Ne laissez pas Biden et Blinken s’en tirer en aidant une deuxième Nakba

Publié le

Ne laissez pas Biden et Blinken s’en tirer en aidant une deuxième Nakba

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Mercredi, l'armée israélienne a attaqué l'hôpital Al-Shifa de Gaza, terrorisant les patients, le personnel médical et les familles réfugiées dans l'enceinte de l'hôpital. Ahmed El Mokhallalati, chirurgien, a déclaré Al Jazeera de l'intérieur de l'hôpital que « la nourriture et l'eau potable ne sont pas arrivées à l'hôpital depuis maintenant six jours, et qu'il n'y a aucun moyen d' quoi que ce soit à l'hôpital ». Il s'est dit choqué par le fait que « le monde entier a été témoin de ce crime et de tout ce qui se passe et que personne ne l'a arrêté ».

« Personne n'a dit haut et fort que ce n'était pas autorisé », a-t-il ajouté. « Où est la communauté internationale ?

Le soutien des États-Unis aux attaques israéliennes en cours contre Al-Shifa et au génocide plus large à Gaza constitue une violation flagrante du droit humanitaire international. Le lundi 13 novembre, le Centre pour les droits constitutionnels a intenté une action en justice fédérale contre le président Joe Biden, le secrétaire d'État Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin pour « avoir échoué à empêcher le déroulement d'un génocide où ils ont une influence sur l'État d'Israël pour le faire ». ainsi, et en encourageant directement son développement avec des armes, des fonds et une couverture diplomatique, en violation des devoirs consacrés par la Convention sur le génocide et le droit international coutumier.

En tant que Palestinien, je me demande quelle version du droit international le gouvernement américain suit en ne parvenant pas à empêcher l'horreur génocidaire qui se déroule sous nos yeux à Gaza. Quel message envoie-t-il au reste du monde lorsque les États-Unis aident activement Israël à commettre l'un des pires crimes de l'histoire moderne, en violation du droit humanitaire international ? Combien de temps nos élus pourront-ils attendre pour appeler à un cessez-le-feu ? Que ressentent-ils en tant qu'êtres humains lorsqu'ils voient des images d'enfants palestiniens morts écrasés sous les décombres ?

En n'exigeant pas de cessez-le-feu, les États-Unis disent à Israël : Nous serons toujours à vos côtés; c'est bien de continuer à tuer des civils innocents; c'est bien de continuer à tuer des journalistes, des médecins, du personnel médical et des employés des Nations Unies; nous détournerons le regard pendant que vous mourez de faim les gens. Pas d'eau, pas de nourriture, pas d'électricité, pas de carburant – pas de problème pour nous. Nous dirons toujours que vous ne le vouliez pas et que vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour minimiser les pertes civiles.

« Les États-Unis ont l'obligation claire et contraignante de prévenir, et non de poursuivre, le génocide. Ils n'ont pas rempli leur devoir légal et moral d'utiliser leur pouvoir considérable pour mettre fin à cette horreur. Ils doivent le faire », a déclaré Katherine Gallagher, avocate principale du Centre pour les droits constitutionnels, l'une des avocates qui ont porté l'affaire.

Loin de la conscience morale et éthique de l'humanité, l'administration Biden a accordé l'impunité à Israël et bloqué un cessez-le-feu qui aurait sauvé des milliers de vies perdues à cause des massacres, de la famine massive, de la déshydratation massive et des bombardements intensifs incessants de quartiers civils, d'écoles, hôpitaux et lieux de culte. C'est comme si l'administration Biden faisait tout son possible pour s'aliéner les électeurs qui se soucient réellement des droits de l'homme et du droit international.

Lire aussi  Les États-Unis poussent les Jeux olympiques à exclure la Russie, mais qu’en est-il de leurs propres crimes de guerre ?

Au Congrès, seuls 26 représentants ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et ont rejoint la résolution 786 de la Chambre des représentants « Cessez-le-feu maintenant ». Au lieu de proposer un projet de loi qui appelle à la fin des assauts en cours contre des civils innocents et affirme l'engagement des États-Unis en faveur des droits de l'homme pour tous les êtres humains. êtres humains, le Congrès soutient les politiques inhumaines de nettoyage ethnique d'Israël et récompense les actions d'Israël en votant le 2 novembre pour dépenser 14,3 milliards de dollars provenant des contribuables américains dans un plan d'aide – en plus des 3,8 milliards de dollars qu'il donne à Israël chaque année – afin de reconstituer le budget. missiles utilisés lors de ses bombardements massifs sur Gaza.

Norman Solomon, auteur acclamé, critique médiatique et directeur exécutif de l'Institute for Public Accuracy, a écrit dans un article récent pour Antiwar.com que « les deux gouvernements sont liés par des intérêts stratégiques communs, à long terme et primordiaux au Moyen-Orient, qui n'ont absolument aucune utilité pour les droits de l'homme, sauf à titre rhétorique ». Il a ajouté : « Les États-Unis et Israël restent mêlés. Pour l'élite au pouvoir à Washington, l'alliance bilatérale est bien plus importante que la vie du peuple palestinien. Et il est peu probable que le gouvernement américain s'oppose réellement à Israël à propos de sa tuerie sans fin à Gaza.»

Les grands médias américains ne valent pas mieux ; il a également un problème palestinien et un parti pris pro-israélien majeur. Nous sommes habitués à entendre les médias américains amplifier des récits comme l'affirmation du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon laquelle « Israël se bat conformément au droit international » et que « l'armée israélienne fait un travail exemplaire en essayant de minimiser les pertes civiles ». Les grands médias américains continuent également de répéter l'affirmation sans fondement d'Israël selon laquelle il existe un centre de commandement du Hamas sous l'hôpital Al-Shifa de Gaza – une affirmation dont Israël n'a pas été en mesure de prouver ou de fournir des preuves visuelles.

Les médias américains sont très attentifs aux propos israéliens. Hasbara (propagande) et s'appuient largement sur les arguments israéliens. En écoutant les présentateurs et les journalistes de différents médias grand public, je suis étonné de voir à quel point ils semblent lire exactement le même scénario. Ils ne font aucun effort pour montrer la perspective palestinienne et ne prennent pas la peine de replacer la crise dans un contexte historique. Ils ignorent les causes profondes de la violence : l'occupation militaire brutale d'Israël, l'apartheid et le colonialisme de peuplement.

Ce que les téléspectateurs et lecteurs américains ne comprennent pas dans les grands médias, c'est la dure réalité selon laquelle des millions de Palestiniens sont privés de leurs droits humains fondamentaux. Pendant des décennies, les Palestiniens ont enduré des conditions de vie horribles qui ont limité tous les aspects de leur vie à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Depuis des décennies, ils vivent dans la peur quotidienne de la violence – tant de la part des forces de défense israéliennes que de la part des colons armés vivant sur des terres palestiniennes volées. Depuis la première Nakba, il y a 75 ans, les Palestiniens ont souffert de l'occupation, du racisme et des politiques d'oppression israéliennes. Gaza et ses 2,3 millions d'habitants sont assiégés depuis près de 17 ans, sans liberté de mouvement et sans contrôle israélien total sur ce qui entre et ce qui est autorisé à sortir de Gaza. Gaza est souvent décrite comme un camp de concentration densément peuplé ou comme une à ciel ouvert surpeuplée.

Lire aussi  En cette Journée internationale de la femme, les féministes iraniennes sont en première ligne

Ce contexte est important. L'attaque menée par le Hamas le 7 octobre est utilisée comme justification du génocide et de ce qui semble être une stratégie claire – que j'ai précédemment qualifiée de solution « hors État » – visant à déplacer l'ensemble de la population palestinienne de Gaza.

Le Comité international de la Croix-Rouge a récemment fait état des conditions désastreuses, « précaires et dangereuses » dans lesquelles les civils sont évacués dans la bande de Gaza. On pourrait penser que la déclaration de la Croix-Rouge selon laquelle « des hommes, des femmes et des enfants, agitant des drapeaux blancs, marchent sur des dizaines de kilomètres devant des cadavres gisant dans les rues et sans produits de première nécessité comme de la nourriture et de l'eau », choquerait quiconque possède une once d'humanité. en eux. Les camions d'aide humanitaire qui ont été autorisés à passer par le terminal de Rafah sont insuffisants et ne peuvent pas répondre aux besoins du nombre massif de personnes qui ont été déplacées de chez elles sans rien d'autre que les vêtements qu'elles portent.

La déshumanisation institutionnalisée des Palestiniens par Israël, aidée par les grands médias et couplée à la normalisation de l'oppression et du nettoyage ethnique par les gouvernements américain et européen, est ce qui permet cette deuxième Nakba. Comme le rapporte Ha'aretz, Avi Dichter, membre du cabinet de sécurité israélien et ministre de l'Agriculture, a déclaré : « Nous déployons actuellement la Nakba à Gaza », faisant référence au nettoyage ethnique des Palestiniens de leurs terres en 1948 lors de la création de l'État d'Israël. « Gaza Nakba 2023. C'est comme ça que ça se terminera », a-t-il conclu.

Depuis le début de la deuxième Nakba le 8 octobre, qui a rendu Gaza largement invivable, le nombre de morts palestiniens a dépassé les 11 000, et près de 5 000 d'entre eux étaient des enfants. On estime que 1,6 million de Palestiniens ont été déplacés, et personne ne sait combien sont encore portés disparus ou enterrés sous les décombres. Mais je me demande aussi si les États-Unis se soucient vraiment du nombre énorme de morts et de victimes civiles, sachant que près de 4 millions d'enfants, de femmes et d'hommes ont péri dans la soi-disant « guerre contre le terrorisme » menée par les États-Unis depuis le 11 septembre ?

Solidarité mondiale avec la Palestine

Alors que l'attaque brutale contre Gaza se poursuit et que les généraux israéliens intensifient leur rhétorique génocidaire, les militants – sur les campus universitaires et dans les grandes villes du monde – organisent des manifestations quotidiennes et intensifient leur revendication d'un cessez-le-feu et de la fin du génocide, alors même que ils sont à la censure, à la répression, au harcèlement et aux accusations d'antisémitisme dans le but de faire taire les voix pro-palestiniennes croissantes et intrépides.

Lire aussi  Des scientifiques dévoilent une feuille de route de 637 pages pour sortir les États-Unis des combustibles fossiles

Les étudiants palestiniens et juifs, les musulmans, les Arabes américains et les partisans pro-palestiniens sont confrontés à des attaques pour avoir défendu les droits des Palestiniens, exigé un cessez-le-feu et exigé la fin du blocus étouffant de Gaza vieux de 17 ans et des crimes d'apartheid d'Israël. La militarisation et la redéfinition de l'antisémitisme pour désigner toute critique de l'État israélien crée un climat sur les campus universitaires qui rend de plus en plus hors de portée la discussion sur les crimes d'Israël.

Dans un effort pour faire taire la dissidence, l'Université Brandeis est devenue la première université privée à interdire l'accès aux étudiants pour la justice en Palestine (SJP), suivie par l'Université Columbia, où les sections de Jewish Voice for Peace et SJP ont toutes deux été suspendues. À l'Université Brown, 20 étudiants juifs risquent jusqu'à un an de prison après avoir été arrêtés lors d'une manifestation le 8 novembre poussant leur administration à se désengager d'Israël et à appeler à un cessez-le-feu.

La majorité des nations du monde et l'écrasante majorité des peuples du monde exigent un cessez-le-feu. Les États-Unis peuvent et doivent arrêter la deuxième Nakba.

Pendant la Nakba de 1948, ma famille a été terrorisée ; ils ont été déplacés de leur foyer à Jérusalem-Ouest et sont devenus réfugiés dans des pays qui ne voulaient pas d'eux. Je porte leur douleur avec moi jusqu'à ce jour alors que j'élève ma voix en faveur des droits des Palestiniens. C'est dévastateur d'assister à une deuxième Nakba à Gaza. Le meurtre ignoble, odieux et injustifiable de civils innocents est inconcevable. Il n'existe aucun endroit sûr à Gaza où les Palestiniens pourraient se réfugier ou se mettre à l'abri des bombardements incessants d'Israël.

Le racisme en Israël n'est pas un défaut du système ; c'est le système. Le directeur de B'tselem, la plus ancienne organisation israélienne de défense des droits de l'homme, l'a dit clairement : « C'est l'apartheid. » Il s'agit d'un projet colonial qui recourt à l'oppression, à la violence, à la persécution, aux postes de contrôle, aux démolitions de maisons, au déplacement, à l'expulsion, à l'emprisonnement, au vol de terres, à la torture des enfants et aux punitions collectives pour nettoyer ethniquement les habitants non juifs. C'est pas « compliqué. » C'est pas « une querelle religieuse séculaire. » C'est pas « un conflit d'extrémistes des deux côtés. »

En une phrase simplement : les Palestiniens veulent vivre dans leurs maisons ; sur leurs terres ; avec liberté, dignité et égalité ; et sans crainte. Il est de notre devoir en tant que contribuables américains de soutenir la lutte palestinienne et d'exiger que nos élus tiennent Israël pour responsable de ses atrocités et qu'ils œuvrent pour mettre fin à la complicité actuelle des États-Unis dans le déni par Israël des droits des Palestiniens.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire