Des milliers de travailleurs de Gaza en Israël ont disparu depuis le début du siège de Gaza

Publié le

Relatives of Palestinians detained in Israeli jails carry pictures of prisoners as they demonstrate to demand their release and in solidarity with the people of the Gaza Strip, in the occupied West Bank city of Ramallah on October 28, 2023.

Des milliers de travailleurs de Gaza qui se trouvaient en Israël avec un permis de travail sont portés disparus depuis qu'Israël a commencé son siège actuel de Gaza le 7 octobre, leurs familles craignant que les travailleurs ne soient arrêtés par les forces israéliennes.

Environ 4 500 travailleurs palestiniens qui travaillaient en Israël seraient portés disparus, a déclaré le ministre palestinien du Travail Nasri Abu Jaish. L'indépendant. Un dirigeant syndical a déclaré à une organisation basée au Royaume-Uni Tribune qu'il manque 5 000 travailleurs. Le Coordonnateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a révoqué les permis de travail des le 10 octobre. Au total, plus de 18 000 Gazaouis bénéficient d'un permis de travail en Israël, selon les experts.

Les syndicats et les groupes de défense des droits humains estiment que certains des travailleurs portés disparus sont illégalement détenus dans des camps situés dans des lieux tenus secret en Cisjordanie occupée. Certains travailleurs ont été libérés et ont déclaré qu'ils avaient effectivement été kidnappés et détenus par les forces israéliennes – et qu'ils avaient été confrontés à des conditions horribles pendant leur séjour.

Un travailleur, resté anonyme par crainte de représailles, a déclaré qu'il était enfermé dans une « cage » sans toit et exposée au soleil, selon un témoignage d'une organisation de défense des droits humains basée en Israël, HaMoked, rapporté par Al Jazeera.

« Walid » n'a eu aucun accès à l'eau, à la nourriture et aux toilettes pendant trois jours, après quoi il a été transféré dans un camp de 300 mètres carrés dans lequel des centaines de collègues journaliers ont été forcés de partager les mêmes toilettes. Il a été battu et insulté par les gardes israéliens alors qu'il demandait à contacter la Croix-Rouge.

Lire aussi  Les Haïtiens travaillent dans des plantations de sucre dans des conditions s'apparentant à du travail forcé

« Walid » n'a été libéré que lorsque les gardes israéliens ont pu déterminer qu'il n'était pas de Gaza, comme ils le pensaient auparavant, mais de Cisjordanie. Il a ajouté qu'un officier du camp a déclaré qu'ils seraient détenus au moins jusqu'à ce que le Hamas libère les quelque 220 israéliens qu'il a pris le 7 octobre.

Jaish a déclaré que les travailleurs emprisonnés sont torturés. « Ils sont battus et des foulards leur sont attachés autour des yeux pour qu'ils ne sachent pas où ils se trouvent. Beaucoup d'entre eux sont malades et ne leur donnent pas de médicaments. Ils ne leur donnent ni eau ni nourriture. Ils sont dans des camps en plein air et ne sont pas autorisés à se parler », a déclaré Jaish. L'indépendant. « On nous dit qu'une personne a été tuée alors qu'elle tentait de combattre un soldat. Ils ont cassé la mâchoire d'un ouvrier, un autre la jambe, un autre les mains. Je les ai rencontrés à l'hôpital.

Un autre travailleur, un nettoyeur d'une soixantaine d'années, a déclaré L'indépendant que lui et ses collègues ont été transportés en bus vers des endroits tenus secret, les yeux bandés et les mains et les pieds liés après la révocation des visas de travail. «Je voulais mourir. Je travaille ici depuis des années et je reçois toujours des conseils. Je n'ai jamais rien fait de mal et je n'ai jamais été impliqué dans quoi que ce soit de politique », dit-il. « Ils n'arrêtaient pas de nous traiter de « Hamas » et de « ». C'était absolument humiliant.

Lire aussi  La Knesset israélienne envisagera mercredi d'interdire la couverture médiatique d'Al Jazeera

Il a ajouté qu'ils étaient détenus dans une pièce sombre, battus et privés de nourriture, d'eau et de médicaments. « Tous mes enfants et petits-enfants à Gaza dépendent de moi, il y a 23 personnes dans ma famille qui dépendent de moi. Aujourd'hui, je n'ai ni maison, ni travail, ni argent. Comment suis-je censé vivre désormais ? C'est insupportable. »

HaMoked a déclaré avoir reçu des centaines d'appels de familles qui ne parviennent pas à localiser leurs proches qui avaient un permis de travail en Israël, mais qui sont incapables de les aider car les autorités israéliennes refusent de fournir des informations sur l'endroit où les travailleurs sont détenus. Les organisations de défense des droits humains ont déclaré que la détention de ces travailleurs est sans précédent, illégale au regard du droit international et constitue un « acte de vengeance interdit », ont écrit cinq organisations basées en Israël dans une lettre du 12 octobre.

Au total, Israël détient environ 10 000 prisonniers palestiniens, contre 5 200 avant le 7 octobre. « Nous ne savons pas où sont nos parents et nos familles – nous ne savons pas si nous les reverrons », a déclaré un travailleur, utilisant le pseudonyme. Saleh, a dit Courants juifs. Saleh est originaire de Gaza et travaille normalement à Jaffa, mais son permis a été révoqué. « J'ai des filles et des fils là-bas. S'il vous plaît, mon Dieu, laissez-moi aller (à Gaza) pour que je puisse mourir avec eux – pour que nous puissions mourir ensemble.

Avatar de Charles Briot