L’ONU prévient que les décès dus au séisme pourraient dépasser les 50 000 au milieu d’appels urgents à l’aide

Publié le

L'ONU prévient que les décès dus au séisme pourraient dépasser les 50 000 au milieu d'appels urgents à l'aide

Nous recevons une mise à jour depuis Damas, en Syrie, sur les tremblements de terre dévastateurs de la semaine dernière, alors que les Nations Unies préviennent que le nombre de morts en Turquie et dans le nord-ouest de la Syrie dépassera au moins 50 000 personnes. L'ONU affirme également que la phase de secours après le tremblement de terre « touche à sa fin » et que les efforts devraient se concentrer sur la fourniture d'abris, de nourriture et de soins aux survivants. Des millions de personnes se sont retrouvées sans abri à la suite des séismes meurtriers qui ont frappé la région, qui comprend la syrienne d'Alep, la semaine dernière. Les réfugiés syriens déplacés par la guerre en Syrie qui a débuté il y a 12 ans sont désormais confrontés à une crise humanitaire aggravée. La situation est « une crise qui s'ajoute à une crise », déclare Emma Forster, responsable de la politique et des communications en Syrie au Conseil norvégien pour les réfugiés.

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : Les Nations Unies préviennent que le nombre de morts en Turquie et dans le nord-ouest de la Syrie suite aux tremblements de terre dévastateurs de la semaine dernière dépassera au moins 50 000. Lundi matin, plus de 36 000 décès avaient été signalés, et ce nombre ne cesse d'augmenter.

Le chef des opérations d'aide de l'ONU a déclaré que la phase de secours après le tremblement de terre touchait à sa fin et que les efforts se concentreraient sur la fourniture d'abris, de nourriture et de soins aux survivants. Des millions de personnes se retrouvent sans abri, notamment de nombreux réfugiés syriens déplacés par la guerre en Syrie qui a débuté il y a près de 12 ans.

Dans un hôpital de la ville syrienne d'Idlib, le Dr Mostafa al-Yamany a décrit avoir travaillé 24 heures sur 24 la semaine dernière pour aider les victimes du tremblement de terre.

DR. MOSTAFA AL-YAMANY : (traduit) Il y a eu beaucoup de cas très difficiles, dont celui d'un bébé de 3 mois qui a perdu toute sa famille. Il est le seul survivant et il était dans un état critique. … Les ressources dont nous disposons sont limitées par rapport à l'ampleur de la catastrophe. Et dans cette zone, dans les zones tenues par les rebelles, nous n'avons pas les infrastructures ni les hôpitaux pour accueillir un tel nombre de patients.

AMY GOODMAN : Dimanche, le chef de l'aide humanitaire des Nations Unies, Martin Griffiths, s'est rendu à Alep, en Syrie, pour évaluer les dégâts.

MARTIN GRIFFITHS : Derrière nous, il n'y a qu'un petit fragment de la terrible tragédie qui s'est produite ici le 6 février. J'ai entendu des histoires ici à Alep ce matin qui vous refroidissent avec ce qui s'est passé aux premières heures de cette terrible journée. Et ce qui est le plus frappant ici, c'est que même à Alep, qui a tant souffert ces dernières années, ce moment, ce moment, il y a une semaine ou plus, a été le pire que ces gens aient vécu – des gens qui ont perdu leurs enfants, certains dont se sont échappés. D'autres sont restés dans le bâtiment. Le traumatisme des personnes à qui nous avons parlé était visible. Et c'est un traumatisme dont le monde doit guérir. Et la raison pour laquelle nous sommes ici est que nous voulons collecter des fonds pour les organisations courageuses qui aident ces habitants d'Alep.

AMY GOODMAN : Nous commençons l'émission d'aujourd'hui à Damas, la capitale de la Syrie, où nous sommes rejoints par Emma Forster, responsable de la politique et des communications syriennes du Conseil norvégien pour les réfugiés.

Lire aussi  PayPal maintient son interdiction discriminatoire contre les Palestiniens au milieu d'une campagne de pression

Emma, ​​bienvenue à La démocratie maintenant ! C'est une période absolument catastrophique pour la population syrienne, en particulier dans le nord-ouest. Pouvez-vous parler de ce à quoi ils sont confrontés actuellement alors qu'ils font face non seulement aux tremblements de terre mais aussi aux ravages de la guerre depuis plus d'une décennie ?

EMMA FORSTER : Oui. cela a déjà été mentionné, la situation dans le nord-ouest est absolument déchirante. Nous entendons dire que jusqu'à 5 – plus de 5 millions de personnes pourraient se retrouver sans abri. Les gens sont dans la rue. Ils sont sans abri. Nous entendons parler d'hôpitaux qui ont été détruits. Ceux qui sont ouverts sont en surcapacité. Il n'y a ni le personnel ni l'équipement pour soigner les gens. Les écoles sont utilisées comme abris collectifs, ce qui signifie que les écoles sont fermées. Beaucoup ont perdu des êtres chers. Et il existe un besoin urgent d'une aide internationale accrue, qui fait actuellement défaut.

AMY GOODMAN : Alors, pouvez-vous parler de ce à quoi le peuple syrien est confronté ? Quoi? Quatre-vingt-dix pour cent de la population vit déjà en dessous du seuil de pauvreté, le manque d'électricité étant extrêmement grave compte tenu du froid glacial.

EMMA FORSTER : Ouais. Ainsi, déjà avant le tremblement de terre, une grande partie de la population syrienne se trouvait déjà sous le seuil de pauvreté, en particulier dans le nord-ouest du pays. Le pays souffrait déjà d'une grave pénurie de carburant, ce qui mettait tous les services publics au bord de l'effondrement. Dans de nombreux endroits, il n'y avait pas d'électricité plus de deux heures par jour. Les gens dépendent en grande partie de générateurs pour chauffer leur maison, ce qu'ils n'avaient pas. Avant le tremblement de terre, les gens brûlaient tout ce qu'ils pouvaient trouver pour se chauffer et préparer des repas de base. Et maintenant, tout cela a été aggravé par le tremblement de terre.

Lire aussi  Le nouveau programme ICE soumet les demandeurs d’asile à la surveillance GPS et au couvre-feu

AMY GOODMAN : Aux dernières nouvelles, le gouvernement syrien a approuvé vendredi les livraisons d'aide au nord-ouest tenu par les rebelles, après d'importants retards dans cette région déchirée par la guerre. Si vous pouvez parler de la zone qui a été touchée, divisée entre le territoire contrôlé par les rebelles et, vous savez, le territoire contrôlé par le gouvernement, mais qu'est-ce que cela signifie pour les gens qui y vivent ?

EMMA FORSTER : Bien sûr. Ainsi, le tremblement de terre a touché à la fois les zones contrôlées par le gouvernement et celles qui ne le sont pas, les zones les plus touchées se trouvant dans les zones non contrôlées par le gouvernement, dans le nord-ouest du pays. Et déjà avant le tremblement de terre, il n'y avait qu'une seule zone — un poste frontière qui était utilisé entre la Turquie et la Syrie pour que l'aide puisse entrer via l'ONU. Et donc, cette zone a été touchée par le tremblement de terre, donc là Il y a eu plusieurs jours de retard avant que l'aide puisse arriver par ce passage.

Et maintenant, l'aide a commencé à arriver lentement, mais elle est loin d'être suffisante. Et en même temps, l'aide qui parvient de cette région dépend souvent du marché disponible en Turquie, et maintenant, évidemment, les marchés turcs sont fortement affectés, ce qui va entraver ce qui peut être acheté et mobilisés pour la riposte dans le nord-ouest de la Syrie. Dans le même temps, dans les zones contrôlées par le gouvernement, oui, il y a eu une approbation générale, apparemment, pour que l'aide soit fournie dans des zones qui ne sont pas sous contrôle gouvernemental, mais il y a encore eu des retards dans les approbations, et nous ne sommes pas voir l'aide arriver à la vitesse dont elle a besoin.

Lire aussi  Les démocrates présentent la loi sur le logement comme un droit de l'homme

AMY GOODMAN : Je regarde les tweets de votre organisation, le Conseil norvégien pour les réfugiés : « Il n'y a PAS DE TEMPS pour hésiter. Fournissez les fonds dont les Syriens ont besoin et sauvez des vies dès maintenant », s'adressant aux donateurs. Aussi, toute la question de l'accès, depuis la Syrie et depuis la Turquie, pour aider les personnes qui sont si dévastées depuis si longtemps, Emma.

EMMA FORSTER : Oui c'est correct. Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est de davantage de financement immédiat pour pouvoir étendre nos opérations. Nous sommes présents partout au pays et nous sommes prêts à réagir, mais nous manquons de financement. Actuellement, nous disposons de fonds pour nous permettre de traverser cette phase initiale, et nous avons immédiatement commencé à répondre avec le stock existant que nous devions être en mesure de en œuvre immédiatement, mais nous avons besoin d'une augmentation urgente du financement pour pouvoir évoluer. notre réponse aux besoins existants. Dans le même temps, il s'agit d'une crise qui s'ajoute à une crise, et les besoins humanitaires qui existaient avant le tremblement de terre n'ont pas disparu. Nous avons donc besoin que les donateurs augmentent leur financement, fournissent de nouveaux fonds et ne réaffectent pas les fonds existants, car la population syrienne était dans le besoin avant le tremblement de terre, elle a toujours besoin de nous, et nous devons encore être en mesure de continuer et de mettre en œuvre nos programmes existants. programmes.

AMY GOODMAN : Emma Forster, nous tenons à vous remercier d'être avec nous depuis Damas, la capitale de la Syrie, responsable de la politique et des communications en Syrie pour le Conseil norvégien pour les réfugiés, basé à Damas.

Ensuite, nous parlerons à un rapporteur spécial de l'ONU appelant à la levée des sanctions internationales pour aider le peuple syrien. Rester avec nous.

-casser-

AMY GOODMAN : Le vers de Trugoy la Colombe de « Breakadawn » de De La Soul. Le rappeur et producteur visionnaire est décédé ce week-end à l'âge de 54 ans.

Avatar de Charles Briot