Cet enseignant israélien a été emprisonné pour ses messages contre le meurtre de Palestiniens

Publié le

Cet enseignant israélien a été emprisonné pour ses messages contre le meurtre de Palestiniens

Le 9 novembre, la police israélienne a arrêté Meir Baruchin, professeur d'histoire et d'éducation civique à Jérusalem, après avoir publié un message sur Facebook dans lequel il exprimait son opposition au meurtre de civils palestiniens innocents. La police a saisi son téléphone et deux ordinateurs portables avant de l'interroger, soupçonné d'avoir commis un acte de trahison et d'avoir l'intention de troubler l'ordre public. Après avoir passé quatre jours en prison, Baruchin a été libéré mais a perdu son emploi d'enseignant et fait toujours face à des accusations. « Ces jours-ci, les citoyens israéliens qui manifestent le moindre sentiment pour la population de Gaza, s'opposent au meurtre de civils innocents, sont politiquement persécutés, ils subissent l'humiliation publique, ils perdent leur emploi, ils sont mis en prison », déclare Baruchin. , qui dit que s'il avait été Palestinien, il aurait été confronté à davantage de violence.

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant !démocratienow.org, Le rapport Guerre et Paix. Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Voyons maintenant comment le gouvernement israélien réprime les citoyens israéliens qui critiquent le bombardement de Gaza par leur gouvernement. Nous sommes maintenant rejoints par Meir Baruchin, un professeur d'histoire et d'éducation civique de Jérusalem qui a récemment été emprisonné pendant quatre jours en cellule d'isolement après avoir publié un message sur Facebook dans lequel il exprime son opposition au meurtre de civils palestiniens innocents, en particulier des femmes et des enfants.

Le 9 novembre, la police israélienne a fouillé sa maison et l'a arrêté. Ils ont également saisi son téléphone et deux ordinateurs portables. La police l'a interrogé car il était soupçonné d'avoir commis un acte de trahison et d'avoir l'intention de troubler l'ordre public. Il a ensuite été emprisonné pendant quatre jours et qualifié de détenu à haut risque. Baruchin a depuis été libéré, mais il a perdu son emploi d'enseignant et fait toujours l'objet d'accusations. Malgré cela, Meir Baruchin a refusé de garder le silence et nous rejoint désormais depuis Jérusalem.

Meir, bienvenue à La démocratie maintenant ! Il nous a été difficile de vous joindre ces derniers jours car vos appareils électroniques, comme votre téléphone, ont été confisqués. Pouvez-vous parler exactement de ce qui vous est arrivé ? Qu'as-tu posté ? Et puis, comment la police israélienne est-elle venue saccager votre maison ?

Lire aussi  Le porteur de la pancarte « Les syndicats pour Trump » au rassemblement Trump a admis qu'il n'était pas membre d'un syndicat

MEIR BARUCHIN : Tout d'abord, merci de m'avoir invité.

je suis arrivé au premier interrogatoire, les interrogateurs ont présenté 14 messages, la plupart avant le 7 octobre. Il y avait des messages d'il y a quatre ans, d'il y a deux ans. Seuls un ou deux messages étaient postérieurs au 7 octobre.

Ce que j'essaie de faire dans mes publications sur Facebook, c'est ceci. Pour la plupart des Israéliens, les Palestiniens ne sont que des vagues. Ils n'ont ni nom, ni visage, ni famille, ni espoir, ni projet. Et j'essaie de leur donner des noms et des visages, de les présenter aux Israéliens, afin que davantage d'Israéliens puissent voir les Palestiniens comme des êtres humains. C'est donc ce que je fais sur mon Facebook. La police n'a pas aimé ça, alors ils m'ont arrêté.

JUAN GONZALEZ : Et lorsque vous avez été arrêté, quelle était la teneur de l'interrogatoire mené contre vous pendant cette période ? Et comment avez-vous été traité ?

MEIR BARUCHIN : Le 9 novembre, j'ai reçu un appel de la police pour un interrogatoire sur la sédition. J'ai appelé mon avocat et il m'a dit que pour interroger un citoyen israélien pour sédition, il fallait l'approbation du procureur général. La police a demandé l'autorisation mais celle-ci a été refusée. Ils ont donc décidé de m'interroger sur mon intention de commettre un acte de trahison et de troubler l'ordre public.

Dès que je suis entré dans le poste de police, ils m'ont enchaîné les mains et les jambes et m'ont montré un pour perquisitionner ma maison. Cinq détectives m'ont emmené chez moi et ont fouillé les lieux. Ensuite, j'ai été ramené au commissariat pour le premier interrogatoire, qui a duré quatre heures. Après cela, j'ai été emmené à la prison. Comme vous l'avez dit, j'ai été classé détenu à haut risque, séparé de tout le monde. Je n'avais pas le droit d'apporter quoi que ce soit avec moi, un livre ou autre. J'y ai passé quatre jours. Pour ne pas devenir fou, je faisais de l'exercice toutes les heures et demie, deux heures.

