Les mesures du GOP au niveau de l’État se concentrent sur l’adaptation à la crise climatique, et non sur sa prévention

Publié le

Les mesures du GOP au niveau de l’État se concentrent sur l’adaptation à la crise climatique, et non sur sa prévention

Cet été bat des records, avec de nombreuses journées devenant les plus chaudes de l'histoire de l'humanité, et les Américains d'en face ressentent la chaleur. Les États dominés par les conservateurs ne sont pas épargnés par les effets du changement climatique, mais les politiciens conservateurs peinent à répondre aux besoins de leurs électeurs confrontés à des climatiques. Au niveau national, les Républicains continuent de s'opposer à la politique climatique et mènent une campagne de désinformation climatique pour discréditer la science du réchauffement climatique. Un groupe de sénateurs républicains exige que l'Environmental Protection Agency retire le Clean Power Plan. Cependant, aux national et local, les politiciens républicains n'ont d'autre choix que de réagir aux catastrophes climatiques qui ravagent leurs foyers. Cette contradiction entre l'idéologie et les pressions du monde réel leur a laissé un bilan climatique décousu. Les Républicains sont obligés de dépenser des milliards pour l'adaptation au climat, mais refusent d'aller de l'avant dans l'atténuation du changement climatique.

Les États à majorité républicaine comme le Texas et la Floride sont en première ligne, car ils restent particulièrement vulnérables à la chaleur extrême, aux ouragans et aux inondations. Le gouverneur Ron DeSantis a lancé un projet d'un demi-milliard de dollars, le Resilient Florida Program, pour aider les gouvernements locaux à s'adapter à la montée du niveau de la mer et aux inondations. Pourtant, il rejette les discussions sur la réduction des combustibles fossiles en les qualifiant de « trucs de gauche ». Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a prévu un budget de 1,6 milliard de dollars pour se préparer à l'aggravation des ouragans qui ont dévasté l'État. Cependant, Abbott s'est engagé à réduire le soutien financier aux renouvelables dans l'État tout en investissant davantage dans les combustibles fossiles. Les deux initiatives évitent de s'attaquer explicitement au changement climatique (et à sa cause profonde, les émissions de combustibles fossiles) ; ils se concentrent plutôt sur les « conditions météorologiques extrêmes ».

Lire aussi  DeSantis signe une loi interdisant les programmes de diversité dans les collèges publics de Floride

Cette approche paradoxale fait partie de l'engagement désespéré du Parti républicain en faveur d'un programme négationniste du climat. Les Républicains aux postes étatiques et nationaux sont continuellement financés par les sociétés de combustibles fossiles, assurant ainsi une opposition politique républicaine à des politiques climatiques efficaces. Une politique significative en matière de changement climatique doit être axée sur une transition rapide vers l'abandon des combustibles fossiles afin d'atteindre les objectifs internationaux visant à éviter le chaos climatique. Sans mesures d'atténuation, l'adaptation au climat revient à essayer d'éponger l'eau d'un évier qui déborde, tout en refusant de fermer le robinet. La gravité de la crise climatique fait que le temps presse pour fermer le robinet et éviter des dommages irréversibles. De plus, plus les Républicains bloquent longtemps une politique climatique efficace, plus les futures mesures d'atténuation et d'adaptation au changement climatique seront coûteuses.

Les gouvernements municipaux jouent un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique, car leurs capacités de mise en œuvre sont nécessaires pour faire appliquer les politiques. Les gouvernements locaux sont moins gênés par l'adoption et la mise en œuvre de codes, de projets, de financements et de politiques sur le changement climatique que les gouvernements fédéral et étatiques. Il existe de véritables transfuges républicains du climat, et avec leur aide, les gouvernements locaux peuvent être une source d'espoir dans une politique climatique bipartite. Ma ville natale, Miami, en Floride, est en première ligne de ce combat complexe. Miami est extrêmement vulnérable aux inondations, à l'élévation du niveau de la mer, aux ouragans et à la hausse des températures. Elle a été désignée par les scientifiques comme la grande ville côtière la plus vulnérable au monde en raison de l'élévation du niveau de la mer. J'ai été témoin de la dévastation des ouragans, de la chaleur extrême et des crues éclair désormais courantes. Même si le gouverneur reste fermement opposé à la reconnaissance du changement climatique, Miami connaît bien ses effets.

