Rapport : L’Arabie Saoudite envisage de rendre les pays africains « accros » aux combustibles fossiles

Publié le

Rapport : L’Arabie Saoudite envisage de rendre les pays africains « accros » aux combustibles fossiles

De hauts responsables saoudiens, dirigés par le prince héritier saoudien et le Premier ministre Mohammed ben Salmane, ont formulé un plan secret visant à rendre les pays d'Afrique et d'Asie dépendants des produits combustibles fossiles, a révélé une nouvelle enquête explosive.

Selon l'enquête du Center for Climate Reporting (CCR) et Actualités de Channel 4qui s'est infiltré pour faire la lumière sur le plan, l'objectif du Programme de durabilité pétrolière (OSP) est de garantir que les revenus pétroliers de l'Arabie saoudite soient protégés alors que d'autres pays, en particulier les pays riches, effectuent la transition vers des sources d'énergie renouvelables.

Cela comprendrait le déploiement de flottes de véhicules fonctionnant au gaz pour les services de covoiturage et les compagnies de bus en Afrique et en Asie ; travailler avec un constructeur automobile pour développer une voiture bon marché pouvant être vendue dans ces pays ; encourager l'utilisation de fiouls lourds émetteurs de gaz à effet de serre pour la production d'électricité comme une voie supposée vers un « développement durable » ; et faire pression contre les subventions aux véhicules électriques auprès des gouvernements du monde entier. Cela implique également un plan visant à le développement des voyages à réaction supersoniques à des fins commerciales, car ils consomment plus de carburéacteur que les vols commerciaux classiques.

De tels projets, qui se comptent par dizaines, sont de grande envergure, selon l'enquête. Le plan visant à décourager la croissance des véhicules électriques, par exemple, implique non seulement d'évaluer les infrastructures et les aspects économiques des pays liés aux voitures électriques, mais également d'effectuer des études psychologiques pour comprendre la meilleure façon de stimuler les véhicules alimentés au pétrole.

Lire aussi  Tous les fabricants de 10 médicaments destinés aux négociations sur Medicare acceptent de participer

Les experts affirment que le plan vise essentiellement à une dépendance aux combustibles fossiles dans les pays d'Afrique et d'Asie – bien que bon nombre de ces régions soient parmi les plus touchées par la crise climatique – alors même que d'autres dirigeants mondiaux affirment qu'il faut investir davantage dans les énergies renouvelables. énergies pour les pays les plus pauvres afin de les aider à « faire un bond en avant » de la croissance économique stimulée par l'utilisation des combustibles fossiles.

« Le gouvernement saoudien est comme un trafiquant de drogue qui tente de rendre l'Afrique accro à son produit nocif », a déclaré au CCR Mohamed Adow, directeur de l'organisation climatique Power Shift Africa. « Le reste du monde est en train de faire le ménage et de se sevrer des combustibles fossiles sales et polluants et l'Arabie Saoudite a désespérément besoin de plus de clients et tourne son regard vers l'Afrique. »

« C'est comme si les compagnies de tabac connaissaient le caractère addictif et mortel des cigarettes et continuaient à rendre des millions d'adolescents accros à elles », a poursuivi Adow. « C'est répugnant. »

L'OSP est un projet de grande envergure, ont constaté les journalistes, auquel participent les entités gouvernementales saoudiennes les plus puissantes, notamment Saudi Aramco, la société pétrolière et gazière publique du pays et la plus grande compagnie pétrolière du monde. Le chef du projet, Mohammed Al Tayyar, s'est rendu dans au un pays africain, l'Afrique du Sud, pour présenter le projet et rechercher des collaborateurs.

Bien que les dirigeants saoudiens affirment publiquement soutenir les objectifs de l'accord de Paris sur le climat, l'enquête révèle qu'ils ont travaillé en privé sur l'OSP pour accroître la demande de pétrole et de gaz – malgré le fait que les experts du climat du monde entier affirment que le pétrole et la consommation de gaz doit être réduite afin d'éviter les pires impacts de la crise climatique.

Lire aussi  L’audience dirigée par le Parti républicain est un cheval de Troie pour les réductions de la sécurité sociale, préviennent les critiques

Lors d'appels privés, les dirigeants saoudiens ont clairement indiqué leur objectif d'utiliser le projet pour lutter contre les efforts visant à atténuer la crise climatique. Lorsque des journalistes infiltrés du CCR ont demandé si l'objectif était de stimuler artificiellement la demande à cette fin lors d'une conférence téléphonique avec des responsables saoudiens, un dirigeant a répondu oui et que « c'est l'un des principaux objectifs que nous essayons d'atteindre ».

Joanna Depledge, chercheuse à l'Université de Cambridge qui a publié des recherches sur l'obstruction de l'Arabie saoudite en matière climatique, a ajouté que la position publique des responsables saoudiens sur le climat est encore une autre forme d'obstruction climatique.

« Tout cela fait partie du retard », a déclaré Depledge au CCR. « Je pense qu'au fond, il y a un objectif politique fondamental, qui est de brûler et d'exploiter toutes les réserves de pétrole saoudiennes jusqu'à la dernière goutte. »

L'enquête intervient juste avant le début jeudi de la conférence sur le climat COP28 de l'ONU, au cours de laquelle les dirigeants mondiaux se réunissent dans le but supposé de résoudre la crise climatique et de réduire l'utilisation des combustibles fossiles. Cependant, une autre enquête du CCR publiée cette semaine a révélé que la conférence est déjà fortement compromise par les intérêts des combustibles fossiles, le pays hôte, les Émirats arabes unis, utilisant son rôle pour négocier des accords sur les combustibles fossiles pour la société pétrolière et gazière publique Abu Dhabi. Compagnie pétrolière nationale (ADNOC).

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire