Notre fixation sur les technologies vertes nuit à notre capacité à faire face à la crise climatique

Publié le

A worker adjusts a piece of machinery in a nuclear power plant

La technologie verte est à l'avant-garde de nombreuses discussions sur le climat, depuis les voitures électriques jusqu'aux batteries à énergie solaire, en passant par l'intérêt croissant pour le captage du carbone. Même si elles sont parfois utiles et bien intentionnées, les technologies vertes ne représentent qu'une partie du vaste gâteau des solutions climatiques. Une focalisation étroite sur les technologies vertes comme panacée à la crise climatique peut occulter l'importance d'une action politique immédiate et d'un changement social.

Avant de rejoindre le mouvement climatique, comme beaucoup d'Américains, je considérais la crise climatique comme un simple problème scientifique. Cela me paraissait logique car ce sont des scientifiques qui, après des décennies de recherche, ont établi un lien entre les émissions de carbone et le réchauffement climatique. Donc, si les scientifiques identifiaient le problème, alors la science et la technologie pourraient nous en sortir. Si nous disposions de nouvelles sources d'énergie, de voitures plus efficaces et si nous pouvions capter le carbone, nos problèmes seraient résolus, ai-je cru à tort un jour. Cependant, considérer les problèmes climatiques comme une question scientifique constitue un détournement de responsabilité stratégique qui profite aux entreprises qui profitent de la perpétuation du statu quo. Ce cadre est une stratégie destinée à déplacer le fardeau de la responsabilité de l'action des entreprises de combustibles fossiles, des industries polluantes et des politiciens complaisants, qui sont tous responsables des causes profondes de la crise climatique.

L'accent mis sur la technologie ignore de nombreux facteurs. D'une part, attendre une technologie parfaite sans une rapide des émissions et une transition urgente des combustibles fossiles nous condamnera au pire de la crise climatique. La fusion nucléaire, par exemple, ne sera pas prête pour une utilisation massive d'ici 2050 ; et ni le captage et le stockage du carbone, ni l'hydrogène bleu ne résoudront à eux seuls la crise climatique. Continuer à compter sur l'espoir de telles technologies, tout en ignorant la gravité immédiate de la crise climatique, est une erreur – une erreur que de nombreuses entreprises de combustibles fossiles espèrent que nous ferons et leur ferons gagner plus de temps. Nous devons être réalistes et ne pas laisser la promesse de nouvelles technologies passionnantes faire obstacle à l'action immédiate nécessaire.

L'attention constante portée aux nouvelles technologies contribue également à maintenir les gens ordinaires dans une certaine complaisance face à la crise climatique. Quand j'avais l'impression qu'il suffisait d'attendre que les scientifiques mettent au point une invention miracle, je ne m'intéressais pas à l'action climatique. Cela m'a permis de me détacher du problème et de ne pas demander de comptes à mes élus et aux dirigeants d'entreprise. Cependant, ces dernières années, les scientifiques ont clairement indiqué que ce n'était pas le cas. Nous disposons déjà de 95 pour cent de la technologie dont nous avons besoin. Les technologies telles que les énergies renouvelables sont prêtes pour une transition énergétique loin des combustibles fossiles et doivent être associées à une réduction des industries polluantes et à une lutte contre la surproduction.

Nous devons également répondre à l'attrait de ces technologies vertes idéales promises, qui continuent de capter l'imagination du public et l'intérêt des entreprises. Les technologies émergentes telles que le captage et le stockage du carbone et la fusion nucléaire promettent un avenir dans lequel les personnes qui vivent à forte intensité de ressources, en particulier les riches des pays occidentaux, pourront continuer à le faire de manière « verte ». Cette vision du monde est celle où les combustibles fossiles sont remplacés par des ressources renouvelables, sans défi fondamental pour nos systèmes économiques, sociaux ou politiques.

Nous ne sommes pas confrontés à cette crise climatique parce que nous disposons d'une mauvaise technologie. Nous sommes ici parce que nos sociétés ont donné la priorité aux moyens de subsistance de quelques-uns, à forte intensité de ressources, au détriment de l'environnement et du bien-être du plus grand nombre.

Cette vision étroite et sans imagination d'un monde durable nous empêche malheureusement de prendre les mesures qui s'imposent pour faire face à la crise climatique. Aucune technologie magique ne pourra nous sauver. La réponse au changement climatique a toujours été bien plus que la simple innovation scientifique ; elle est économique, sociale et géopolitique. Nous ne sommes pas confrontés à cette crise climatique parce que nous disposons d'une mauvaise technologie. Nous sommes ici parce que nos sociétés ont donné la priorité aux moyens de subsistance de quelques-uns, à forte intensité de ressources, au détriment de l'environnement et du bien-être du plus grand nombre. La technologie non durable et polluante dont nous disposons ne fait que répondre à l'obsession de notre société d'aller plus vite, de grandir et de consommer plus à tout prix. C'est ce système de valeurs qui doit être bouleversé pour résoudre la crise climatique. S'appuyer sur une technologie verte sans changement systémique est une approche ponctuelle.

Lire aussi  Les parents de Floride luttent contre la censure actuelle de l'éducation publique dans l'État

Notre compréhension de la technologie et de son rôle dans notre société doit également changer. Depuis trop longtemps, nous considérons la technologie comme un moyen de dominer ou de vaincre nos environnements naturels. Les sociétés occidentales ont construit cette illusion selon laquelle nous sommes en quelque sorte séparés de nos écologies locales à cause de la technologie. Nous ne sommes pas au-delà des lois de la nature et nous ne pouvons pas croître et consommer les ressources sans fin. La technologie ne peut pas remédier à cette illusion, et au contraire, elle ne peut que l'alimenter. Pendant des siècles, les pays occidentaux ont invisible les coûts écologiques de nos sociétés industrielles. Cela se fait souvent en s'appuyant sur la nature pour absorber la pollution, en obligeant les communautés pauvres et les communautés de couleur à supporter le poids des problèmes environnementaux et en transférant les problèmes environnementaux vers les pays à faible revenu. À bien des égards, la crise climatique est une confrontation de cette croyance. Après des siècles passés à ignorer les limites temporelles et physiques de notre planète, les poules commencent à se percher.

Ce n'est que par un changement systémique que nous pourrons éviter l'effondrement écologique, les déplacements massifs et les bouleversements mondiaux d'une crise climatique totale.

Dans le cadre de mon travail de défenseur du climat, j'ai dû accepter que notre monde devra être très différent si nous espérons résoudre la crise climatique. La logique de notre système économique doit être fondamentalement remise en question. Nous vivons sur une Terre dotée d'un nombre limité de ressources, et une croissance économique infinie est non seulement impossible, mais destructrice. Notre logique économique doit évoluer vers un calcul du succès basé sur le bien-être social et environnemental collectif, et non sur les profits des parties prenantes. Les industries les plus émettrices de carbone et la production de combustibles fossiles qui continuent de menacer l'habitabilité de notre planète doivent être rapidement supprimées. Nos politiciens doivent donner la priorité à la santé sociale et écologique, comme les deux faces d'une même médaille dans la du bien-être. Les technologies doivent être recadrées comme des outils qui fonctionnent avec et améliorent, et non contre ou indépendamment, nos environnements naturels.

Lire aussi  Les responsables de Biden annoncent la répression des frais indésirables pour les concerts, les hôtels et plus encore

La technologie est sans aucun doute un élément essentiel de la création d'un monde plus durable. Cependant, la technologie ne peut pas résoudre les problèmes qui nécessitent des changements politiques, économiques et sociaux. Pour cela, nous devons continuer à nous mobiliser et à exiger des comptes des hommes politiques et un changement de la part des entreprises. Ce n'est que par un changement systémique que nous pourrons éviter l'effondrement écologique, les déplacements massifs et les bouleversements mondiaux d'une crise climatique totale.

Avatar de Charles Briot