Un écocide apocalyptique se profile si la mer continue de monter, préviennent les militants des Îles Marshall

Publié le

Un écocide apocalyptique se profile si la mer continue de monter, préviennent les militants des Îles Marshall

« Je vis aux Îles Marshall », a déclaré Moneka De Oro, co-directrice exécutive de l'Alliance micronésienne contre le changement climatique, lors d'une manifestation pour le climat à Guam cet automne. « Nous sommes de petits points sur la carte. Aucune terre n'est donc jetable. Et ce ne sont pas seulement les personnes qui sont effacées. Toutes les espèces qui vivent ici seront englouties par l'océan. C'est une toute autre forme de mort.

Lors de la manifestation du 2 octobre à Guam, des militants ont brièvement bloqué la porte de la base aérienne d'Anderson. Des dizaines de personnes brandissaient des pancartes reconnaissant les noms autochtones de la terre : Tailalo et Litekyan. La manifestation a eu lieu pour faire prendre conscience que la base militaire a détruit 900 acres de forêt calcaire et empoisonné l'eau locale, ainsi que pour sensibiliser à la menace que la crise climatique fait peser sur les habitants des îles.

Des études scientifiques coup sur coup montrent que la crise climatique tue des millions de personnes chaque année et dévaste les terres sur lesquelles vivent de nombreuses communautés culturelles. Ajoutez à cela les millions de personnes qui devraient mourir dans un avenir proche à cause des vagues de chaleur, des maladies et de la famine, et il est temps de dire la vérité sans détour : nous sommes dans un génocide climatique qui se déroule lentement.

Écocide

Chaque année, 5 millions de personnes meurent à cause d'événements climatiques extrêmes. Un rapport de La santé planétaire du Lancet cite à la fois un froid et une chaleur intenses, mais à mesure que la crise climatique s'accélère, la balance penche du côté des vagues de chaleur. Selon un rapport de 2022 de Vulnerable Twenty (un forum de 20 pays touchés de manière disproportionnée par le changement climatique), « le changement climatique incessant entraînera 3,4 millions de décès par an d'ici la fin du siècle ».

Le paysage infernal décrit par les données se répète dans les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, dans des viraux comme celui de David Wallace-Wells. Revue new-yorkaise essai « La Terre inhabitable » et les discours très regardés de la militante Greta Thunberg, notamment celui à l'ONU où elle a sifflé : « Comment oses-tu ! envers des fonctionnaires complaisants.

Mais peut-être devrions-nous le revoir. Suis-moi. Imaginez que la Terre soit un petit point pâle tournant dans l'espace. Là-dessus vivent tous ceux que vous aimez. L'atmosphère dans laquelle nous avons évolué et prospéré est en réalité une minuscule plage de températures. Depuis environ 1850, le Nord a rejeté tellement de carbone dans le ciel que la température s'est réchauffée de 1,1 degré Celsius (1,1°C). Notre utilisation fébrile des combustibles est en passe de dépasser l'objectif des Accords de Paris sur le climat de moins de 1,5°C à 2°C et il est très possible d'atteindre 4°C.

Que se passe-t-il si la température dépasse 1,5°C ? À 1,5°C, un milliard de personnes connaîtront des vagues de chaleur meurtrières et les sécheresses briseront le sol en une croûte sèche. La migration massive va bouleverser la vie quotidienne. Tournez maintenant le bouton vers l'avant et chaque degré supplémentaire transforme la vie en un cauchemar surréaliste. À 2,5°C, disons dans les années 2080, des pans entiers des Caraïbes, du Mexique et du sud des États-Unis seront invivables. Miami est un aquarium. Dallas un cimetière cuit. En Asie du Sud, les villes côtières seront frappées par des vagues de chaleur, des inondations et des cyclones qui déchireront les maisons en lambeaux. En Afrique, les précipitations se raréfieront. Les sécheresses et la chaleur suffocante pousseront les personnes affamées à fuir. Où iront-ils? Les grandes villes seront effacées par la montée des mers.

Lire aussi  Au milieu des attaques de la droite, les programmes de justice raciale prennent de l’ampleur dans les États bleus

Empilez les rapports et une image commune est claire. Les pays du Sud sont historiquement ceux qui produisent le moins de carbone, mais ils seront les premiers et les plus dévastés. Le Nord porte la plus grande responsabilité dans le réchauffement climatique constant. Pourtant, ses sociétés de combustibles fossiles et ses laquais politiques maintiendront en mouvement une économie qui condamne à la mort les personnes les plus pauvres du monde.

