CAF : Le RSA sera suspendu si vous ne respectez pas cette nouvelle condition

Publié le

Pour commencer, souvenons-nous qu'au 1er décembre 1988, la loi instituant le RMI (Revenu Minimum d'Insertion) fut adoptée et mise en œuvre par le gouvernement de Michel Rocard dans un contexte de chômage de masse. L' de cette loi affirmait que «le RMI a sauvé près de deux millions de Français de l'indigence». Le RMI instaurait alors le droit à un revenu minimum pour tous, après la Sécurité sociale, les retraites et les allocations chômage. Ainsi, le Revenu de Solidarité Active (RSA) vise non seulement à fournir des moyens de subsistance dignes aux personnes les plus démunies, mais aussi à favoriser le retour à l'emploi.

Nicolas Sarkozy, alors Président de la , soulignait la solidarité en déclarant : « S'il y a de l'argent pour ceux du haut, il doit y avoir de l'argent pour ceux du bas. » À sa création, le RSA comprenait une composante sociale (RSA socle) et une composante liée à l'activité (RSA activité). Depuis 2016, la Prime d'activité remplace le RSA activité.

Fin 2021, on compte environ 1,93 million de bénéficiaires du RSA, soit environ 3,87 million de personnes concernées incluant les conjoints et enfants, soit près de 5,7% de la population française. La DRESS (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques) estime en mars 2022 que plus d'un tiers de ces personnes éligibles au RSA ne font pas valoir leurs droits.

La réforme du RSA et ses implications pour les bénéficiaires

D'après un rapport de la Cour des comptes publié en janvier 2022, le RSA protège certes ses bénéficiaires de l'extrême pauvreté, mais ne leur permet pas de sortir de la précarité liée aux emplois mal rémunérés ou à temps partiel, ni de les inciter à reprendre une activité professionnelle. Le nouvel RSA se base désormais sur une logique de droits et de devoirs, alors que le RMI et la version précédente du RSA étaient inconditionnels et considérés comme un préalable au retour à l'emploi. L'exigence principale imposée aux allocataires du RSA est aujourd'hui l'obligation de travailler au moins 15 heures par semaine.

  • Les personnes souffrant de handicap ou de problèmes de santé
  • Les parents isolés avec des enfants de moins de 12 ans sans solution de garde d'enfant
Lire aussi  La Floride pourrait être le prochain État à assouplir les protections contre le travail des enfants

Certains individus pourront être dispensés de cette obligation des 15 heures minimum de travail hebdomadaire ou voir leur nombre d'heures requis adapté à leur situation personnelle. Le Conseil constitutionnel insiste en effet lors de l'examen de la loi “Pour l'emploi” sur la nécessité d'adapter le nombre d'heures de travail obligatoires en fonction des circonstances particulières.

Contractualisation des engagements réciproques entre bénéficiaires et État

Tous les bénéficiaires du RSA sont désormais tenus de chercher à retrouver une activité professionnelle, mais seulement environ 50% d'entre eux, inscrits à Pôle emploi, sont actuellement soutenus et accompagnés. Le proposé par la réforme remplacera donc les dispositifs existants : le PPAE (Projet Personnalisé d'Accès à l'Emploi) pour les allocataires inscrits à Pôle emploi et le CER (Contrat d'Engagement Réussite). Dans ce cadre, les engagements des deux parties sont les suivants :

  • Pour les bénéficiaires du RSA, une aide renforcée sous la forme d'un plan d'actions détaillant les objectifs d'insertion sociale et professionnelles ainsi que les mesures d'accompagnement tels que des formations ou stages…
  • Le bénéficiaire, quant à lui, devra respecter scrupuleusement le plan d'actions défini. Désormais France Travail, chargée du suivi de l'ensemble de la population du RSA, pourra radier une personne de la liste des demandeurs d'emploi en cas de non-respect du contrat d'engagement.

Cette réforme pourrait offrir aux bénéficiaires un accompagnement mieux ciblé et plus efficace pour retrouver l'emploi, tout en renforçant la responsabilisation de chacun face à ses engagements.

Avatar de Tatomo Ny Aina

Laisser un commentaire