Un homme politique israélien déclare que « les enfants de Gaza sont à l’origine de cette situation »

Publié le

Two injured Palestinian children, one looking directly into the camera, sit on a bench inside of a hospital

Il est vraiment difficile d'imaginer une déclaration plus malveillante que « les enfants de Gaza ont provoqué cela sur eux-mêmes » alors que des enfants de Gaza sont maintenant massacrés par centaines. Mais cela a effectivement été dit lors d'une récente session de la Knesset. Et il ne s'agissait pas d'une personne considérée comme un extrémiste de droite, mais plutôt comme un centriste libéral – Meirav Ben-Ari, du parti d'opposition Yesh Atid de Yair Lapid.

La session complète de plus de trois heures de lundi peut être vue ici. Ben-Ari s'énerve visiblement lorsque la députée palestinienne Aida Touma-Sliman (environ deux heures après le début de la séance) déplore la perte de vies civiles « à la fois dans la zone entourant Gaza et à Gaza », implorant de faire un effort pour libérer les otages et pour « sortir les civils du cercle du sang ». « Juifs comme Arabes, Israéliens comme Palestiniens. » « Un enfant est un enfant », Touma-Sliman rappelle à tout le mondesoulignant qu'à ce moment-là, plus de 900 enfants avaient été tués lors des bombardements israéliens sur Gaza (un jour plus tard, ce nombre dépassait largement le millier).

Toute cette humanité était tout simplement trop pour Ben-Ari. Elle a commencé à crier et à chahuter Touma-Sliman en disant : « Il n'y a pas de symétrie, il n'y a pas de symétrie !

Touma-Sliman a tenu bon malgré les perturbations incessantes, désormais principalement dues à Ben-Ari, et a continué à lire ses remarques. À un moment donné, Touma-Sliman est apparemment sorti du scénario et a fait référence à Ben-Ari :

« Entre les enfants, il y a une symétrie », dit-elle.

Ben Ari est furieux : « Il n'y a pas de symétrie !! »

Touma-Sliman a souligné : « Un enfant est un enfant est un enfant. »

Vingt-cinq minutes après cet épisode insupportable, Ben-Ari est venu prendre la parole, certes imprévue. Cela fait précisément 2,5 heures après le début de la vidéo de la session :

« Bien sûr, je n'avais pas prévu de parler, mais je dois dire une chose qui doit être claire : il n'y a pas de symétrie. Il n'y a pas de symétrie. Moi, mes amis, d'accord, j'étais en route pour la synagogue le jour de Sim'hat Torah, et on leur a tiré dessus, uniquement parce qu'ils étaient juifs dans cet État. C'est ça. Et mes amis – leurs enfants sont allés à la fête, pour célébrer – laïcs, religieux, peu importe qui, simplement parce qu'ils étaient juifs, ont été assassinés. Il n'y a donc pas de symétrie ! Et les enfants de Gaza – les enfants de Gaza ont provoqué cela eux-mêmes ! Nous sommes une en quête de paix, une nation qui aime la vie. Il n'y a pas de symétrie, nos enfants sont kidnappés là-bas ! (c'est moi qui souligne)

Ben-Ari a poursuivi son discours pendant un moment, ajoutant que le Hamas utilise des civils comme boucliers humains (le point hasbara répété de manière fastidieuse), le terminant par une répétition du mantra de « pas de symétrie » :

Lire aussi  La Banque mondiale a dépensé près de 15 milliards de dollars pour soutenir les combustibles fossiles depuis les Accords de Paris

« Il n'y a pas de symétrie dans le génocide ! »

Il est évidemment impossible de ne pas y voir un plaidoyer en faveur du génocide.

Ces mots n'ont pas retenu beaucoup d'attention, à ma connaissance. Il suffit de réfléchir à ce qui se passerait si un dirigeant palestinien déclarait que ce sont des enfants israéliens qui en sont responsables. Pouvons-nous même imaginer le tollé et la condamnation, les cris d'antisémitisme et les tropes de l'Holocauste ? Ce serait assourdissant. Mais cela se passe tranquillement. Et ce n'était pas un lapsus.

La rhétorique génocidaire de Ben-Ari faisait en fait écho à un commentaire que venait de faire le président israélien Isaac Herzog, également connu comme un libéral, même s'il était plus à gauche. Lors d'une récente conférence de presse le 13 octobre, Herzog a répondu à une question de Rageh Omar d'ITV, qui lui demandait ce qu'Israël pouvait faire pour atténuer l'impact sur plus de deux millions de civils à Gaza, dont beaucoup n'ont rien à voir avec le Hamas. Herzog répondit :

« Nous travaillons, opérons militairement conformément aux règles du droit international, point final. Sans équivoque. C'est toute une nation qui en est responsable. Ce n'est pas vrai cette rhétorique selon laquelle les civils ne sont pas au courant, ne sont pas impliqués. Ce n'est absolument pas vrai. Ils auraient pu se soulever, ils auraient pu lutter contre ce régime maléfique qui a pris le contrôle de Gaza lors d'un coup d'État. (C'est moi qui souligne)

C'est vraiment indubitable – Herzog sous-entend en réalité qu'une « nation entière est responsable », et l'implication est qu'ils sont des cibles légitimes. Cependant, il a par la nié que c'était ce qu'il voulait dire.

Lire aussi  « J’ai vécu toute ma vie comme un dommage collatéral », déclare un militant palestinien

Cette rhétorique a une longue histoire parmi les politiciens israéliens. En 2018, alors qu'Avigdor Lieberman était ministre de la Défense, il déclarait qu'« il n'y a pas d'innocents dans la bande de Gaza » parce que « tout le monde a un lien avec le Hamas ». C'était en avril 2018, alors qu'Israël commençait à tirer sur des palestiniens non armés lors de la Grande Marche du Retour. Lorsqu'une vidéo filmée par des tireurs d'élite israéliens, dans laquelle ils célèbrent leur tir sur un Palestinien immobile et non armé, a fait surface sur les réseaux sociaux à peu près au même moment, Lieberman a déclaré qu'ils méritaient une médaille pour leurs tirs. Je pourrais tout aussi bien mentionner que Lieberman a préconisé la décapitation des citoyens palestiniens « déloyaux » avec une hache et la noyade des prisonniers palestiniens dans la mer Morte. Lieberman est désormais considéré comme un critique de Netanyahu qui envisage de rejoindre le « gouvernement d'unité » afin de « rejoindre le cabinet de guerre afin d'apporter la victoire la plus rapide possible ».

Vous direz peut-être que ce ne sont que de la rhétorique, mais ces paroles conduisent également à des actions. Les commentaires du ministre israélien de la Défense Yoav Galant ont qualifié les Palestiniens d'« animaux humains » alors qu'Israël a fermé tous les robinets d'eau vers Gaza, faisant des conditions de vie déjà invivables là-bas un cauchemar génocidaire. La relation entre les paroles et les actes est évidente.

Les enfants sont souvent un indicateur pour savoir si l'on est allé trop loin. Une fois que les enfants ont été explicitement présentés comme « non innocents », vous savez qu'une guerre génocidaire totale est possible. Ce n'est pas pour rien que Netanyahu a cité le poème de Haim Nachman Bialik de 1904, disant : « La vengeance pour le sang d'un petit enfant a encore été imaginée par Satan » lorsqu'il a juré de « détruire (le Hamas) » et de « venger avec force ce jour sombre ». .» Ce poème, intitulé « Sur le massacre », est souvent cité dans la culture israélienne et souvent par Netanyahu. Il a été écrit à la suite du pogrom de Kishiniev de 1903. Il est intéressant de noter que le tollé concerne toujours la mort d'enfants israéliens. Mais il est intéressant de noter que la phrase qui précède celle citée dit : « Et maudit soit l'homme qui dit : Venge-toi ! »

Lire aussi  En raison du black-out des communications à Gaza, les Palestiniens pourraient être confrontés aux plus grands massacres jamais vus

Et tant d'Israéliens ne semblent tout simplement pas comprendre cela. Ils deviennent maudits par leur soif de vengeance et deviennent inconscients de la mort de plus d'un millier d'enfants.

Avatar de Charles Briot