Au moins 39 demandeurs d’asile sont morts après un incendie dans une prison pour migrants au Mexique

Publié le

Au moins 39 demandeurs d'asile sont morts après un incendie dans une prison pour migrants au Mexique

Plus de trois douzaines de demandeurs d'asile ont été tués dans un incendie dans une prison pour migrants à Ciudad Juarez, au Mexique, tôt mardi matin.

Au moins 39 personnes incarcérées dans la prison ont été tuées par l'incendie qui a eu lieu pendant la nuit, a indiqué l'Institut national de migration (INM) mexicain dans un communiqué. 29 autres personnes ont été blessées, dont certaines sont dans un état critique. Les victimes ont été transférées vers au moins quatre hôpitaux de la région.

« L'incendie du refuge est une tragédie dévastatrice et un rappel de la façon dont les politiques frontalières et d'immigration façonnent et intensifient une crise de peur qui alimente une plus grande disparité et des pertes de vies humaines », a déclaré Isa Noyola, directeur adjoint de Mijente. Vérité.

« Malheureusement, nous continuerons à voir de plus en plus de tragédies se dérouler des deux côtés de la frontière tant que les gouvernements américain et mexicain continueront à jouer dans une politique basée sur la peur qui promeut l'idée selon laquelle les migrants sont jetables », a ajouté Noyola. « Aujourd'hui plus que jamais, le gouvernement américain doit être tenu responsable des dégâts causés le long de la frontière et des violations des droits humains dans les centres de détention. »

Al Jazeera a décrit l'incendie comme « l'un des incidents les plus meurtriers survenus dans un centre d'immigration du pays ». La vidéo de l'incident montre des ambulances et des équipes de pompiers arrivant sur les lieux, tandis que des camionnettes de la morgue arrivent peu après.

Lire aussi  2 cadavres retrouvés collés à des bouées que les autorités du Texas ont reçu l'ordre de démonter

Les victimes de l'incendie étaient venues d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud pour demander l'asile aux États-Unis, dont beaucoup venaient du Guatemala et du Venezuela.

Le bureau du procureur général du Mexique a ouvert une enquête sur l'incendie. Les premiers rapports des autorités mexicaines accusaient les migrants, affirmant qu'ils avaient déclenché l'incendie pour protester contre leur expulsion imminente.

« À la porte du refuge, ils ont mis des matelas et y ont mis le feu. Ils n'auraient jamais imaginé que cela provoquerait cette tragédie », a déclaré dans un communiqué le président mexicain Andrés Manuel López Obrador, souvent appelé AMLO.

AMLO a été largement condamné pour son incapacité à remédier aux conditions de détention – qui ont probablement joué un rôle dans le nombre de vies perdues – ou aux systèmes d'immigration militarisés du Mexique et des États-Unis.

« Ce que (les responsables) doivent expliquer, c'est dans quelles conditions se trouvait le centre de détention, de sorte qu'ils n'ont pas pu sauver 39 personnes du piège alors qu'il était en feu », l'avocat du travail Francisco I. Colunga a déclaré sur Twitter.

Charles Duverger, ancien employé de la Commission des droits de l'homme du Mexique qui a passé 10 ans à surveiller les prisons de migrants, a publiquement remis en question le récit du gouvernement selon lequel les migrants auraient déclenché l'incendie.

De nombreux défenseurs des immigrés ont souligné que la tragédie est en grande partie le résultat de décennies de violence policière aux frontières aux États-Unis.

« Le véritable coupable de cet horrible incendie est l'administration Biden, qui a effacé le droit d'asile, interdit l'entrée aux États-Unis aux demandeurs d'asile et maintenu des dizaines de milliers de personnes dans des camps dans des conditions dangereuses comme celle-ci pour dissuader la migration. » dit Eric Londresécrivain pour le Site Web socialiste mondial. «AMLO aussi. Ouvrez les frontières !

Lire aussi  Les garde-côtes grecs ont tenté de dissimuler leur rôle dans le naufrage de migrants, selon une analyse

Silky Shah, directrice exécutive de Detention Watch Network, a déclaré Vérité que les prisons pour immigrants sont « intrinsèquement nuisibles, abusives et injustes », peu importe où elles se trouvent – ​​et que « dans les cas les plus tragiques, elles sont mortelles ».

Elle a ajouté:

Cette tragédie est le résultat direct du système d'immigration des États-Unis, qui a donné à chaque étape la priorité à la dissuasion, à la détention et à la militarisation plutôt qu'à l'humanité. Les gouvernements américain et mexicain sont moralement complices des abus et de la mort auxquels les personnes migrant pour des raisons de sécurité sont confrontées une fois arrivées à la frontière sud.

En février, l'administration Biden a proposé une règle qui obligerait les demandeurs d'asile à la frontière américaine – dont beaucoup fuient la violence des gangs, la pauvreté systémique ou les persécutions gouvernementales – à d'abord demander l'asile dans les pays qu'ils ont traversés pour se rendre aux États-Unis.

Dans le cadre de cette politique, qui devrait être mise en œuvre en mai, les migrants d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud qui ne demandent pas l'asile au Mexique avant d'atteindre la frontière américaine seront immédiatement expulsés.

Les défenseurs des immigrés ont déclaré que la proposition ressemble aux interdictions d'asile mises en place par l'ancien président Donald Trump. Les Nations Unies ont exhorté le président Biden à annuler ce plan, notant que cette politique entraînerait « le retour forcé de personnes dans des situations où leur vie et leur sécurité seraient en danger – ce qui est interdit par le droit international ».

Lire aussi  Les États-Unis et le Canada annoncent un plan commun pour refuser les demandeurs d’asile

« Les frontières tuent » dit Harsha Walia, auteur canadien et co-fondateur du mouvement pour la pour les migrants No One Is Illegal. « Tout mon amour et colère les familles des migrants tués et blessés dans le centre de confinement des migrants de Ciudad Juarez (qui fait partie de la politique américaine d'externalisation des frontières, avec la complicité totale du gouvernement mexicain). »

Avatar de Charles Briot