Israël compte 10 000 prisonniers palestiniens et fait face à des allégations d’abus généralisés

Publié le

Israël compte 10 000 prisonniers palestiniens et fait face à des allégations d’abus généralisés

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Les groupes soutenant les prisonniers politiques palestiniens exigent que le Comité international de la Croix-Rouge intervienne en faveur des milliers de Palestiniens de Gaza, de Jérusalem-Est occupée et de Cisjordanie qui sont désormais incarcérés par les forces d'occupation israéliennes.

Cet appel à l'action fait suite à la mort de deux Palestiniens récemment arrêtés, et il répond également aux allégations des défenseurs des prisonniers politiques faisant état de détention arbitraire, de coups en représailles, de négligence médicale, d'isolement cellulaire et d'autres formes d'abus.

Alors qu'Israël a longtemps été accusé d'abuser et de torturer des prisonniers palestiniens tout en ciblant des militants et des membres pacifiques de la société civile pour les arrêter, le nombre de Palestiniens enfermés dans le réseau tentaculaire de prisons et de camps de détention d'Israël a presque doublé depuis qu'Israël a commencé sa campagne de bombardements sanglants sur Gaza. en représailles à l'attaque transfrontalière du 7 octobre menée par le Hamas et d'autres militants.

Qaddoura Fares, directeur de l'Autorité des prisonniers palestiniens, a déclaré que les groupes de défense des droits des prisonniers hésitaient au départ à signaler aux les abus commis dans les prisons israéliennes, de peur de nouvelles représailles contre ceux qui s'y trouvaient, mais les « crimes commis contre les prisonniers » doivent être révélés aux autorités. communauté internationale alors qu'Israël mène une campagne d'arrestations et d'incarcérations massives dans les territoires occupés.

« Les prisonniers souffrent de faim et de soif, et ils ne peuvent pas accéder ni se procurer des médicaments, en particulier des médicaments destinés aux prisonniers, hommes et femmes, souffrant de maladies chroniques qui nécessitent des médicaments réguliers », a déclaré Fares lors d'une conférence de presse cette semaine. « Deuxièmement, l'affaire s'est encore aggravée lorsque l'administration pénitentiaire a coupé l'eau et l'électricité aux prisonniers. »

Lire aussi  Les Palestiniens disent que les États-Unis « normalisent l’apartheid » en accueillant le président israélien

Le Hamas a affirmé que ses militants avaient pris environ 200 personnes en otages le 7 octobre afin de négocier la libération de milliers de Palestiniens qui sont considérés comme des prisonniers politiques de l'occupation israélienne et, dans de nombreux cas, détenus sans inculpation ni procès selon ce qu'Israël appelle « » détention administrative. » Jusqu'à présent, le Hamas a libéré quatre otages en Israël : deux Américaines et deux Israéliennes âgées.

Pendant ce temps, les prisons israéliennes, les prisons et les camps de détention se remplissent de Palestiniens. Avant le 7 octobre, Israël comptait environ 5 200 prisonniers politiques palestiniens, mais en deux semaines, ce nombre a dépassé les 10 000 alors qu'Israël mène une campagne d'arrestations massives dans les territoires occupés, selon des responsables palestiniens et des groupes de défense des droits de l'homme.

Au 19 octobre, plus de 1 266 personnes ont été arrêtées en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, souvent lors de raids profondément traumatisants de l'armée israélienne qui déchirent les familles et laissent les maisons saccagées, selon le groupe de droite des prisonniers politiques basé à Ramallah, Addameer. Ce nombre a probablement augmenté à mesure que les Palestiniens continuent de manifester dans les rues et de résister aux représailles brutales des colons israéliens de droite qui ont coûté la vie à plus de 100 Palestiniens en Cisjordanie.

Parmi les personnes arrêtées à Jérusalem-Est et en Cisjordanie figurent au moins 18 enfants, 32 femmes, plusieurs anciens prisonniers, 14 journalistes et trois membres du conseil législatif de l'Autorité palestinienne, rapporte Addameer. Le groupe affirme que les avocats sont confrontés à des « difficultés importantes » pour contacter et surveiller les prisonniers politiques alors qu'ils sont déplacés entre différents établissements israéliens, et que les tribunaux militaires qui entendraient leurs affaires restent fermés.

Lire aussi  Plus de 30 000 bébés à Gaza boivent de l’eau contaminée, selon le département d’État américain

« Les arrestations ont lieu 24 heures sur 24 », a déclaré la directrice générale d'Addameer, Sahar Francis, dans une interview avec Al Jazeera.

On estime que 4 000 Gazaouis qui disposaient de laissez-passer spéciaux pour travailler en Israël sont désormais détenus dans des camps situés sur des bases militaires après qu'Israël a fermé les postes frontaliers et assiégé Gaza. D'autres Gazaouis ont probablement été arrêtés alors que les forces israéliennes répondaient à l'assaut du Hamas le 7 octobre. Beaucoup de ces détenus sont de leurs familles à Gaza, où les frappes aériennes israéliennes ont tué plus de 6 500 personnes et en ont blessé plus de 17 000, selon les autorités sanitaires palestiniennes.

Fares a déclaré que la « tendance à la vengeance seule » pousse les geôliers israéliens à profiter du et de la colère en Palestine et en Israël pour soumettre les prisonniers, hommes et femmes, à des violences physiques. Il a décrit le camp de prisonniers du désert du Néguev, où les prisonniers auraient été humiliés lors d'une fouille à nu collective, comme « exactement comme » la prison d'Abou Ghraib en Irak, où des soldats américains ont tristement torturé des Irakiens en 2004.

« Le plus dangereux, c'est que ces derniers jours, les agressions physiques se sont répétées, allant jusqu'à utiliser des bâtons pour frapper les prisonniers. De nombreux prisonniers ont eu des membres, des mains et des jambes cassés », a déclaré Fares aux journalistes en arabe, qui a été traduit. « Certains prisonniers sont revenus et (nous) n'avons pas reconnu leurs visages à cause des contusions causées par les agressions brutales. »

Lire aussi  La Floride pourrait être le prochain État à assouplir les protections contre le travail des enfants

Plus tôt cette semaine, Arafat Yasser Hamdan, 25 ans, est décédé deux jours seulement après avoir été arrêté et emprisonné au centre de détention israélien d'Ofer. Les autorités israéliennes ont affirmé qu'Hamdan était mort dans une clinique médicale après être tombé malade, mais les groupes de défense des droits des prisonniers affirment qu'il a probablement été soumis à un interrogatoire tortueux, et son père a déclaré Al Jazeera que Hamdan souffrait d'un problème de santé qui nécessitait des repas réguliers et qu'il était peut-être mort par négligence.

Seulement 24 heures plus tôt, les Palestiniens ont appris la mort d'Omar Hamza Daraghmeh, 58 ans, arrêté le 9 octobre pour ses liens présumés avec le Hamas. Les rapports indiquent que Daraghmeh est mort dans des circonstances peu claires, mais comme Hamdan, les militants palestiniens rejettent le récit israélien selon lequel Daraghmeh est mort de causes naturelles.

Une coalition de groupes de défense des droits de l'homme et de partisans des prisonniers politiques palestiniens a écrit cette semaine au Comité international de la Croix-Rouge et a demandé de l'aide pour mettre fin aux conditions désastreuses dans les prisons israéliennes. Si la Croix-Rouge n'est pas en mesure d'accomplir ses tâches en raison de l'occupation israélienne et des restrictions imposées par la guerre, ont déclaré les groupes, ses dirigeants devraient annoncer publiquement qu'Israël empêche l'aide humanitaire et condamner l'emprisonnement de civils pour des raisons politiques.

Le Comité international de la Croix-Rouge n'avait pas répondu à une demande de commentaires au moment de la publication de cet article.

« Grâce à notre suivi de l'évolution des événements à l'intérieur des prisons et des attaques, nous sommes devenus convaincus qu'ils pourraient attaquer les prisonniers par le biais d'assassinats et de violences physiques », a déclaré Fares.

Avatar de Charles Briot