Le dimanche 12 novembre au soir, ils m'ont emmené pour un deuxième interrogatoire. Et leur technique était de ne pas vraiment poser de questions. C'était plutôt une rhétorique. Lorsque vous installez la réponse à l'intérieur de la question, vous ne laissez pas vraiment l'autre personne choisir sa propre réponse. Par exemple, ils ont dit quelque chose comme : « En tant que personne qui justifie et légitime les viols perpétrés par les membres du Hamas le 7 octobre, ne pensez-vous pas que… » – vous savez, c'était leur technique. Également lors de mon deuxième interrogatoire, à un moment donné, ils ont dit que mes publications sur Facebook ressemblaient à Les Protocoles des Sages de Sion. Maintenant, je suis professeur d'histoire, alors je leur ai demandé : « Avez-vous déjà lu Les Protocoles des Sages de Sion? » Il n'y a eu aucun commentaire.

Lire aussi  Un rabbin interrompt le discours de Biden pour exiger qu’il appelle avec force au cessez-le-feu à Gaza

J'ai été ramené à la prison. Et le 13 novembre, j'ai été libéré par le juge, et ils m'ont quand même gardé en prison pendant encore trois heures et demie.

JUAN GONZALEZ : Et quelle a été la réponse de vos collègues enseignants en Israël et de la presse à votre arrestation et à votre détention ?

MEIR BARUCHIN : La plupart des médias grand public adhèrent à la déclaration du porte-parole de la police qui m'a accusé de justifier et de légitimer les viols commis par les membres du Hamas le 7 octobre.

Quant à mes collègues enseignants, ils sont des centaines à me dire : « Meir, je suis entièrement derrière toi, mais j'ai des enfants à charge », « Meir, je suis avec toi, mais je paie un prêt immobilier », « Meir , je suis avec toi, mais ma fille va se marier », « Meir, je suis avec toi, mais nous venons juste de commencer à redécorer la maison. Ils ont peur de parler. Ils ont peur de perdre leur emploi. Ils voient très clairement qu'aujourd'hui, les citoyens israéliens qui manifestent le moindre sentiment pour la population de Gaza, s'opposent au meurtre de civils innocents, sont politiquement persécutés, subissent l'humiliation publique, perdent leur emploi, sont mis à la porte. en prison. Alors ils ont peur.

AMY GOODMAN : La semaine dernière, Haaretz, le journal israélien, a publié un éditorial intitulé « Arrêter les Arabes et les gauchistes : comment Israël entend réprimer la dissidence intérieure à propos de la guerre à Gaza ». Dans celui-ci, Haaretz a écrit à propos de votre cas en disant, je cite : « Ne vous y trompez pas : Baruchin a été utilisé comme un outil politique pour envoyer un message politique. Le motif de son arrestation était la dissuasion – faire taire toute critique ou toute allusion à une protestation contre la politique israélienne. Baruchin a payé un prix personnel. Alors, Meir, si vous pouviez parler du fait que vous avez été licencié de votre travail ? Vous avez quatre enfants, n'est-ce pas ? Et aussi, à quel point votre arrestation et votre mise à l'isolement sont-elles inhabituelles, tant pour les Juifs israéliens que pour les Palestiniens ?

Lire aussi  Les inquiétudes concernant le cancer incitent à augmenter les analyses de sang chez les pompiers militaires pour détecter les PFAS

MEIR BARUCHIN : Eh bien, tout d'abord, je dois admettre que le fait que je sois juif a joué un rôle clé dans mon arrestation. Si j'avais été Palestinien, ce serait complètement différent. Il y aurait eu beaucoup plus de violence de la part des policiers et aussi dans la prison de la part des gardiens.

Je pense que c'est un message clair non seulement destiné aux enseignants, mais à tous les citoyens israéliens. L'un des journalistes de Yedioth Ahronoth, Ben-Dror Yemini, m'a traité de « soldat au service de la propagande terroriste », dans ces termes précis. D'autres journaux — d'autres journalistes ont également adopté la déclaration de la police sans obtenir ma réponse ou sans même essayer de contester la déclaration de la police.

AMY GOODMAN : Ils ont pris votre téléphone et aussi votre ordinateur ?

MEIR BARUCHIN : Oui.

AMY GOODMAN : L'avez-vous récupéré ?

MEIR BARUCHIN : Ils ont pris mon téléphone. Ils ont pris deux ordinateurs portables. Non, non, pas encore. Mon avocat y travaille. Mais l'affaire n'est toujours pas close. Je fais toujours face à des accusations. De plus, le ministère de l'Éducation a suspendu ma licence, je ne peux donc pas retourner enseigner nulle part dans le pays.

AMY GOODMAN : Et que dites-vous à vos enfants ? Il ne nous reste que 30 secondes, Meir.

MEIR BARUCHIN : Mes enfants sont fiers de moi et c'est le plus important.

AMY GOODMAN : Je tiens à vous remercier beaucoup d'être avec nous. Meir Baruchin est un professeur israélien d'histoire et d'éducation civique dans un lycée qui a été emprisonné pendant quatre jours, maintenu à l'isolement, après avoir critiqué le meurtre de civils palestiniens innocents. Son dossier est toujours ouvert. Il pourrait encore passer en jugement. Il nous parle depuis Jérusalem.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire