« J’ai vécu toute ma vie comme un dommage collatéral », déclare un militant palestinien

Publié le

« J’ai vécu toute ma vie comme un dommage collatéral », déclare un militant palestinien

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Ezra Yachin, 95 ans, est l'un des plus de 300 000 réservistes qu'Israël a mobilisés depuis que le Hamas a lancé une attaque surprise sur des cibles israéliennes samedi dernier. Yachin ne participera pas au combat, mais « il motive les soldats », selon les médias. «Soyez triomphant, achevez-les et ne laissez personne derrière vous. Effacez leur souvenir », a déclaré Yachin aux soldats israéliens : dans une vidéo qui est depuis devenu viral. « Effacez-les, leurs familles, leurs mères et leurs enfants. Ces animaux ne peuvent plus vivre. Tout Juif possédant une arme devrait sortir et les tuer. Si vous avez un voisin arabe, n'attendez pas, allez chez lui et abattez-le.

Mardi, le ministre israélien d'extrême droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a annoncé que son ministère achèterait 10 000 fusils pour les distribuer aux « équipes de sécurité civile » dans les villes frontalières près de la bande de Gaza, dans les colonies israéliennes illégales en Cisjordanie et en « villes mixtes judéo-arabes » en Israël. « Nous allons bouleverser le monde pour que les villes soient protégées. J'ai donné des instructions pour armer massivement les équipes de sécurité civile », a déclaré Ben-Gvir dans un communiqué.

Pendant ce temps, les bombes continuent de tomber sur Gaza, où les responsables israéliens ont ordonné l'évacuation de quelque 1,1 million de Palestiniens du nord de Gaza. L'ONU a demandé à Israël d'annuler son ordre d'évacuation catastrophique. « Les transferts forcés de population constituent un crime contre l'humanité et les punitions collectives sont interdites par le droit international humanitaire », a déclaré Paula Gaviria Betancur, rapporteuse spéciale sur les droits humains des personnes déplacées à l'intérieur du pays. « Il est inconcevable que plus de la moitié de la population de Gaza puisse traverser une zone de guerre active, sans conséquences humanitaires dévastatrices, en particulier en étant privée de fournitures essentielles et de services de base », a déclaré Betancur.

Selon un communiqué de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), « l'eau potable s'épuise dans la bande de Gaza, après que l'usine d'eau et les réseaux publics d'eau ont cessé de fonctionner. Les gens sont désormais obligés d'utiliser l'eau sale des puits, augmentant ainsi les risques de maladies d'origine hydrique. Gaza est également confrontée à une panne d'électricité depuis le 11 octobre, ce qui a un impact sur l'approvisionnement en eau. » Trois usines de dessalement d'eau, qui produisaient auparavant 21 millions de litres d'eau potable par jour, ont arrêté leurs activités. Israël a coupé la nourriture, l'eau et l'électricité dans le cadre d'un « siège complet » de Gaza. « Nous devons acheminer du carburant par camion vers Gaza maintenant. Le carburant est le seul moyen pour les gens d'avoir de l'eau potable. Dans le cas contraire, des personnes commenceront à mourir de déshydratation sévère, notamment de jeunes enfants, des personnes âgées et des femmes. L'eau est désormais la dernière bouée de sauvetage. J'appelle à la levée immédiate du siège de l'aide humanitaire », a déclaré Philippe Lazzarini, commissaire général de l'UNRWA.

Lire aussi  La Nakba n’a pas pris fin en 1948. Elle continue d’avoir un impact quotidien sur les Palestiniens.

Selon Al Jazeera« Au moins 2 215 Palestiniens, dont 724 enfants, ont été tués et 8 714 autres blessés depuis l'escalade du conflit. Au cours des seules dernières 24 heures, 324 Palestiniens ont été tués et 1 000 autres blessés lors des raids aériens israéliens sur Gaza, selon le ministère de la Santé.

Des milliers de Palestiniens tentent de se conformer à l'ordre israélien d'évacuer le nord de Gaza – une directive que certains ont qualifiée de « marche de la mort ». De nombreux habitants de Gaza ont accueilli chez eux des Palestiniens déplacés. « Dans chaque appartement, 20 à 30 personnes vivent ensemble. Et ils sont de plus en plus nombreux à appeler parents et amis pour demander s'il y a de la place là où ils se trouvent. Je vis dans un appartement avec trois autres familles », Al JazeeraYoumna ElSayed de Khan Younis, dans le sud de Gaza. Mais les Gazaouis fuyant vers Khan Younis n'ont obtenu aucun répit face aux bombardements israéliens en cours. Des avions militaires israéliens ont frappé samedi un immeuble de quatre étages à Khan Younis. Selon Youmna ElSayed, on pouvait voir des voisins se mobiliser, tentant de sortir les victimes des décombres.

MSNBC a rapporté samedi que des frappes aériennes israéliennes avaient frappé trois convois de réfugiés palestiniens qui fuyaient le nord de Gaza, tuant au moins 70 personnes.

Le président israélien Isaac Herzog a déclaré qu'il n'y avait aucun civil innocent à Gaza. « C'est toute une nation qui est responsable », a déclaré Herzog lors d'une conférence de presse vendredi. « Ce discours selon lequel les civils ne sont pas au courant et ne sont pas impliqués n'est pas vrai. Ce n'est absolument pas vrai. Ils auraient pu se soulever. Ils auraient pu lutter contre ce régime maléfique qui a pris le contrôle de Gaza par un coup d'État.»

Lire aussi  Les États-Unis poussent les Jeux olympiques à exclure la Russie, mais qu’en est-il de leurs propres crimes de guerre ?

En utilisant la logique de Herzog, on pourrait affirmer que les 1 200 Israéliens tués lors d'une attaque surprise du Hamas étaient tous responsables des conditions d'apartheid, des bombardements massifs, de la torture et de l'occupation menée par l'État d'Israël, mais l'idée selon laquelle un tout entier peut être coupable et méritant une punition collective a toujours été appliqué de manière sélective dans la politique israélienne et américaine.

Vendredi, j'ai parlé avec Majed Abusalama, un activiste et écrivain palestinien vivant à Berlin et qui a grandi à Gaza, de la violence actuelle. Interrogé sur les distinctions faites entre les civils israéliens et les civils palestiniens, Abusalama m'a répondu : « Je pense que j'ai vécu toute ma vie comme un dommage collatéral. Toute ma famille a vécu comme un dommage collatéral. Abusalama a expliqué que les Palestiniens n'ont jamais obtenu le statut d'innocence ni été considérés comme dignes de survivre. « Nous n'avons jamais vécu en tant que civils. Nous avons toujours été des cibles et des dommages collatéraux des bombardements israéliens sur nos villes, etc.

Abusalama a parlé des réalités du fait d'avoir grandi à Gaza et de la manière dont les souffrances imposées aux Palestiniens sont à l'origine de cette crise. « Nous devons comprendre que ces personnes sont dans une prison à ciel ouvert et soumises à un siège militaire », a-t-il déclaré. « (Gaza) a été bombardée et bombardée et bombardée, et je fais partie de ceux qui ont été bombardés et bombardés et bombardés. » Réfléchissant à sa propre survie, Abusalama a ajouté : « Je ne sais pas pourquoi je suis ici aujourd'hui. Je sais juste que j'ai de la chance de pouvoir parler aujourd'hui. Abusalama a grandi dans des camps de réfugiés à Gaza « ressentant l'intensité et la puissance du régime colonial de peuplement, des soldats et de l'armée israéliens ». Abusalama a parlé de la peur constante d'arrestation, d'enlèvement et de meurtre à laquelle lui et d'autres Palestiniens étaient confrontés, en disant : « Beaucoup de mes amis ont été abattus, et moi-même avons été abattus… parce qu'en fin de compte, Israël nous tels qu'ils sont. dit, les animaux humains.

Lire aussi  S’il gagne, les démocrates utiliseront « Speaker Jordan » comme sujet de discussion en 2024

Abusalama s'inquiète pour son père et ses oncles, qui sont toujours à Gaza, alors que les bombes continuent de tomber. « Beaucoup de mes oncles ne voulaient pas quitter la maison parce qu'ils pensaient que c'était une autre Nakba », a-t-il déclaré.

Abusalama a déploré l'invisibilisation de l'humanité palestinienne au milieu des récentes violences et a appelé les personnes de conscience du monde entier à agir. « Je pense que les gens devraient faire tout ce qu'ils peuvent », a-t-il déclaré. « Tout le monde devrait agir aujourd'hui de la même manière que nous avons agi pendant la guerre du Vietnam. Je pense que les gens devraient faire grève pour obtenir les pleins droits des Palestiniens. » Abusalama a comparé la lutte palestinienne à d'autres luttes qui ont uni les peuples dans la protestation à travers le monde, et a appelé à des grèves et à des actions de masse exigeant « la pleine égalité et la pleine autodétermination des Palestiniens (et) le retour des terres ». Il a exhorté ceux qui ont déjà protesté et pris la parole à continuer de le faire. « Continuez à réclamer les droits des Palestiniens et continuez à dénoncer les crimes contre l'humanité d'Israël. Dénoncez l'apartheid qui est à la base de tout.

Malgré le sentiment que de nombreuses personnes ont laissé tomber les Palestiniens et « ont échoué elles-mêmes, ont échoué dans leur histoire et ont échoué dans leur humanité » en refusant de dénoncer l'apartheid et les actes de génocide en cours par Israël, Abusalama dit que nous devons être déterminés à exiger la liberté pour la Palestine. « Espérons que l'égalité, la justice, la dignité et la liberté désormais être recherchées par tout le monde, et non par un groupe plutôt qu'un autre », a-t-il déclaré. « Et cela doit être le cas maintenant. C'est maintenant. Et je pense que si ce n'est pas le cas maintenant, cela ne changera jamais. Nous devrons être témoins d'un autre moment comme celui-ci dans notre vie.

Pour en savoir plus sur Majed, vous pouvez le suivre sur Twitter et Instagram, ou consultez ses articles dans The Electric Intifada, Al Jazeera et ailleurs.

Avatar de Charles Briot