Lire aussi  L’aggravation de la fumée des incendies de forêt anéantit des décennies de progrès en matière de pollution atmosphérique

J'ai été surpris que le maire républicain Francis Suarez, critique de DeSantis, ait annoncé en 2020 son intention d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, conformément aux accords de Paris sur le climat. Le plan a été élaboré au-delà des lignes de parti, alors que les électeurs de Miami continuent de soutenir une politique climatique significative. Les habitants de Miami craignent que la ville ne soit bientôt sous l'eau, le maire ne peut donc pas feindre l'ignorance. Le maire Suarez a rejoint les réseaux climatiques internationaux axés sur l'autonomisation des gouvernements locaux dans l'action climatique, qui ont influencé les plans de Miami. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour renforcer et mettre en œuvre les politiques climatiques à Miami. Le maire Suarez n'a demandé à son parti de reconsidérer son alignement sur le changement climatique alors qu'il se présente à l'investiture présidentielle républicaine. Malheureusement, alors que Suarez affronte la scène républicaine nationale, je crains qu'il ne se retire de ses intérêts locaux en matière de climat pour mieux s'aligner sur le parti. Sans parler de la possibilité d'une capture des entreprises alors que les sociétés de combustibles fossiles tentent de maintenir le pouvoir sur le parti et rachètent Suarez.

De même, à travers le pays, quelques maires républicains comme Suarez et le maire Jim Brainard de Carmel, dans l'Indiana, s'orientent vers de véritables politiques climatiques, mais le font souvent plutôt discrètement. Les républicains locaux peuvent être considérés comme entre le marteau et l'enclume, car ils doivent réagir à la réalité du changement climatique tout en craignant de s'aliéner les électeurs qui adhèrent plus fortement à l'idéologie républicaine. Le Parti républicain connaît de lentes évolutions dans son idéologie climatique, mais nous manquons de temps. Des politiques subtiles et édentées ne suffiront pas. Nous avons besoin d'une vision audacieuse pour lutter contre le changement climatique, ainsi que d'une législation et d'un financement solides pour concrétiser cette vision. Les républicains locaux intéressés par une véritable politique climatique doivent agir maintenant avant qu'il ne soit trop tard.

Lire aussi  Ocasio-Cortez et Markey appellent Biden à créer un corps civil pour le climat

Ce retard dans la mise en œuvre de politiques efficaces rend tous les Américains, ainsi que l'humanité, vulnérables au désastre climatique. Les communautés à faible revenu, les immigrants et les communautés de couleur sont particulièrement vulnérables. J'ai grandi à Little Haiti, à Miami, et en réponse à l'élévation du niveau de la mer, les immigrants noirs pauvres de la région connaissent une gentrification climatique. Les résidents sont poussés hors de leurs communautés vers des zones plus vulnérables aux inondations, les promoteurs préférant les quartiers les plus résilients aux inondations. Je crains qu'à mesure que mon État d'origine traîne les pieds dans l'action climatique, ma communauté connaisse le pire du désastre climatique qui frappe la Floride.

Toutefois, le changement climatique ne connaît pas de frontières. Les États-Unis comptent parmi les principaux émetteurs de carbone ; leur échec aura donc des conséquences internationales. Le refus des politiciens républicains d'investir dans une action climatique efficace fera dérailler les efforts nationaux visant à atteindre les objectifs climatiques. Les électeurs exigent davantage de leurs représentants, quel que soit leur parti politique, et les politiciens doivent écouter et créer des politiques climatiques significatives. Certains maires républicains œuvrent en faveur d'une politique climatique significative, mais nous avons besoin de l'adhésion d'un plus grand nombre de républicains si nous espérons mettre un terme à la crise climatique.

Avatar de Charles Briot