Les médecins exigent un cessez-le-feu à Gaza pour faire face à une crise sanitaire « apocalyptique »

Publié le

Les médecins exigent un cessez-le-feu à Gaza pour faire face à une crise sanitaire « apocalyptique »

Des manifestations mondiales ce week-end ont appelé à un cessez-le-feu tout en marquant 100 jours de bombardements et de siège incessants par Israël de la bande de Gaza depuis l'attaque du Hamas du 7 octobre. Les dirigeants humanitaires des Nations Unies ont publié lundi une demande commune pour augmenter considérablement le flux d'aide vers Gaza. « La situation devient incontrôlable » à Gaza, déclare le neurologue pédiatrique Omar Abdel-Mannan, qui partage les rapports des agents de santé sur le terrain sur les scènes « apocalyptiques » dans les hôpitaux qui s'effondrent. « C'est une médecine de style médiéval que nous voyons, et elle est 100% artificielle. »

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant !démocratienow.org, Le rapport Guerre et Paix. Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Des rassemblements majeurs appelant à un cessez-le-feu à Gaza ont eu lieu dans le monde entier ce week-end, marquant les 100 jours de l'attaque israélienne sur Gaza. Ces rassemblements comprenaient un à Washington, DC, où les organisateurs affirment que 400 000 personnes ont protesté contre la complicité américaine dans ce qu'ils ont appelé l'une des attaques militaires les plus meurtrières et les plus destructrices de l'histoire récente. Les responsables palestiniens de la santé affirment que les attaques israéliennes ont tué 158 civils à Gaza au cours des seules dernières 24 heures, portant le bilan des morts depuis le 7 octobre à 24 000, bien que ce chiffre soit probablement sous-estimé – la majorité de ces victimes ont tué des femmes et des enfants. On estime que plus de 10 000 enfants sont morts.

Dimanche, le président Biden a publié une déclaration marquant le 100e jour de l'attaque du Hamas le 7 octobre et a condamné le Hamas pour avoir continué à détenir plus de 100 otages. Mais il n'a fait aucune mention des dizaines de milliers de Palestiniens tués, blessés ou lors des bombardements israéliens.

Lundi, les dirigeants humanitaires des Nations Unies ont publié une demande commune pour augmenter considérablement le flux d'aide vers Gaza. Il s'agit du directeur du Programme alimentaire mondial pour la Palestine, Samer AbdelJaber.

SAMER ABDELJABER : Tout le monde à Gaza a faim. Nous explorons toutes les solutions possibles, mais aucune n'est suffisante face aux obstacles. Il y a des gens qui de faim dans certaines régions et nous ne sommes pas en mesure de leur fournir de la nourriture de base. … Les besoins augmentent plus vite que nous ne pouvons y répondre. Nous devons être en mesure d'acheminer davantage de fournitures, et nous avons besoin d'un accès sûr pour atteindre les gens partout à Gaza, et pas seulement ceux qui se trouvent à proximité des frontières. Nous avons besoin d'un cessez-le-feu durable pour mettre fin aux souffrances.

AMY GOODMAN : Pour en savoir plus, nous sommes rejoints par le Dr Omar Abdel-Mannan, neurologue pédiatrique, co-fondateur de Gaza Medic Voices et des agents de santé pour la Palestine, en contact constant avec ses collègues de Gaza, qui nous rejoignent depuis Londres.

Docteur, merci beaucoup d'être avec nous. L'assaut de ce week-end, notamment dans le centre et le sud, à Khan Younis, est intense, avec plus d'une centaine de Palestiniens tués rien qu'au cours des dernières 24 heures. Pouvez-vous parler du désespoir des gens là-bas et de ce qui, selon vous, pourrait conduire à un cessez-le-feu, alors que des millions de personnes dans le monde l'ont exigé ce week-end ?

Lire aussi  Plus de 400 responsables de l'administration Biden exigent un cessez-le-feu à Gaza

DR. OMAR ABDEL-MANNAN : Merci beaucoup de m'avoir invité au programme.

La situation devient donc incontrôlable. Beaucoup de nos collègues, des médecins britanniques qui viennent de quitter Gaza ces derniers jours, dirigés par Medical Aid for Palestiniens, ont déclaré que les scènes à l'intérieur des hôpitaux étaient pour le moins apocalyptiques. Ils décrivent des scènes à l'intérieur de l'hôpital Al-Aqsa, qui ne fonctionne plus et a été entièrement repris et assiégé par les forces d'occupation israéliennes. Ils ont décrit des scènes de 500 admissions en une nuit, dont beaucoup étaient des victimes graves des raids aériens, dont la majorité étaient des enfants, des enfants avec une double amputation des membres inférieurs au-dessus du genou, des enfants avec des brûlures jusqu'aux os qui sont si horribles qu'ils sont défigurés à vie, et que des femmes et des hommes sont également tués et pris pour cible. Ce à quoi nous assistons est un ciblage systématique des établissements de santé et du personnel soignant, dont au moins 370, selon le dernier décompte, ont été tués, tués, mutilés, enlevés ou même, plus encore, torturés lorsqu'ils ont été retenus captifs. , comme l'a mentionné le Dr Ghassan Abu-Sittah lors du rassemblement à Londres samedi. Ce sont les rapports qui viennent de là-bas.