La banalité du mal

« Les déplacements de populations et la destruction de la langue et des traditions culturelles équivaut dans notre esprit à un génocide », a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères des Îles Marshall, Tony deBrum, en 2015. Il n'était pas le seul à invoquer ce terme. De plus en plus de militants et d'artistes déplacent la catégorie du génocide pour cristalliser l'immense violence à laquelle les pauvres de couleur sont confrontés en raison des catastrophes climatiques qui se chevauchent et s'intensifient. L'environnement a été attaqué de nombreuses manières. On sait moins comment l'histoire des essais nucléaires a inondé les îles de retombées radioactives.

Le génocide – y compris le génocide contre les Palestiniens actuellement en cours à Gaza – occupe une place terrifiante dans nos esprits. Dans la culture populaire, beaucoup le « voient » à travers des films comme Hôtel Rwanda, la liste de Schindler ou Les champs de la mort. L'intrigue familière est qu'un parti politique extrêmement raciste – comme les nazis en Allemagne ou le gouvernement dirigé par les Hutu au Rwanda – prend le contrôle de l'État pour cibler une minorité ethnique ou un groupe rival. Pas à pas, ils rassemblent les victimes et commencent un massacre ahurissant.

Les Nations Unies définissent le génocide comme « les actes commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». Ce qui rend cela tel, c'est le meurtre d'un groupe, le fait de lui infliger des blessures corporelles ou mentales, et l'arrêt des naissances ou le transfert d'enfants à d'autres. Enfin, le dernier acte leur impose des conditions propres à détruire physiquement le groupe en tout ou en partie. De nombreux exemples de cette situation entachent notre histoire, comme le massacre de buffles dont dépendaient les groupes autochtones jusqu'à leur quasi-extinction par les colons européens dans l'Ouest américain ou la stérilisation forcée des femmes portoricaines.

Lire aussi  La suppression par Trump des protections pour les arbres anciens était illégale, selon un juge

Les Nations Unies s'efforcent de restreindre la définition. Cela exige la d'une intention particulière de tuer de la part des auteurs. Sans cet élément, aussi grossière et immense que soit la violence, le projet échoue.

Premièrement, nous devons examiner les faits liés à la crise climatique et la manière dont ils s'intègrent à la définition existante. Augmenter la température de la Terre de 1,5°C, plus probablement de 2°C, voire plus, inflige aux pays du Sud des conditions calculées pour « détruire physiquement, en tout ou en partie ». Alors que les vagues de chaleur, les sécheresses et les inondations rendent les terres inhabitables, de nombreuses cultures deviendront impossibles à maintenir. Les peuples autochtones d'aussi loin que l'Amazonie jusqu'au delta du Niger en Afrique seront déracinés et mendieront aux portes des pays riches en tant que réfugiés climatiques.

Deuxièmement, il y a la question de l'intention. Le génocide, tel qu'actuellement défini par l'ONU, doit démontrer que ses auteurs avaient l'intention particulière de tuer les victimes. C'est ici qu'il faut redéfinir le génocide. Un meurtre de masse peut être les moyens pour parvenir à une fin, plutôt qu'une fin en soi. Les dirigeants des compagnies pétrolières au bureau en costume-cravate n'ont pas besoin d'avoir une haine raciale enragée à l'égard du Sud global. Il suffit qu'ils aient un objectif : gagner de l'argent. Le meurtre de personnes innocentes est un moyen d'y parvenir. Et le moyen est le génocide.

Pourquoi est-ce important? Des militants intentent déjà des poursuites judiciaires contre l'industrie des combustibles fossiles. Ajouter le génocide à leur arsenal peut constituer un puissant levier. Tout aussi important, ce mot a du poids auprès du public et peut déclencher davantage de protestations.

Pour comprendre cela, nous devons comprendre que ceux qui commettent le génocide ne sont pas toujours des racistes sadiques et écumants visiblement – ​​ce sont parfois des fonctionnaires d'apparence banale comme le nazi Adolf Eichmann, dont la philosophe du procès Hannah Arendt a rendu compte. Dans le livre d'Arendt de 1963, Eichmann à Jérusalem, a-t-elle noté, « Eichmann n'était ni Iago ni Macbeth. Il n'a tout simplement jamais réalisé ce qu'il faisait… C'était une pure inconscience… qui l'a prédisposé à devenir l'un des plus grands criminels de cette période. En d'autres termes, il était un rouage d'une machine qui à la fois « l'éloignait de la réalité » et lui donnait apparemment le pouvoir de détruire un peuple ayant la conscience tranquille.

Le mal en jeu dans le désastre climatique mondial en cours est différent mais tout aussi destructeur. La crise climatique est façonnée par notre époque actuelle de mauvaise foi. Le réchauffement climatique est tellement documenté depuis si longtemps que l'industrie des combustibles fossiles et ses laquais politiques savent exactement à qui ils font du mal. Ils font semblant de ne pas le faire. Exxon Mobil le savait depuis 1977 et a dépensé 30 millions de dollars pour financer le déni du réchauffement climatique. À la fin des années 70, l'American Petroleum Institute avait un groupe de travail sur le CO2 et le climat qui étudiait les données scientifiques. En 1986, Shell avait publié un énorme rapport de 100 pages détaillant les ravages que la combustion du pétrole causerait à la civilisation.

Lire aussi  Israël défie le droit international en légalisant 9 colonies de colons sur des terres occupées

Les vieilles sociétés et les pétro-États ont clairement l'intention de tuer des gens pour réaliser des profits. En 2022, profitant de la guerre russo-ukrainienne, les grandes sociétés pétrolières ont engrangé 200 millions de dollars. Exxon à lui seul a emporté 55,7 milliards de dollars. Les dommages collatéraux de ce profit sont des centaines de milliers de personnes qui meurent actuellement à cause du réchauffement climatique. D'ici 2100, 83 millions de personnes supplémentaires seront tuées.

Le besoin urgent d'un mouvement mondial revigoré

« Nous devons montrer à quel point l'industrie pétrolière est vulnérable », a déclaré Xochitl, un militant écologiste dans le film de 2022. Comment faire sauter un pipeline, « En frappant quelque chose de gros. » Après qu'elle et une équipe d'éco-saboteurs aient posé une bombe sur un pipeline, elle s'est volontairement laissée arrêter afin de faire passer son message aux médias.

Le film est le signe que la tradition d'un environnementalisme radical a gagné la sympathie du grand public. Il bénéficie déjà du soutien populaire de la jeunesse, qui envisage avec amertume la planète ravagée dont elle héritera. Aujourd'hui, les milices indigènes protègent l'Amazonie, le Sunrise Movement et l'Extinction Rebellion portent le relais d'anciens militants comme le Front de libération de la Terre des années 1990.

Pourtant, ils se heurtent aux mêmes obstacles que d'anciens militants. À l'ère de la surveillance, la répression policière est rapide, efficace et brutale. Les militants radicaux sont poussés par l'urgence à organiser des blocus, des sit-in et des marches. Cela ne s'est pas traduit par un mouvement social de millions de personnes à l'échelle des manifestations de George Floyd. Et le temps presse.

Une nouvelle synthèse est nécessaire. Pour qu'un plus grand nombre de personnes s'attaquent aux forces économiques et politiques qui refusent de se désengager des combustibles fossiles, le génocide imminent du Sud doit être rendu visible aux populations du Nord, et nous devons lutter pour vaincre le classisme et le racisme. un racisme qui bloque l'empathie envers les personnes qui sont en première ligne de cette nouvelle ère de catastrophe climatique qui s'intensifie.

Une solution consiste à rejoindre ceux qui sont en première ligne. Lorsque les militants ont défilé sur la base aérienne d'Anderson à Guam, ils ont exigé que l'on prenne conscience du fait que nous nous trouvons à un tournant historique – et ils ont également noué des liens à travers le pays pour soutenir notre lutte mondiale. De Oro a déclaré : « J'ai passé un moment dans mon village ancestral où vivaient mes grands-mères pour être avec ma mère et mon fils. J'étais (en) communauté avec mon peuple et avec le monde. Elle a ajouté : « Des militants d'autres îles comme Okinawa nous ont rejoint. C'était puissant de se connecter avec les gens, cela centre notre connexion.

Avatar de Charles Briot