Il y a 1 an, Israël a tué Shireen Abu Akleh. Nous ne l’oublierons pas, ni la Nakba.

Publié le

Il y a 1 an, Israël a tué Shireen Abu Akleh.  Nous ne l'oublierons pas, ni la Nakba.

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Deux semaines avant l'assassinat de Shireen Abu Akleh par un tireur israélien, Reporters sans frontières marquait le quatrième anniversaire de l'assassinat des journalistes palestiniens Ahmed Abu Hussein et Yasser Murtaja par les forces israéliennes. L'organisation a également rapporté que du 30 mars 2018 au 25 avril 2022, « au moins 144 journalistes palestiniens (avaient) été victimes » de violences militaires ou policières israéliennes. Le décompte comprenait deux journalistes qui avaient reçu une balle dans l'œil et un qui avait reçu une balle dans les jambes et qui avait dû être amputé d'une jambe. En outre, de nombreux journalistes ont été arrêtés et emprisonnés. De 1992 à 2022, Israël a emprisonné 49 journalistes palestiniens, ce qui, une fois ajusté à la population, représente plus de sept fois le taux d'incarcération de journalistes en Russie.

Le matin du 11 mai 2022, lorsque le journaliste palestinien Ali al-Samoudi a été blessé par balle et que Shireen Abu Akleh a été tuée par balle quelques secondes plus tard par des tirs de l'armée israélienne, ce qui s'est produit n'était pas particulièrement inhabituel. Au cours des années précédentes, un journaliste palestinien avait été la cible de violences militaires ou policières israéliennes en moyenne une fois tous les dix jours. Plus récemment, en l'espace d'une semaine « du 4 au 10 avril (2023), neuf journalistes palestiniens ont été touchés par des grenades lacrymogènes ou ont fait l'objet de tirs de gaz lacrymogènes ». L'identité de l'assassin d'Abu Akleh étant dissimulée (à l'exception des pronoms utilisés pour le désigner), il ne sert à rien de spéculer sur ses motivations personnelles ou sur celles de celui qui aurait pu lui donner l'ordre. Il importe cependant que son action s'inscrive dans un vaste schéma qui s'étend sur des décennies et qui est lié à la situation palestinienne. Nakba, ou une catastrophe.

Faire taire les messagers

La violence de l'État israélien dirigée contre les journalistes palestiniens fait partie d'un effort de longue date visant à réduire l'espace de la société civile palestinienne. Depuis 2010, au moins 27 actions législatives, administratives ou judiciaires israéliennes imposent de sévères limites à la société civile palestinienne. L'ordonnance militaire 1615, entrée en vigueur cette année-là, « impose une peine de 10 ans de prison à quiconque… publie des propos d'éloge, de sympathie ou de soutien à une organisation hostile, à ses actions ou à ses objectifs ». Israël réduit systématiquement au silence et entrave le travail de ceux qui collectent et diffusent des informations sur ses violations des droits humains, ciblant spécifiquement les organisations de défense des droits humains. En 2019, il a expulsé le directeur de Human Rights Watch pour Israël et la Palestine, et depuis 2008, Israël a bloqué l'entrée des rapporteurs spéciaux successifs de l'ONU sur la situation des droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé depuis 1967. En 2020, Israël n'a pas renouvelé son mandat. les visas des membres du international du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, les obligeant à partir. Le 18 août 2022, il a fermé six organisations palestiniennes de défense des droits humains mondialement respectées après les avoir accusées de terrorisme dix mois auparavant. Les défenseurs internationaux des droits de l'homme ne sont pas épargnés.

Le jour du meurtre d'Abu Akleh, le porte-parole de l'armée israélienne, Ran Kochav, l'a décrite, elle et ses collègues, comme « armés de caméras », reflétant la longue tradition d'Israël de considérer la collecte et la diffusion d'informations sur les réalités de la vie palestinienne sous son contrôle comme une menace sérieuse. . Les rappels de la présence des Palestiniens sur le territoire, de leurs souffrances historiques et actuelles, et des conditions de vie dégradées, provoquent une crise pour les partisans et les défenseurs d'Israël qui ont des raisons d'essayer de cacher cette réalité au monde, et parfois peut-être au eux-mêmes.

Erreur historique et persistante

L'État d'Israël était le point culminant d'un projet de plusieurs décennies visant à réaliser le rêve d'un État juif sur l'ancienne terre biblique. Lorsque ce projet sioniste a commencé à se déployer au début du XXe siècle, cette terre était également connue depuis des milliers d'années sous le nom de Palestine. Elle était habitée par un peuple autochtone arabophone diversifié avec une société prospère vivant dans de nombreuses villes et des centaines de villages, dont 95 pour cent étaient musulmans ou chrétiens. Ce fait, que de nombreuses personnes de conscience considéraient comme une raison suffisante pour abandonner ou modifier radicalement le projet sioniste, n'a pas fait réfléchir ceux qui l'ont poursuivi, malgré le préjudice grave et prévisible qu'il impliquait pour les peuples autochtones. La majorité du mouvement sioniste considérait simplement les Palestiniens comme une présence indésirable devant être déplacée ou subordonnée, et les consciences étaient apaisées par le mensonge encore répété selon lequel la terre était sans peuple.

Au cours des mois précédant et suivant la création d'Israël en 1948, 80 pour cent des Palestiniens de cette partie du territoire ont été expulsés ou ont fui pour sauver leur vie, et il leur a été immédiatement interdit de revenir, faisant d'eux des réfugiés permanents. L'État nouvellement créé a dynamité et détruit au bulldozer des centaines de villages. Il s'est emparé des villes et des propriétés palestiniennes et a rapidement tenté d'effacer les traces de leur histoire sur le territoire. La vérité honteuse mais inévitable est que le projet d'établir un État juif en Palestine s'est en fait réalisé par la destruction catastrophique de la société palestinienne. Les partisans du projet sioniste refusent largement de reconnaître que la réalisation de leur rêve reposait sur le soutien palestinien. Nakba.

La réalité de ce qui a été fait aux Palestiniens en 1948 a été immédiatement déformée par un épais réseau de mythes, y compris la fausse affirmation selon laquelle ils sont partis volontairement en réponse aux émissions de radio. Cette affirmation, qui accuse effectivement les Palestiniens de leur propre dispersion et de leur dépossession tout en exonérant Israël de toute responsabilité, a été répétée pendant des décennies, longtemps après avoir été discréditée par les historiens professionnels. Aujourd'hui, les parties des archives d'État relativement ouvertes d'Israël traitant de la Nakba sont sévèrement censurés. Une loi de 2011 autorise le définancement des institutions qui commémorent le Nakbaet des limites ont été instituées à l'enseignement de ce sujet dans les écoles.

Lire aussi  La démocratie est en jeu au Pérou alors que le gouvernement intensifie la répression

Israël a autant à cacher sur le présent des Palestiniens que sur leur passé. Lorsqu'il a occupé le reste de la Palestine en 1967, il a pris le contrôle d'un grand nombre de Palestiniens, y compris de réfugiés. Aujourd'hui, Israël contrôle effectivement l'ensemble du territoire compris entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée, où environ la moitié de la population est palestinienne et l'autre moitié est juive israélienne. La tension entre cette réalité démographique et l'identité juive de l'État aggrave la crise pour de nombreux partisans et défenseurs d'Israël, car elle a donné naissance à des conditions indéfendables. À moins d'un futur nettoyage ethnique (que soutiennent un nombre étonnamment élevé de Juifs israéliens) ou d'un État palestinien indépendant (que la colonisation continue de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est a rendu pratiquement impossible), la domination juive israélienne a été assurée par un système de plus en plus formalisé. subordination des Palestiniens. La Loi fondamentale de 2018, qui déclare que « le droit à l'autodétermination dans l'État d'Israël est exclusif au peuple juif », n'est que la pointe d'une structure élaborée de subordination. Sous le contrôle d'Israël, les Palestiniens sont aujourd'hui contraints de mener une vie très restreinte, régie par des lois et des institutions qui correspondent à la définition de l'apartheid en vertu du droit international.

Cette réalité à laquelle de nombreux partisans d'Israël ont du mal à faire face a été largement reconnue par le Département d'État américain dans son dernier rapport sur les droits de l'homme en Israël :

Les problèmes importants en matière de droits de l'homme comprenaient des informations crédibles sur : des homicides illégaux ou arbitraires ; la détention arbitraire ou injuste, notamment de Palestiniens en Israël et dans les territoires occupés ; les restrictions imposées aux Palestiniens résidant à Jérusalem, notamment les ingérences arbitraires ou illégales dans la vie privée, la famille et le domicile ; ingérence substantielle dans la liberté de réunion et d'association pacifiques ; ingérence arbitraire ou illégale dans la vie privée ; punition des membres de la famille pour des infractions présumées commises par un proche ; les restrictions à la liberté d'expression et aux médias, y compris la censure ; harcèlement des organisations non gouvernementales; la violence contre les demandeurs d'asile et les migrants ; violences ou menaces de violence contre les Palestiniens et les membres de groupes minoritaires nationaux, raciaux ou ethniques ; et les violations des droits du travail contre les travailleurs étrangers et les travailleurs palestiniens.

En entravant le travail des journalistes et des organisations de défense des droits de l'homme, Israël peut tenter d'obscurcir cette réalité du présent palestinien, même s'il ne peut pas la dissimuler complètement.

Lire aussi  Ne laissez pas Biden et Blinken s’en tirer en aidant une deuxième Nakba

Protéger l'innocence

Un vaste système de ségrégation protège la plupart du temps la plupart des Juifs israéliens d'avoir à faire face aux conditions profondément troublantes et honteuses qui garantissent le privilège ethno/religieux dont ils jouissent. Cela leur permet de maintenir un sentiment d'innocence face aux crimes historiques et actuels de leur État contre le peuple palestinien, et contribue à expliquer leur score élevé à l'indice de bonheur.

Mais les Palestiniens font connaître leur présence par des actes de résistance, parfois par des actions violentes, et bien plus souvent en s'engageant dans une résistance civile non-violente soutenue. Le travail de la société civile palestinienne, y compris celui des journalistes et des organisations de défense des droits de l'homme, met la présence des Palestiniens au premier plan et rappelle que, sous l'apparente normalité de la vie quotidienne des Juifs israéliens, se cache une profonde injustice qui a commencé en 1948 et qui persiste. ce jour. Le fil conducteur de tout engagement sérieux en faveur des conditions de vie des Palestiniens est que, depuis sa création, Israël a consacré la domination ethno/religieuse des Juifs israéliens à leurs dépens. Ceux qui en lumière cette vérité troublante font qu'il est difficile de jouir des fruits de la domination en toute bonne conscience. Ils constituent ainsi une menace omniprésente. C'est ainsi que, sans la moindre ironie ni conscience de soi, leurs caméras peuvent être qualifiées d'armes, et leur documentation non violente sur les violations des droits de l'homme peut conduire à des accusations de terrorisme.

Au cours d'une carrière qui a duré plus de 25 ans, Shireen Abu Akleh a mis en lumière les humiliations et la douleur quotidiennes de la vie des Palestiniens sous l'occupation israélienne. Elle a également compris le lien direct qui relie les conditions d'oppression actuelles au tort historique de 1948. Dans un rapport qu'elle a préparé pour Al Jazeera peu avant d'être tuée, elle s'est rendue sur le site d'un village palestinien détruit dans le nord et a interviewé un Nakba survivant. Dans le même rapport, elle a rendu visite à une famille de réfugiés dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, dont Nakba, dit-elle, continue. Car ils vivent dans des structures ressemblant à des tentes après que leur maison a été détruite pour la neuvième fois par les forces israéliennes.

Peu de temps après avoir enregistré ce reportage, Shireen Abu Akleh et son équipe se sont rendus au camp de réfugiés de Jénine, armés de caméras, ce qui constituait là encore une menace réelle pour l'idéologie israélienne d'innocence nationale, où ils ont été attaqués par des tirs militaires israéliens. que nous célébrons le sombre anniversaire de son assassinat, nous devrions réfléchir à la façon dont la violence d'État contre les journalistes s'inscrit dans une série de 75 ans de tentatives visant à occulter les efforts d'Israël visant à faire disparaître les Palestiniens de leur terre autochtone ou à vivre dans une subordination perpétuelle.

Avatar de Charles Briot