Les gaz à effet de serre, le niveau mondial de la mer et la température des océans ont battu des records en 2022

Publié le

A woman walks through shin-deep floodwater, along with several others

Au milieu d'un été de chaleur extrême dans l'hémisphère Nord, un rapport international dirigé par l'Administration nationale des océans et de l'atmosphère des États-Unis a révélé mercredi que les concentrations de gaz à effet de serre, le niveau mondial de la mer et le contenu thermique des océans ont atteint des niveaux records l'année dernière.

« Ce rapport est un véritable effort international visant à mieux comprendre les conditions climatiques dans le monde et notre capacité à les observer », a déclaré Derek Arndt, directeur des nationaux d'information environnementale de la NOAA (NCEI). État du climat en 2022qui présente les contributions de plus de 570 scientifiques dans plus de 60 pays.

« C'est comme un examen physique annuel du système Terre, et il sert les générations présentes et futures en documentant et en partageant des données qui indiquent des conditions de plus en plus extrêmes et changeantes dans notre monde en réchauffement », a ajouté Arndt à propos du 33e rapport annuel, publié par le Bulletin due Société météorologique américaine.

Alors que l'humanité continue d'extraire et de brûler des combustibles fossiles et de se livrer à des pratiques agricoles polluantes, les trois principaux gaz à effet de serre atmosphériques – le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxyde nitreux⁠ – ont atteint des concentrations record l'année dernière. La moyenne de CO2 était de 417,1 parties par million, dépassant non seulement les enregistrements d'observation modernes, mais également les enregistrements paléoclimatiques remontant à 800 000 ans.

« Les humains sont à l'origine du plus grand changement climatique connu depuis notre transition vers l'agriculture il y a des milliers d'années », a déclaré Paul Higgins, directeur exécutif associé de l'American Mogenic Society.

Lire aussi  Fossil Fuel Exec devrait diriger la COP28. Nous devons décoloniser la gouvernance climatique.

Dans l'océan – qui a absorbé l'essentiel du réchauffement dû aux gaz à effet de serre au cours des dernières décennies – le contenu thermique a atteint des niveaux records l'année dernière. La température annuelle de surface était de 0,45 à 0,54 °F au-dessus de la moyenne de 1991 à 2020, faisant de 2022 l'une des six années les plus chaudes depuis le début de la tenue des registres dans les années 1800 et l'année La Niña la plus chaude jamais enregistrée. Le niveau moyen de la mer a établi un record pour la 11e année consécutive, s'élevant d'environ 4 pouces au-dessus de la moyenne de 1993, lorsque les mesures par satellite ont commencé.

Alors qu'environ 58 % de la surface des océans a subi au moins une vague de chaleur marine, les températures ont également grimpé sur terre. Comme le détaille le rapport :

L'Europe dans son ensemble a connu sa deuxième année la plus chaude jamais enregistrée, avec 16 pays individuels ayant enregistré une chaleur record à l'échelle nationale. Des records ont été battus à travers le continent pendant les mois d'été alors que les vagues de chaleur sévissaient dans la région. Le 18 juillet, 104 stations en France battent records historiques. Un jour plus tard, l'Angleterre enregistrait pour la première fois une température de 40°C (104°F). La Chine a connu sa deuxième année la plus chaude et son été le plus chaud jamais enregistré. Dans l'hémisphère sud, la température moyenne en Nouvelle-Zélande a atteint un niveau record pour la deuxième année consécutive. Alors que la température annuelle de l'Australie était légèrement inférieure à la moyenne de 1991 à 2020, l'aéroport d'Onslow, en Australie occidentale, a atteint 50,7°C (123°F) le 13 janvier, égalant la température la plus élevée jamais enregistrée en Australie.

(…)

Les effets de la hausse des températures et de la chaleur extrême étaient apparents dans tout l'hémisphère Nord, où l'étendue de la couverture neigeuse en juin 2022 était la troisième plus petite en 56 ans, et la durée saisonnière de la couverture de glace des lacs était la quatrième plus courte depuis 1980. des vagues de chaleur fréquentes et intenses ont contribué à la deuxième perte moyenne de bilan de masse des glaciers alpins dans le monde depuis le début du record en 1970. Les glaciers des Alpes suisses ont perdu un record de 6 % de leur volume. En Amérique du Sud, la combinaison de la sécheresse et de la chaleur a laissé de nombreux glaciers des Andes centrales sans neige au milieu de l'été, début 2022.

Près d'un tiers des terres mondiales ont été confrontées à une sécheresse modérée ou pire en 2022, allant d'une empreinte de 63 % dans les États-Unis contigus à la poursuite d'une méga-sécheresse de 13 ans dans le centre du Chili. Le rapport note qu'une sécheresse persistante en Afrique a « conduit à de mauvaises récoltes, à des millions de morts de bétail, à une pénurie d'eau et à une hausse des prix des produits alimentaires de base ».

Lire aussi  Le projet de loi sur l'éducation du Tennessee interdirait toute discussion sur le racisme systémique dans les collèges

Pendant ce temps, en Asie du Sud, « le Pakistan a reçu environ trois fois son volume normal de précipitations de mousson en août, avec quelques
les régions reçoivent jusqu'à huit fois leurs totaux mensuels attendus », souligne le rapport. « Les inondations qui en ont résulté ont touché plus de 30 millions de personnes, causé plus de 1 700 morts, entraîné d'importantes pertes de récoltes et de biens, et ont été enregistrées comme l'une des catastrophes naturelles les plus coûteuses de tous les temps. »

Les conditions mondiales de l'année dernière et les bénéfices record des grandes sociétés pétrolières ont alimenté les demandes d'actions audacieuses pour réformer les pratiques agricoles et arrêter de brûler des combustibles fossiles – qui, comme le souligne le rapport, sont « le principal moteur de l'augmentation du CO2 atmosphérique ». De tels appels se sont poursuivis ces derniers mois, alors que les géants et gaziers ont continué à récompenser leurs actionnaires avec d'importants rachats d'actions et des dividendes au cours de ce qui a été un autre été historiquement chaud, selon les données publiées mardi.

« Notre planète vient de subir une saison de mijotage – l'été le plus chaud jamais enregistré », a déclaré mercredi le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à moins de trois mois du sommet COP28 de l'ONU. « Les dirigeants doivent faire monter la pression dès maintenant en faveur de solutions climatiques. »

Lire aussi  Biden perd le soutien des électeurs musulmans alors que le bilan des morts à Gaza dépasse les 9 000

Avatar de Charles Briot