Ce à quoi nous assistons n'est pas une guerre contre les enfants. Il s'agit d'un massacre génocidaire et incontrôlable de Palestiniens en général et en masse. Les forces d'occupation israéliennes et le gouvernement israélien ont clairement indiqué qu'ils se trouvent désormais dans une situation où ils veulent soit exterminer les Palestiniens, soit les forcer et les déplacer de leur foyer ancestral après 75 ans d'occupation.

Et qu'est-ce qui mènerait à un cessez-le-feu ? Eh bien, la réponse simple est le gouvernement américain. Le président Biden, lorsqu'il déclare, lors d'un discours national cent jours le 7 octobre, qu'il compatit avec les otages et les familles, nous nous sentons tous très mal face à la situation du 7 octobre. Mais annuler complètement et ignorer les dizaines de milliers – au moins 24 000 – de Gazaouis qui ont été tués de sang-froid par la machine de guerre israélienne est, franchement, scandaleux. Franchement, le gouvernement américain, le gouvernement britannique et d'autres dirigeants occidentaux sont complices de cela, car ils arment les mêmes bombes israéliennes qui font pleuvoir le feu de l'enfer sur les hôpitaux palestiniens, les écoles palestiniennes, les boulangeries palestiniennes et les plans d'assainissement de l'eau. Ne vous y trompez pas : il s'agit d'une tentative d'anéantir complètement une infrastructure et un système de santé publique pour la population de Gaza.

JUAN GONZALEZ : Mais, Docteur, je voulais vous demander : environ 15 000 enfants sont nés à Gaza depuis le de l'assaut. Pourriez-vous parler de l'impact sur les femmes enceintes de l'effondrement de toutes ces installations médicales ?

DR. OMAR ABDEL-MANNAN : Nous avions donc un obstétricien qui faisait partie de cette équipe de l'OMS qui venait tout juste de sortir d'Al-Aqsa. Ce qu'elle nous a décrit, en parlant à des collègues sur le terrain, ce sont des femmes qui accouchent dans les abris, dans les décombres, dans les rues, sans soins maternels – maternité pour les femmes enceintes dans les régions du nord et du centre de Gaza. Cela représente au moins un million de personnes sans accès aux soins de maternité. Cela signifie que les femmes doivent vivre des grossesses à haut risque, doivent accoucher sans soins hospitaliers ni préhospitaliers, sans sages-femmes ni médecins pour les aider. Cela a conduit à de très nombreuses femmes qui meurent pendant ou après l'accouchement à cause des complications normales qui surviennent souvent après une grossesse à haut risque. Cela inclut les hémorragies, où ils ne pourraient pas recevoir de transfusion sanguine en raison du manque de fournitures. Cela inclut les femmes qui s'adaptent, qui ont des convulsions et qu'aucun médicament ne leur est administré pour arrêter ces convulsions. Il s'agit d'une médecine de style médiéval à laquelle nous assistons, et elle est 100 % artificielle. Encore une fois, cela pourrait cesser dès maintenant s'il y avait un cessez-le-feu permanent et durable. Et malheureusement, comme je l'ai dit, le Royaume-Uni et les États-Unis ont continué à se montrer bellicistes et à permettre à Israël de poursuivre ses tactiques génocidaires.

Lire aussi  Les stagiaires de la Maison Blanche envoient une lettre exigeant que Biden appelle à un cessez-le-feu permanent

Et les pays du Sud ont commencé à se mobiliser. Et il y a eu un grand réveil pour des gens qui n'étaient pas au courant de la situation en Palestine. Mais 70 années d'occupation, accélérées à double vitesse avec ces attaques génocidaires, ont conduit des centaines de milliers de personnes à manifester à Londres, à Washington, DC et dans d'autres grandes villes. Et en tant qu'agents de santé, moi y compris, parlant au nom des agents de santé pour la Palestine et de Gaza Medic Voices, nous n'acceptons pas cela. Nous ne resterons pas silencieux. Nous avons intensifié nos efforts et nous continuerons de le faire. Et en tant que citoyens du monde concernés, nous constatons un manque d'humanité, un manque de réponse de la part de nos dirigeants, qui sont franchement impuissants. Et maintenant, il est du devoir des citoyens comme nous de se lever, de protester, de s'adresser à nos parlementaires, de faire pression sur nos gouvernements pour qu'ils agissent. Et si cela ne se produit pas, alors la prochaine étape, qui devrait être franchie maintenant, est de boycotter, de boycotter tout produit israélien qui finance un État qui détruit des gens et tue des êtres humains dans leurs maisons, de faire pression pour que les universitaires sanctions, pour le boycott culturel, le boycott universitaire et les sanctions contre l'État israélien. Et c'est la prochaine étape, et c'est ce que j'appelle en tant que citoyen concerné à mes collègues, aux agents de santé et aux citoyens professionnels et non professionnels du monde entier, à commencer à se lever et à prendre la parole, car nous avons en avoir assez. Nous en avons assez de voir nos propres collègues être tués et mutilés en masse.

JUAN GONZALEZ : Docteur, pourriez-vous parler de votre travail visant à amener des enfants au Royaume-Uni pour des soins médicaux depuis Gaza et des obstacles que vous avez rencontrés ?

DR. OMAR ABDEL-MANNAN: C'est donc un travail effectué par nos collègues. Il existe de nombreux projets qui tentent d'amener des enfants dans des villes européennes, dans des hôpitaux européens, pour leur prodiguer des soins, à l'instar de ce que la PCRF, la Société palestinienne de secours à l'enfance, a si bien fait aux États-Unis avant le 7 octobre. Nous sommes en discussion avec les instances compétentes pour essayer d'y parvenir. Beaucoup de ces enfants sont des enfants qui ont subi des blessures complexes résultant de bombardements directs et qui nécessitent des années de travail de chirurgie plastique reconstructive. Et ce seront des cas précis que nous essaierons d'aider, là où les besoins ne sont pas satisfaits en Egypte, en Jordanie ou dans les pays voisins. Mais c'est, vous savez, sous… cela se produit, mais surveillez cet espace, essentiellement.

Lire aussi  Nous ne pouvons pas laisser l’antisémitisme être utilisé comme arme pour criminaliser la solidarité avec la Palestine

AMY GOODMAN : Enfin, Dr Omar Abdel-Mannan, Israël parle de ce qui se passe depuis plus d'un an. Ils disent que le Hamas doit libérer les otages. Pendant ce temps, le Hamas a publié une vidéo d'otages dans laquelle l'un des otages dit que deux autres otages ont été tués lors d'une frappe israélienne. Il y a par exemple la manifestation massive des familles d'otages qui a eu lieu ce week-end, exigeant que la libération des otages soit la première priorité. Quelle est votre réponse au gouvernement israélien, à Netanyahu et aux autres membres du cabinet de guerre qui disent que le Hamas doit d'abord libérer tous les otages ?

DR. OMAR ABDEL-MANNAN: Nous avons vu ce récit à maintes reprises. À chaque intermède dans ces bombardements incessants, nous avons vu l'excuse des otages, l'excuse des boucliers humains, l'excuse des tunnels du Hamas sous les hôpitaux, et nombre d'entre eux ont été démystifiés par les grands médias. Le Washington Post, BBC News a découvert que bon nombre de ces tunnels sous les hôpitaux étaient, en fait, vous savez, auparavant utilisés comme puits de ventilation. Ce ne sont même pas des tunnels du Hamas. Donc, cette idée de libération des otages, comme vous l'avez dit à juste titre, nous voit les Israéliens tirer sur leur propre peuple. Ils ont abattu deux ou trois otages brandissant des drapeaux blancs, qui étaient des otages israéliens courant et fuyant leurs captifs, et ils ont été abattus à bout portant. Donc, franchement, pour moi et pour nous tous qui avons vu les intentions du gouvernement israélien démasquées, ce ne sont que de pures excuses.

Et malheureusement, les grands médias, dont beaucoup se trouvent au Royaume-Uni et aux États-Unis, en sont complices. Ils autorisent ces récits. Quand je vais à chaque émission de télévision et qu'on me pose la première question : « Condamnez-vous le Hamas ? ou « Connaissez-vous les tunnels sous les hôpitaux? » cela fait avancer ce récit. Et franchement, les enquêtes menées jusqu'à présent, vous savez, sur ce qui reste de Gaza ont montré que bon nombre de ces histoires, dont la majorité ne sont pas vraies, sont tout simplement fausses. Voilà donc ma réponse.

Et encore une fois, je ne me laisse pas, et nous ne allons pas, vous savez, nous laisser prendre au piège du discours du gouvernement israélien. Nous savons exactement ce qui se passe ici. Et l'Occident, le Royaume-Uni, les États-Unis et d'autres gouvernements, comme je l'ai dit, sont complices de la poursuite de ce récit. Et jusqu'à ce qu'il y ait un cessez-le-feu permanent, jusqu'à ce qu'une aide humanitaire appropriée transite par les couloirs d'aide, jusqu'à ce qu'il y ait la fin de l'occupation de Gaza et de la Cisjordanie et des atrocités qui continuent de se produire en Cisjordanie avec les colons attaquant les Palestiniens, alors nous le ferons. Pas d'arrêt. Et nous continuerons, et nous nous mobiliserons, par centaines de milliers, par millions, contre ce génocide.

AMY GOODMAN : Dr Omar Abdel-Mannan, nous tenons à vous remercier d'être avec nous, neurologue pédiatrique et co-fondateur de Gaza Medic Voices et des agents de santé pour la Palestine, pour nous parler depuis Londres.

Ensuite, une participation et des températures record pour un caucus de l'Iowa. Donald Trump bat ses adversaires et se rend à New York pour assister à un énième procès pour l'agression sexuelle de l'écrivain new-yorkais E. Jean Carroll. Rester avec nous.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire