La Knesset israélienne envisagera mercredi d’interdire la couverture médiatique d’Al Jazeera

Publié le

La Knesset israélienne envisagera mercredi d'interdire la couverture médiatique d'Al Jazeera

La Knesset israélienne doit examiner mercredi si elle va interdire Al Jazeera aux journalistes de couvrir la guerre menée par Israël contre les Palestiniens, une décision qui a été largement condamnée par les défenseurs de la liberté de la presse.

Plus tôt ce mois-ci, le israélien des Communications, Shlomo Karhi, a déclaré qu'il envisageait d'interdire le réseau, affirmant que l'agence nuisait au moral national dans le cadre de la campagne militaire aveugle menée par Israël contre les Palestiniens à Gaza. Karhi accusé Al Jazeera – qui a fourni des reportages sans précédent sur le siège de Gaza par Israël – d'être un « porte-parole de la propagande » du Hamas après avoir publié les commentaires des dirigeants de l'organisation.

« C'est une chaîne qui incite, c'est une chaîne qui filme les troupes dans les zones de rassemblement (en dehors de Gaza)… qui incite contre les citoyens d'Israël », a affirmé Karhi.

Quelques jours plus tard, le cabinet de Netanyahu a approuvé des réglementations qui autoriseraient le gouvernement à fermer les agences de presse étrangères s'il prétendait que leurs reportages nuisaient aux intérêts de sécurité nationale d'Israël. Basé en Israël Haaretz rapporte que la mesure complète sera examinée par la Knesset mercredi.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a condamné cette proposition.

« Nous sommes profondément préoccupés par les menaces des responsables israéliens de censurer la couverture médiatique du conflit en cours entre Israël et Gaza, en utilisant de vagues accusations de atteinte au moral national », a écrit l'organisation au début du mois. « Le CPJ exhorte Israël à ne pas interdire Al Jazeera et permettre aux journalistes de faire leur travail. Une pluralité de voix médiatiques est essentielle pour demander des comptes au pouvoir, surtout en temps de guerre.

Lire aussi  18 députés soutiennent la résolution de cessez-le-feu à Gaza au Congrès

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement israélien réprime les journalistes qui couvrent la Palestine, a souligné le CPJ. En 2017, le gouvernement israélien a également menacé de fermer Al Jazeera, accusant cyniquement le réseau d'incitation à la violence dans sa couverture des manifestations. En 2022, les forces israéliennes ont abattu Al Jazeera Shireen Abu Akleh, correspondante palestino-américaine d'Arabic, alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne en Cisjordanie.

Jon Allsop, un journaliste indé écrivant pour la Columbia Journalist Review, a également noté que le gouvernement actuel d'Israël a une longue histoire d'attaques contre la presse.

« Le niveau de colère intérieure contre Netanyahu et ses alliés est tel qu'ils ne pourront sûrement pas échapper à un examen minutieux. Mais si le passé n'est qu'un prologue, ils essaieront », a déclaré Allsop dans un éditorial la semaine dernière.

Au moins 31 journalistes ont été tués dans la région depuis le 7 octobre, a déclaré le Comité pour la protection des journalistes, dont quatre journalistes israéliens, un journaliste libanais et 26 journalistes palestiniens, dont la grande majorité ont été tués par des frappes aériennes israéliennes.

Les journalistes de Gaza et de Cisjordanie ont déclaré qu'ils étaient désormais confrontés à une répression sans précédent – ​​et, dans certains cas, à ce qui semble être des tirs israéliens délibérés – alors qu'ils tentent de documenter les horreurs du siège génocidaire de Gaza par Israël.

« Depuis le 7 octobre, il est encore plus difficile pour les journalistes de circuler dans les territoires occupés. Il est devenu difficile de rendre compte de certains développements en raison du déploiement de la police et de la colère des colons contre la presse arabe », a déclaré Mosab Shawer, photojournaliste indépendant à Hébron, en Cisjordanie, par Al Jazeera. « Au cours de mes 15 années de reportage, je n'ai jamais ressenti autant d'impuissance et de peur. »

Avatar de Charles Briot