Les travailleurs kényans qui ont formé ChatGPT demandent au gouvernement d’enquêter sur leurs conditions de travail

Publié le

Les travailleurs kényans qui ont formé ChatGPT demandent au gouvernement d’enquêter sur leurs conditions de travail

Travailleurs kenyans qui ont formé ChatGPT d'OpenAI avoir pétitionné l'Assemblée nationale du pays pour enquêter sur les conditions de travail préoccupantes dans des entreprises Sama, à qui des entreprises comme Google, Meta et OpenAI sous-traitent leur travail de modération de contenu et d'IA.

« Au nom des jeunes Kenyans dont la vie a été ruinée parce qu'ils ont fait le sale boulot en formant l'algorithme ChatGPT, nous avons déposé une pétition pour [the Kenyan National Assembly] pour enquêter sur la façon dont OpenAI et Sama ont pu échapper à une telle exploitation et réglementer de toute urgence le travail technologique », Mercy Sumbi, défenseure des droits numériques et avocate plaidante, dit sur Twitter.

La pétition décrit les conditions inquiétantes dans lesquelles les travailleurs kenyans se sont vu proposer des contrats temporaires par Sama (connu sous le nom de Samasource jusqu'en 2021) qui ne décrivaient pas suffisamment la nature de leur emploi. Une fois embauchés, les travailleurs étaient censés visionner et catégoriser les documents décrivant des violences sexuelles et graphiques – y compris la bestialité, la nécrophilie, la violence sexuelle incestueuse, les violences sexuelles sur mineurs, l'automutilation, le suicide, la torture et le viol – afin que ChatGPT puisse apprendre à reconnaître le contenu en vue de son engagement futur auprès des utilisateurs. Les travailleurs n'ont pas bénéficié d'un soutien psychologique et ont développé de graves problèmes de santé mentale suite à leur participation au contenu, notamment le syndrome de stress post-traumatique, la paranoïa, la dé et l'anxiété.

« La fortune des grandes technologies repose actuellement littéralement sur le dos et l'esprit brisés de la jeunesse africaine. » Sumbi a écrit sur Twitter.

Un rapport d'enquête par Temps en janvier, a révélé que ces travailleurs étaient payés moins de 2,00 dollars américains de l'heure pour effectuer ce travail, soit un salaire maximum de 170 dollars par mois. « C'était de la torture », a déclaré un employé anonyme de Sama. Temps à propos d'être chargé de lire et d'étiqueter un texte décrivant la bestialité. « Vous lirez un certain nombre de déclarations comme celle-là tout au long de la semaine. Au moment où nous arrivons vendredi, vous êtes dérangé par la réflexion sur cette image.

La haute direction des grandes entreprises technologiques telles que Microsoft aurait été consciente de la nature traumatisante du travail qu'elle avait sous-traité au Kenya, selon un lanceur d'alerte.

« Il y aura des moments effrayants à mesure que nous nous dirigeons vers des systèmes de niveau AGI, ainsi que des perturbations importantes, mais les avantages peuvent être si étonnants qu'il vaut la peine de surmonter les grands défis pour y arriver », a déclaré Sam Altman, responsable d'OpenAI. a écrit sur Twitter en décembre 2022.

La nature des travaux – et leurs effets sur les travailleurs kenyans – ont conduit Sama à annuler brusquement son contrat avec OpenAI en février 2022, huit mois plus tôt que prévu.

La pétition est un appel à l'action non seulement pour que l'Assemblée nationale enquête sur l'exploitation que les travailleurs ont subie de la part de Sama et des entreprises technologiques américaines, mais aussi pour adopter une législation visant à réglementer le travail technologique dans le pays afin de protéger les travailleurs.

Lire aussi  Un homme politique israélien déclare que « les enfants de Gaza sont à l’origine de cette situation »

« Nous devons avoir des conversations honnêtes sur le travail technologique effectué au Kenya au nom des Big Tech », a déclaré Sumbi. « Nous voulons être le pays de choix des Big Tech mais à quel prix ? S'ils ne prennent pas toutes les précautions nécessaires pour protéger les travailleurs, c'est de l'exploitation et non de l'investissement.»

Avatar de Charles Briot