Voici la somme qu’il faut gagner pour être riche en France

Publié le

Dans une société où le fossé entre riches et pauvres s'accroît, il est nécessaire de comprendre comment les seuils de richesse et de pauvreté sont calculés en France. L'Observatoire des inégalités travaille depuis dix ans sur ces questions en collaboration avec l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), un organisme indépendant basé sur les données de l'INSEE. Le seuil de richesse est particulièrement intéressant puisqu'il n'a pas d'équivalent . Dans cet article, nous examinons comment ce seuil est établi.

La méthodologie de l'Observatoire des inégalités

L'Observatoire des inégalités calcule le seuil de richesse en se basant sur le niveau de vie médian qui correspond au milieu de l'échelle des revenus. Comme le seuil de pauvreté est fixé à la moitié du niveau de vie médian, l'institution a choisi d'établir le seuil de richesse au double de ce niveau. Néanmoins, il prend soin de ne pas prendre en compte les coûts liés au logement car il est impossible de déterminer si cela relève d'un choix ou d'une nécessité.

Seuil de richesse selon la situation familiale

Selon Louis Maurin, directeur de l'Observatoire des inégalités, un célibataire gagnant au moins 3 860 euros par mois est considéré comme riche. Cela inclut non seulement le salaire, mais aussi les prestations sociales et tous les revenus tirés des biens immobiliers ou financiers.

Le seuil varie également en fonction de la situation familiale :

  • Couple sans enfant : 5 790 euros
  • Famille monoparentale avec un enfant de moins de 14 ans : 5 018 euros
  • Couple avec un enfant de moins de 14 ans : 6 948 euros
  • Couple avec deux enfants de plus de 14 ans : 9 650 euros
  • Couple avec trois enfants dont au moins un âgé de moins de 14 ans : 10 808 euros
Lire aussi  Les professeurs de 23 campus de l’Université d’État de Californie se préparent à faire grève

Les critiques de la méthode

Bien que cette approche ait l'avantage d'être simple à comprendre, elle suscite toutefois critiques. Certains estiment par exemple qu'elle ne prend pas suffisamment en compte la diversité des situations sociales et géographiques. En effet, il est possible que la notion de « richesse » diffère en fonction des contextes régionaux et du coût de la vie.

Autres facteurs affectant la perception de la richesse

Par ailleurs, la définition de la richesse peut évoluer en fonction de critères personnels, tels que :

  • L'âge (les retraités n'ayant généralement pas les mêmes besoins que les actifs)
  • Le niveau d'éducation (qui peut influencer la perception de son propre statut social)
  • L'origine culturelle ou sociale (selon les conceptions différentes de la réussite et des biens matériels)
  • Les valeurs personnelles (davantage orientées vers l'acquisition de biens matériels ou au contraire vers des aspirations plus éthiques ou environnementales)

Pour une définition multidimensionnelle de la richesse

Certains chercheurs proposent de dépasser cette approche purement monétaire pour inclure d'autres dimensions de la richesse, telles que le capital social, la santé, le bien-être ou encore le niveau d'éducation. Cela permettrait de mieux cibler les politiques publiques et de un partage plus juste des ressources au sein de la société.

Conclusion : vers une meilleure compréhension des inégalités

Comprendre comment est déterminée la richesse en France est essentiel pour aborder les questions d'inégalités sociales. Si la méthode employée par l'Observatoire des inégalités présente certains avantages, elle reste toutefois perfectible afin d'appréhender au mieux la diversité des parcours et des situations. En fin de compte, adopter une approche multidimensionnelle pourrait permettre de mieux cerner les enjeux soulevés par ces disparités économiques et contribuer à réduire les inégalités dans notre pays.

Avatar de Tatomo Ny Aina

Laisser un commentaire