ne pourra mettre fin à cette injustice à lui seul. Mais ensemble, nous pouvons marcher vers un monde meilleur et le construire étape par étape.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire