Je renonce à ma citoyenneté israélienne. Voici pourquoi.

Publié le

Je renonce à ma citoyenneté israélienne.  Voici pourquoi.

Le 6 novembre, je devais avoir rendez-vous au consulat israélien à New York pour commencer ma demande de renonciation à ma citoyenneté israélienne. Ce matin-là, j'ai finalisé une lettre d'explication à la population israélienne et à l'autorité de l'immigration pour expliquer mon raisonnement. À cette époque, l'État d'apartheid d'Israël, les Forces de défense israéliennes (FDI) et les colons de Cisjordanie avaient déjà commis d'innombrables atrocités au cours des seules semaines précédentes. bombardement des hôpitaux, des écoles et des églises, tuant et mutilant des de Palestiniens et en déplaçant des milliers d'autres. Le génocide auquel nous avons assisté depuis le 7 octobre n'est qu'un chapitre horrible des décennies de pure brutalité et d'inhumanité du projet sioniste de colonisation de la Palestine. C'est clair continuation de la Nakba, du vol de terres palestiniennes et du nettoyage ethnique et du génocide continus du peuple palestinien depuis et avant 1948.

En 2017, après que les forces israéliennes ont arrêté Ahed Tamimi, alors âgée de 16 ans (la détention et les abus physiques, sexuels et mentaux d'enfants palestiniens par Israël ne sont pas rares ; depuis, ils ont de nouveau arrêté Tamimi le 6 novembre, bien qu'elle ait été libérée). Le 30 novembre, dans le cadre d'un échange de prisonniers), j'ai commencé à assister à des rassemblements organisés par Within Our Lifetime, où j'ai entendu Nerdeen Kiswani parler de la renonciation à la citoyenneté comme voie à suivre pour les Israéliens – et l'idée a germé dans ma tête. Je vis à New York depuis 2012, mais j'ai grandi dans une famille israélo-sioniste et je ne peux pas exprimer la honte que j'éprouve pour la participation de ma propre famille aux violences sionistes. Même si je n'ai pas servi dans l'armée israélienne pour des raisons médicales, je ne peux pas ignorer ma position de colon. Comme des millions d'Israéliens, j'ai également été délibérément maintenu dans l'ignorance par l'État et son système éducatif. Cependant, une fois que vous désapprenez la propagande sioniste, vous ne pouvez plus revenir en arrière ; le monde a tellement plus de sens, et cela ressemble à ce que j'ai entendu parler de ceux qui ont échappé à une secte. Après avoir surmonté quelques obstacles juridiques, j'ai finalement fixé mon rendez-vous de renonciation au consulat israélien en septembre et je l'ai confirmé une semaine avant. Le matin du rendez-vous, j'ai reçu un avis d'annulation en raison d'un « incident de sécurité » dans l'immeuble. Comme j'avais toujours prévu de rendre publique ma renonciation et que j'avais travaillé sur ma lettre d'explication, j'ai décidé de la publier sur les réseaux sociaux, où elle s'est largement répandue. Malheureusement pour Israël, sa dernière campagne génocidaire a permis à la lettre de bénéficier d'une plus grande visibilité. Le 20 novembre, je me suis rendu au rendez-vous reporté, mais on m'a refusé la possibilité de soumettre ma candidature, car je n'ai pas les papiers prouvant que je n'ai pas servi dans Tsahal (je n'y ai pas accès). Cet article d'opinion est donc un moyen de clarifier davantage pourquoi j'ai choisi d'adopter une approche très publique pour renoncer à ma citoyenneté et pourquoi j'encourage les autres à le faire également.

Lire aussi  Les Palestiniens condamnent la visite d'un ministre israélien d'extrême droite sur un lieu saint islamique

Depuis la publication de ma lettre, m'ont demandé comment j'avais pu désapprendre la propagande sioniste. Même si je me suis toujours considéré comme étant de gauche, j'ignorais beaucoup de choses. Ma rééducation a commencé après que Daniel Pantaleo, de la police de New York, a tué Eric Garner, et j'ai commencé à assister aux manifestations de Black Lives Matter. Les amis noirs avec qui j'étais en communauté – et à qui je n'ai jamais vraiment pu remercier le temps et les efforts qu'ils ont consacrés à m'éduquer – m'ont appris l'histoire fondamentale du maintien de l'ordre et du racisme aux États-Unis dont j'ai été témoin ou ont participé à davantage de manifestations comme celles organisées dans les musées. à travers la ville qui a exposé les relations interconnectées de l'oppression. J'ai suivi de plus en plus d'érudits, d'artistes et d'organisateurs noirs et autochtones de couleur sur les réseaux sociaux. J'ai commencé à comprendre la relation entre les États-Unis et Israël, la lutte pour la libération de la Palestine et les peuples opprimés du monde entier.

J'ai appris d'Angela Davis la solidarité entre ceux de Ferguson, dans le Missouri, et les Palestiniens qui ont offert aux organisateurs des outils concrets pour faire face à une force de police militarisée entraînée par Israël, et j'ai appris de Nick Estes ce qu'il en était du pétrole, de la terre et du colonialisme de peuplement aux États-Unis. lutte contre le Dakota Access Pipeline. Un moment particulièrement révélateur a été lorsque j'ai lu le livre de Roxanne Dunbar-Ortiz « Une histoire des peuples autochtones des États-Unis » et que j'ai vu les mêmes mythes qu'on m'a enseignés en Israël se refléter dans l'idéologie colonialiste des États-Unis dont j'ai également appris. Harsha Walia sur la violence des frontières ; de Mariame Kaba sur le maintien de l'ordre et l'abolition des prisons ; et j'apprends constamment d'Imani Barbarin sur le capacitisme et le handicap comme fil conducteur qui relie toutes les formes d'oppression. Et j'ai eu la chance d'apprendre auprès de Palestiniens comme Noura Erakat ce qu'il en était de l'apartheid israélien. D'autres Israéliens comme Ilan Pappe ont contribué à démêler certains des mythes que le sionisme raconte au monde. C'est grâce à cet apprentissage toujours croissant et à ma compréhension de mon rôle de colon aux États-Unis que j'ai pu réfléchir et comprendre mon rôle de colon ayant grandi en Palestine colonisée et la nature interconnectée des luttes des Palestiniens, de la lutte en cours le génocide à Gaza, les millions de personnes déplacées et tuées en République démocratique du Congo et au Soudan, et la militarisation des forces de police ici aux États-Unis, comme nous le voyons dans l'exemple flagrant de Cop City à Atlanta – pour ne citer que quelques-unes des luttes actuelles.

Le sionisme moderne, qui a émergé dans les années 1800, est un projet colonial de peuplement contraire à l'éthique, immoral et maléfique, maintenu par les mensonges, le racisme, la propagande et le soutien des superpuissances mondiales ayant leurs propres intérêts dans cette région riche en ressources. Il ne peut pas fournir un « refuge » aux Juifs, et le sionisme est contraire aux valeurs juives. Nous le voyons dans la manière dont le gouvernement, actuellement dirigé par le Premier ministre fasciste génocidaire Benjamin Netanyahu, est prêt à tuer des Israéliens, des otages (dont certains ont raconté le 7 octobre et leur séjour en Israël). captivité qui ne correspondent pas au discours israélien sur le comportement impitoyable, insensé et barbare du Hamas), et le personnel des organisations médicales internationales et des Nations Unies lors des bombardements de Gaza. Nous le voyons dans la répression des manifestations en Israël – dont les Palestiniens ont critiqué la nature. Nous le voyons dans la manière dont Israël traite les survivants israéliens de l'Holocauste, dont un tiers vit en dessous du seuil de pauvreté et doit parfois choisir entre la nourriture et d'autres produits de première nécessité. On pourrait aussi facilement faire valoir que l'antisémitisme est bénéfique pour une colonie de colons construite et entretenue par la peur de ses colons. Il est donc dans l'intérêt d'Israël d'allumer les feux de l'antisémitisme, rendant ainsi les Juifs mondial moins sûr. Le fondateur du sionisme politique moderne, Theodor Herzl, a lui-même affirmé que les antisémites « deviendront nos amis les plus fiables, et les pays antisémites nos alliés ».

Lire aussi  Les conseils d’administration des bibliothèques progressistes peuvent bloquer la censure de droite. Voici comment.

Vivant en Israël, j'ai vu à quel point la fabrication de l'histoire et la déshumanisation des Palestiniens ont contribué à créer une société et une culture qui célèbrent et exigent la mort des Palestiniens. Les Palestiniens sont dépeints comme vouloir commettre un génocide en scandant : « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre », un chant qui représente la libération de l'occupation et l'égalité pour tous. Cependant, ce sont les Israéliens et les Sionistes qui utilisent non seulement des discours fascistes, génocidaire rhétorique, mais aussi matériellement faire en sorte qu'il en soit ainsi: promulguer des pogroms ; faire respecter les clôtures et les  ; couper l'approvisionnement en électricité, en nourriture et en eau à des millions de personnes ; démolir des maisons; et de nettoyage ethnique, comme le monde entier l'a vu à maintes reprises et en particulier dans cette campagne sanglante et impitoyable visant à éviscérer Gaza. Le chirurgien Ghassan Abu Sitta, qui a travaillé sans relâche à Gaza auprès d'innombrables blessés, a formulé à juste titre la situation ainsi : « Nous sommes confrontés à une machine à tuer déguisée en État ». La clarté de ce moment montre que, autant les Palestiniens se consacrent à la vie, à l'eau et à la terre, autant Israël et les sionistes se consacrent à la mort et à la destruction.

C'est pourquoi Israël est si terrifié aujourd'hui : les mensonges et la propagande ne peuvent tout simplement pas contrecarrer la vérité écrasante à laquelle nous avons accès grâce aux journalistes et aux habitants de Gaza, comme Motaz Azaiza, Plestia Alaqad, Refaat AlareerBisan Owda, Eman Basher, et d'autres qui risquent non seulement leur propre vie pour partager ce qu'ils peuvent, mais aussi celle de leur famille, alors qu'Israël les cible en guise de punition (au moment de la publication de cet article, Israël a tué 50 journalistes palestiniens et trois journalistes libanais) . Pendant ce temps, les journalistes des médias grand public comme Bel Trew et Sara Sidner et des médias comme Le New York Times, Le gardienet CNN ont fabriqué le consentement d'Israël pour commettre ce génocide en agissant comme des sténographes, en répétant la propagande du gouvernement américain et d'Israël sans la remettre en question et en perpétuant des stéréotypes violemment racistes et islamophobes.

Lire aussi  Les douanes et la protection des frontières mettent les migrants en cage à l’extérieur au milieu d’une vague de chaleur

La réponse à ma lettre a été extrêmement favorable. J'ai bloqué tout sioniste qui me contactait, comme un Israélien qui m'a envoyé un message direct sur Instagram disant : « Qu'est-ce que ça fait de ne pas avoir d'amis ou de famille ? Mais j'ai reçu des messages sincères de Palestiniens m'invitant chez eux et dans leur famille, certains me disant même qu'ils ne connaissaient personne qui n'avait pas lu ma lettre. Le peuple libanais, un peuple qui a aussi énormément souffert de la violence sioniste, m'a offert une communauté et une famille. De nombreux Juifs antisionistes ont réagi, certains cherchant désormais à entreprendre une action similaire. Pendant un petit moment, les tendres réponses à ma lettre m'ont ému jusqu'aux larmes. J'ai senti, et je sens toujours, que je ne le méritais pas et je souhaite prendre l'espace ici pour remercier profondément chaque personne qui a contacté, commenté ou partagé ma lettre. Il ne m'échappe pas qu'en tant qu'Israélien juif ashkénaze blanc, la réponse a été majoritairement positive, alors que mes amis et d'autres sont tués, subissent du doxxing, d'horribles abus et violences racistes et islamophobes, des intimidations et des répercussions économiques pour avoir choisi de parler contre le génocide ou simplement exister.

Notre appel pour une Palestine libre exige que nous comprenions que cela ne nécessitera pas une simple action individuelle mais un travail collectif. Cela prendra du temps et de l'engagement. Cela exige de la clarté dans notre lutte anticoloniale et la centralisation des voix palestiniennes. Cela exige que nous nous protégions mutuellement – ​​du maccarthysme, du maintien de l'ordre et des décès et invalidités sanctionnés par l'État dans le cadre de notre pandémie actuelle de SRAS – en portant un masque de haute qualité, en nous couvrant et en nous protégeant de la surveillance. Ensemble, notre détermination doit être ferme et résiliente, comme celle des oliviers.

Chaque partie morale et éthique de mes os, de ma chair et de mon âme ne me laisse qu'une seule option viable : renoncer sans équivoque à ma citoyenneté israélienne. Mohammed el-Kurd a déclaré : « Nous chantons pour notre liberté pendant qu'eux chantent pour notre mort, cela devrait vous dire tout ce que vous devez savoir sur l'État colonisateur. » C'est pourquoi je choisis de dire : Du fleuve à la mer, la Palestine volonté sois libre.

Prisme est une rédaction indépendante et à but non lucratif dirigée par des journalistes de couleur. Nous faisons des reportages à partir de la base et aux carrefours de l'injustice.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire