Nous ne pouvons pas simplement laisser Blinken donner à l’apartheid israélien le sceau d’approbation américain

Publié le

Antony Blinken stands in front of U.S. and Israeli flags while delivering a speech

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Lors de sa récente visite en Israël, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a réaffirmé le soutien « sans faille » des États-Unis à l'État israélien, qui a récemment élu le gouvernement d'extrême droite le plus fasciste et anti-palestinien de son histoire. Dans une étonnante démonstration de double langage, Blinken a déclaré :

Tout au long des relations entre nos pays, nous revenons sans cesse sur le fait qu'elles sont enracinées à la fois dans des intérêts et des valeurs partagés. Cela inclut notre soutien aux principes et institutions démocratiques fondamentaux, notamment le respect des droits de l'homme, l'administration égale de la justice pour tous, l'égalité des droits des groupes minoritaires, l'État de droit, la liberté de la presse, une société civile solide – et le dynamisme de l'action d'Israël. la société civile a été pleinement mise en valeur ces derniers temps.

Il semble vrai que la relation entre Israël et les États-Unis est enracinée dans des « valeurs partagées », comme le suggère Blinken, mais ces valeurs sont plus précisément décrites comme le colonialisme de peuplement, le déplacement, l'oppression, le nettoyage ethnique, le déni des droits des Palestiniens à la liberté et à l'égalité. , crimes d'apartheid, vol de terres, expulsions, démolitions de maisons, points de contrôle, construction de colonies sur des terres confisquées, harcèlement des Palestiniens par des colons armés, 15 ans de siège de Gaza, déshumanisation, raids nocturnes dans les maisons, emprisonnement d'enfants et annexion de la Cisjordanie.

Il est assez alarmant de penser que l'oppression systémique des Palestiniens par Israël et son déni des droits des Palestiniens sont sur le point de s'aggraver encore. L'année 2022 a connu le plus grand nombre de morts palestiniens en Cisjordanie et la pire violence des colons contre les civils – même si cela ne représente qu'une fraction du nombre de Palestiniens tués lors des principales attaques à Gaza. Rien qu'en janvier de cette année, les de défense israéliennes ont assassiné 36 Palestiniens. L'horrible massacre par Israël de 10 Palestiniens dans le camp de réfugiés de Jénine le 26 janvier 2023 a été le massacre le plus meurtrier en Cisjordanie depuis 2002.

Dans un article d'opinion paru dans le journal israélien Haaretz Dans un journal, l'avocat des droits de l'homme Michael Sfard a écrit que la nouvelle administration israélienne « ne cachera pas son intention de préserver et de consolider davantage la tyrannie de l'apartheid sur les Palestiniens, tout en cultivant pleinement la suprématie juive comme credo politique et juridique ».

Mais alors que l'on dit que les dirigeants actuels d'Israël sont le gouvernement le plus extrémiste de l'histoire, il y a un silence troublant sur ceux qui l'ont facilité, qui portent une grande part de responsabilité dans le comportement d'Israël : les États-Unis, l'Europe et la façon dont leurs grands médias ont présenté le problème. Lutte palestinienne pour la liberté et l'égalité qui déprécie la réalité du sionisme en tant que mouvement colonial qui prône la suprématie juive.

La crainte du Congrès américain de critiquer le gouvernement israélien le rend complice des souffrances continues des Palestiniens et de la ségrégation et de la discrimination systématiques d'une population sur la base de la race. Des organisations internationales de défense des droits humains telles qu'Amnesty International et Human Rights , B'Tselem, une organisation à but non lucratif basée à Jérusalem, et d'autres groupes ont publié des rapports détaillés concluant qu'Israël pratique l'apartheid. La rapporteuse spéciale de l'ONU sur les droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé, Francesca Albanese, a été la cible d'attaques virulentes suite à son rapport mettant en lumière le colonialisme de peuplement israélien et l'apartheid. Pourtant, nos élus choisissent d'ignorer tout cela, y compris le fait que la Cour pénale internationale qualifie l'apartheid de « crime contre l'humanité ».

Lire aussi  Le secrétaire américain au Trésor se rend en Chine dans un contexte de tensions économiques croissantes

Depuis trop longtemps, nous assistons à l'utilisation de l'hypocrisie et de deux poids, deux mesures pour défendre l'État d'apartheid israélien. Il est scandaleux et exaspérant de voir le gouvernement américain se précipiter pour aider la résistance ukrainienne à l'invasion russe en envoyant des milliards de dollars d'armes sophistiquées, de missiles et de chars, tout en qualifiant dans le même souffle la résistance palestinienne de « terrorisme » – qu'elle soit ou non. une manifestation totalement non-violente ou celle d'un jeune homme désespéré, toujours en deuil de son grand-père tué par des colons israéliens, qui trouve une arme à feu et tire sur une colonie illégale de Jérusalem-Est occupée.

Rien qu'en janvier de cette année, les Forces de défense israéliennes ont assassiné 36 Palestiniens.

Même si je reste farouchement opposé à la résistance violente – je pense qu'elle est inefficace et nuit davantage à la vie des gens – il est important de noter que le droit international garantit le droit des personnes vivant sous une force d'occupation coloniale de lutter pour leur liberté.

La solution à deux États promise aux Palestiniens dans les accords d'Oslo n'est plus possible ; les chances d'une solution à un État unique avec des droits de citoyenneté égaux pour tous sont encore plus minces, puisque les sionistes insistent pour que Israël reste un État juif avec des droits démocratiques réservés aux Juifs. Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui, au sein du nouveau gouvernement extrémiste israélien, font pression en de ce que j'appelle la « solution hors État » : une tentative de transférer les Palestiniens – ou de continuer à les opprimer jusqu'à ce qu'ils abandonnent et partent – ​​vers les pays arabes voisins, les dépossédant de leurs droits. leur patrie. Mais en tant que Palestinien, je sais très profondément que les Palestiniens sont déterminés à maintenir leur lutte en vie, donc celle-ci finira également par échouer.

Lire aussi  Alors que l’aide alimentaire à Gaza est coupée, les Palestiniens réclament la liberté plutôt que la charité

Il est difficile pour les Palestiniens de ne pas se sentir impuissants lorsqu'ils sont soumis à ces méga-injustices depuis si longtemps. Mais ils ont fait preuve d'une formidable résilience et sont inspirés par le soutien collectif des membres de la communauté mondiale. Ici, chez nous, les militants, les organisateurs locaux, les organisations de défense et les dirigeants du mouvement de solidarité avec la Palestine doivent travailler ensemble pour résister à l'oppression et au déni des droits des Palestiniens. Et alors que le nouveau gouvernement commence à mettre en avant son programme de ligne dure, la communauté internationale doit intervenir pour mettre un terme à la normalisation du terrorisme d'État israélien et aux massacres quotidiens de Palestiniens.

Même à une époque où les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie sentent que l'étau se resserre de plus en plus et qu'ils sont à court d'options, nous devons continuer à soutenir la résistance non-violente à l'oppression israélienne.

Même lorsque notre gouvernement tente de criminaliser la dissidence, nous devons continuer à plaider en faveur du mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) afin de faire preuve de solidarité avec les Palestiniens vivant sous une occupation militaire brutale et vicieuse.

Même lorsque nos législateurs dits « progressistes » ne veulent pas admettre que les Palestiniens sont occupés et qu'Israël est un État d'apartheid, nous devons continuer à les appeler et à manifester devant leurs bureaux pour faire pression sur eux pour qu'ils cessent de financer l'apartheid. Machine à tuer israélienne et mettre fin à la complicité du gouvernement américain dans la violence israélienne.

Et même lorsque nos livres sont interdits et que les courriers haineux remplissent nos boîtes de réception, nous devons continuer à résister en écrivant et en publiant des livres qui amplifient les voix palestiniennes et contrecarrent les tentatives d'effacement de la culture palestinienne par Israël.

Avatar de Charles Briot