Alors que 700 000 personnes sont sur le point de mourir de faim à Gaza, les États-Unis opposent encore une fois leur veto au cessez-le-feu

Publié le

Alors que 700 000 personnes sont sur le point de mourir de faim à Gaza, les États-Unis opposent encore une fois leur veto au cessez-le-feu

Pour la troisième fois depuis le 7 octobre, les États-Unis ont opposé leur veto à une résolution de l'ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza.

Le vote intervient alors que les responsables du gouvernement de Gaza avertissent qu'un tiers de la population de Gaza risque actuellement de mourir de faim.

La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, rédigée par l'Algérie, appelle à un cessez-le-feu et à la libération de tous les otages détenus à Gaza. Les États-Unis ont été les seuls à voter contre la résolution, avec 13 membres du conseil votant pour la résolution et un pays, le Royaume-Uni, s'abstenant.

Les États-Unis avaient également opposé leur veto aux résolutions prévoyant des pauses humanitaires en octobre et un cessez-le-feu et la libération des otages en décembre. L'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, a qualifié la résolution la plus récente de « pieux et irresponsable », arguant qu'un cessez-le-feu interromprait les efforts diplomatiques visant à suspendre les combats, même si un cessez-le-feu permettrait d'atteindre cet objectif.

Les ambassadeurs d'autres pays ont critiqué le veto américain, affirmant qu'il entraînerait davantage de morts et de violences contre les Palestiniens à Gaza – où le bilan officiel approche les 30 000 morts, avec des milliers de disparus – et en Cisjordanie, et risquerait une escalade du conflit au Moyen-Orient.

« Le veto sur ce projet de résolution est non seulement regrettable… mais aussi absolument imprudent et dangereux, car il protège Israël même après qu'il ait commis les crimes les plus choquants, tout en exposant des de Palestiniens innocents à des horreurs encore plus indescriptibles », a déclaré l'ambassadeur de Palestine Riyad H. Mansour lors d'un discours devant le conseil.

Lire aussi  Les projets de loi de WI obligeraient les bibliothèques à dire aux parents quels livres leurs enfants consultent

Les États-Unis utilisent depuis longtemps leur droit de veto pour soustraire Israël à toute responsabilité. Depuis la création d'Israël en 1948 à une campagne de nettoyage ethnique, que les Palestiniens appellent la Nakba, les États-Unis ont rejeté 34 des 36 résolutions de l'ONU liées à la Palestine, selon un rapport. Al Jazeera analyse.

Dans le même temps, les États-Unis continuent d'envoyer des armes pour aider Israël à détruire Gaza et refusent d'envoyer des fonds au principal groupe d'aide humanitaire de Gaza, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), alors que l'ensemble de la population de Gaza, y compris plus d'un million d'enfants, est confronté à la famine et à la maladie.

En effet, le bureau des médias du gouvernement à Gaza a averti mardi que plus de 700 000 Palestiniens du nord de Gaza sont sur le point de mourir de faim, en raison de la campagne de famine menée par Israël, que les experts considèrent comme sans précédent dans les temps modernes.

Des rapports antérieurs d'experts alimentaires internationaux ont que la famine se propage à travers le territoire, la grande majorité de la population mondiale vivant actuellement la famine se trouvant à Gaza. Israël intensifie la crise en bloquant encore plus durement les livraisons d'aide humanitaire vers Gaza que les mois précédents, tandis que le Programme alimentaire mondial est contraint de suspendre les livraisons d'aide dans le nord en raison des conditions dangereuses. Les groupes humanitaires ont déjà dû réduire leurs opérations en raison des attaques israéliennes qui ont tué de nombreux travailleurs humanitaires.

Lire aussi  L’aide humanitaire maintient les Gazaouis en vie. Israël bloque tout.

La situation d'urgence alimentaire a conduit à des conditions horribles, avec une grande partie des jeunes enfants confrontés à une malnutrition potentiellement mortelle et des Palestiniens obligés de manger de l'herbe, des mauvaises herbes et des feuilles ou de trouver du fourrage pour animaux à broyer pour tenter de survivre.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire