Quelques heures après avoir tué des Palestiniens lors d’un raid dans un camp de réfugiés, les forces israéliennes bombardent Gaza

Publié le

Quelques heures après avoir tué des Palestiniens lors d’un raid dans un camp de réfugiés, les forces israéliennes bombardent Gaza

Les forces israéliennes ont lancé leur dernière campagne de bombardements dans la bande de Gaza occupée tôt vendredi matin, quelques heures seulement après avoir tué au moins neuf Palestiniens lors d'un raid contre un camp de réfugiés en Cisjordanie – ce qui a entraîné la journée la plus meurtrière dans le territoire assiégé depuis plus d'un an.

Les frappes aériennes ont eu lieu après que l'armée israélienne a déclaré que deux roquettes tirées depuis Gaza avaient été interceptées par le système de défense antimissile israélien.

Aucun blessé ni aucun décès n'a été signalé suite aux frappes israéliennes à ce jour, mais Al Jazeera a noté que les avions de guerre du pays ont frappé le camp de réfugiés d'al-Maghazi, dans le centre de Gaza, lors de leurs bombardements vendredi matin, qui ont provoqué des dommages aux infrastructures et des coupures de courant.

Au moins 14 missiles ont été tirés par des avions de combat israéliens vendredi matin.

« Nous n'avons pas dormi de la nuit, à cause des bombardements et des missiles », a déclaré Abdallah Al-Husary, un habitant de Gaza âgé de 50 ans. Reuters. « Il y a de l'inquiétude et de la peur, à tout moment une guerre peut éclater. Tout conflit en Cisjordanie peut entraîner une guerre le long des frontières de Gaza.

Les forces israéliennes ont tué au moins 30 Palestiniens jusqu'à présent cette année sous le gouvernement d'extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a élevé des personnalités virulentes anti-palestiniennes à de hauts postes, notamment celui de ministre de la Sécurité nationale.

Lire aussi  Des journalistes palestiniens ciblés et tués lors de l'attaque israélienne contre Gaza

L'année dernière, selon les données recueillies par Regard sur le Moyen-Orientles forces israéliennes ont tué plus de Palestiniens en Cisjordanie – au moins 220 personnes – qu'au cours de n'importe quelle année depuis la Seconde Intifada.

« L'horrible violence coloniale d'Israël doit cesser », déclare la Campagne américaine pour les droits des Palestiniens. dit en réponse à la nouvelle série de bombardements.

L'attaque de vendredi contre Gaza pourrait être la première d'une longue série, a suggéré vendredi le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant. Comme le Presse associée Selon un rapport, Gallant « a demandé à l'armée de se préparer à de nouvelles frappes dans la bande de Gaza « si nécessaire » ».

L'explosion de violence de l'armée israélienne a suscité une réponse internationale discrète.

Selon Al Jazeerales Émirats arabes unis, la Chine et la France ont demandé vendredi une réunion à huis clos du de sécurité des Nations Unies pour discuter de la situation.

Vedant Patel, porte-parole du Département d'État américain, a déclaré jeudi lors d'un point de presse que l'administration Biden était « profondément préoccupée par le cycle croissant de violence en Cisjordanie ».

« Je tiens à souligner la nécessité urgente pour toutes les parties de désamorcer la situation, d'éviter de nouvelles pertes de vies civiles et de travailler ensemble pour améliorer la situation sécuritaire en Cisjordanie », a ajouté Patel. « Les Palestiniens et les Israéliens méritent également de vivre en sécurité. »

Suite au raid israélien meurtrier contre le camp de réfugiés de Jénine, l'Autorité palestinienne a suspendu un accord de coopération en matière de sécurité avec Israël.

Lire aussi  Des groupes dirigés par des femmes à Chicago sont le fer de lance de la réponse à l'afflux de migrants

Le d'État américain Antony Blinken devrait se rendre au Moyen-Orient à partir de dimanche, avec des déplacements prévus en Égypte, en Israël et en Cisjordanie. Axios a rapporté que le directeur de la CIA, Bill Burns, « est arrivé jeudi à Tel Aviv pour des visites en Israël et en Cisjordanie occupée, où il devrait rencontrer les dirigeants israéliens et palestiniens et ses homologues des deux côtés ».

Philip Luther, directeur de la recherche et du plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, a condamné la communauté internationale pour son refus constant d'agir face à la violence incessante d'Israël contre les Palestiniens.

« Depuis près d'un an, le camp de réfugiés de Jénine est au centre de la répression militaire d'Israël », a déclaré Luther dans un communiqué jeudi. « La journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh a été abattue dans le camp en mai dernier, et ses habitants continuent d'être soumis à des raids militaires incessants qui constituent une punition collective.

« Pendant ce temps, Israël continue de bénéficier d'une impunité totale pour le système d'apartheid qu'il impose aux Palestiniens – un système qui est en partie maintenu par des violations telles que des homicides illégaux », a ajouté Luther. « Alors que le nombre de morts palestiniens augmente, la réponse internationale aux violations commises par Israël se résume au mieux à une timide condamnation et au pire à un soutien inconditionnel. L'effusion de sang d'aujourd'hui nous rappelle le coût de cette inaction honteuse : tant qu'il n'y aura pas de responsabilité, les attaques meurtrières contre les Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés se poursuivront.

Lire aussi  En tant que fille de Gaza en exil, j'aimerais pouvoir être avec mes proches

Avatar de Charles Briot