L’objectif de réchauffement de 1,5°C reste viable grâce à la montée en puissance des énergies propres, selon un nouveau rapport

Publié le

L’objectif de réchauffement de 1,5°C reste viable grâce à la montée en puissance des énergies propres, selon un nouveau rapport

L'Agence internationale de l'énergie a déclaré mardi que l'accélération rapide de la croissance des énergies propres dans le monde a maintenu pour l'instant l'objectif critique de réchauffement de 1,5 °C de l'accord de Paris sur le climat – mais a averti que la combustion continue de combustibles fossiles constitue une menace grave aux efforts visant à conjurer le pire. de la crise planétaire.

Dans un nouveau rapport, l'AIE a noté que l'adoption de technologies d'énergie propre a « augmenté à un rythme sans précédent au cours des deux dernières années », avec une augmentation des capacités solaires photovoltaïques (PV) de près de 50 % et des ventes de voitures électriques en hausse de 240 %. %.

« Ces progrès reflètent la réduction des coûts des principales technologies d'énergie propre – solaire photovoltaïque, éolienne, pompes à chaleur et batteries – qui ont chuté de près de 80 % sur une base moyenne pondérée par le déploiement entre 2010 et 2022 », selon le rapport de l'AIE.

Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, a déclaré dans un communiqué que « la voie vers 1,5°C s'est rétrécie au cours des deux dernières années, mais les technologies d'énergie propre la maintiennent ouverte ».

« Alors que la dynamique internationale se renforce en faveur d' mondiaux clés tels que tripler la capacité renouvelable et doubler l'efficacité énergétique d'ici 2030, ce qui conduirait ensemble à une baisse plus forte de la demande de combustibles fossiles cette décennie, le sommet climatique COP28 à Dubaï est une opportunité vitale pour s'engager en faveur de mesures plus fortes. ambition et mise en œuvre dans les années restantes de cette décennie critique », a Birol.

Lire aussi  Les groupes verts demandent à l’agence de crédit américaine de rejeter le projet de GNL en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le rapport de l'AIE fait suite à un été record de chaleur qui a été marqué par des phénomènes météorologiques extrêmes catastrophiques à travers le monde – des catastrophes qui, selon les scientifiques, vont augmenter en fréquence et en intensité si les dirigeants du monde ne prennent pas des mesures immédiates pour éliminer progressivement les combustibles fossiles qui contribuent au réchauffement de la planète. .

L'Organisation météorologique mondiale a averti en mai qu'il y avait 66 % de chances qu'au cours des cinq prochaines années, les températures mondiales augmentent de plus de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels pendant au moins un an.

Dans son nouveau rapport, l'AIE indique clairement que malgré certains progrès encourageants, les pays – en particulier les pays riches les plus responsables des émissions de combustibles fossiles – n'en font pas assez pour réduire leurs activités polluantes et passer aux énergies renouvelables.

Le rapport révèle que les émissions mondiales de dioxyde de carbone du secteur de l'énergie « restent à un niveau inquiétant », atteignant un nouveau record l'année dernière. En outre, le rapport observe que la demande de combustibles fossiles et les investissements dans l'offre ont augmenté, « stimulés par la crise énergétique de 2022 après l'invasion de l'Ukraine par la Russie ».

« Le secteur de l'énergie évolue plus rapidement que beaucoup ne le pensent, mais il reste encore beaucoup à faire et le temps presse », a déclaré mardi l'AIE. « L'élan ne vient pas seulement de la volonté d'atteindre les objectifs climatiques, mais aussi des arguments économiques de plus en plus solides en faveur de l'énergie propre, des impératifs de sécurité énergétique, ainsi que des emplois et des opportunités industrielles qui accompagnent la nouvelle économie énergétique. Pourtant, il faut accélérer la dynamique pour respecter l'objectif de 1,5°C et garantir que le processus de profite à tous.»

Lire aussi  Ocasio-Cortez et Markey appellent Biden à créer un corps civil pour le climat

Si les pays n'augmentent pas rapidement leurs ambitions climatiques, prévient l'AIE, maintenir le réchauffement en dessous de 1,5°C d'ici la fin du siècle nécessiterait un « déploiement massif » de technologies non éprouvées d'élimination du carbone.

« Ce rapport réaffirme une dure vérité : pour limiter l'augmentation de la température mondiale, comme convenu au niveau international, il n'y a pas de place pour de nouveaux gisements de pétrole, de gaz ou de charbon », a déclaré mardi Kelly Trout, directeur de recherche d'Oil Change International, dans un communiqué. « L'heure est venue d'une élimination rapide, équitable et entièrement financée des combustibles fossiles, les pays riches agissant en premier et le plus rapidement et payant leur juste part pour financer une transition mondiale juste. »

« Alors que les pays se préparent à prendre des engagements sérieux en matière de climat à la COP28 », a ajouté Trout, « ils doivent prendre en compte les preuves sans équivoque selon lesquelles l'abandon des combustibles fossiles doit se produire, et cela doit se produire rapidement. »

Avatar de Charles Briot