Les Équatoriens votent sur un référendum pour mettre fin aux forages pétroliers dans le parc national Yasuní

Publié le

Les Équatoriens votent sur un référendum pour mettre fin aux forages pétroliers dans le parc national Yasuní

Les électeurs équatoriens se sont rendus dimanche aux urnes pour voter à la fois lors d'une élection présidentielle anticipée et pour saisir ce que les militants pour la environnementale ont qualifié de « occasion unique » d'aider à protéger l'un des écosystèmes les plus vitaux au monde.

Des pancartes appelant le public à voter « Sí al Yasuni » ou « oui » pour le parc national Yasuní, dans la forêt amazonienne, ont été placardées dans tout le pays ces dernières semaines, alors que les organisateurs appellent les électeurs à soutenir un référendum qui mettrait fin aux forages pétroliers dans le pays. Champ pétrolifère Yasuní Ishpingo-Tambococha-Tiputini.

Le parc de 198 000 hectares est la plus grande zone protégée de l'Équateur et abrite 1 130 espèces d'arbres – plus que les États-Unis et le Canada réunis – 165 espèces de mammifères, 630 espèces d'oiseaux et plus de 100 000 espèces d'insectes par hectare.

Les peuples autochtones Waorani, Kichwa et Shuar coexistent dans la région, ainsi que les tribus isolées Tagaeri et Taromenan.

Comme l'a déclaré l'organisation de défense des droits autochtones Survival International dans une vidéo publiée samedi sur les réseaux sociaux, les forages pétroliers sur le territoire des tribus « constituent une menace énorme pour leur survie » et perpétuent un système énergétique qui, selon les scientifiques, réchauffe la planète et provoque élévation dangereuse du niveau de la mer et phénomènes météorologiques extrêmes.

L'ancien président équatorien Rafael Correa a lancé une initiative après son entrée en fonction en 2007 pour maintenir le pétrole dans le sol du parc national Yasuní, en créant un fonds égal à la moitié des réserves du champ pétrolier et en demandant aux autres pays de contribuer à ce fonds en échange de l'absence de forage.

Lire aussi  Le fonds de pension de l'État investit dans un accord visant à drainer les eaux souterraines en diminution de l'Arizona

Mais l'initiative a pris fin en 2013 et la société pétrolière publique Petroecuador a depuis lors extrait jusqu'à 57 000 barils de pétrole par jour du parc.

Le mouvement populaire Yasunidos a passé une décennie à rassembler 750 000 signatures pour soutenir l'inscription du référendum sur les bulletins de vote et le plus haut tribunal électoral de l'Équateur a décidé l'année dernière que le vote pouvait avoir lieu.

Si le référendum réussit, a déclaré l'organisation de défense des droits humains Global Justice Now, l'Équateur pourrait « devenir le premier pays à limiter l'extraction de combustibles fossiles grâce à la démocratie directe ».

« Les militants équatoriens défendent leur environnement local tout en étant en première de la bataille mondiale pour maintenir les combustibles fossiles dans le sol », a déclaré Izzie McIntosh, responsable de la campagne climatique du groupe. « Quelle que soit l'issue du vote, ils ont envoyé un message clair aux multinationales polluantes : les communautés ne resteront pas les bras croisés pendant que les profitent aux dépens de l'Amazonie et du bien-être collectif de notre planète. »

Après 10 ans d'extraction de pétrole dans la fragile forêt tropicale, le référendum offre aux tribus indigènes et à l'ensemble du pays la possibilité d'un « avenir différent », a déclaré Hueiya Cayuiya, fondatrice de l'Association des femmes Waorani de l'Amazonie équatorienne. dit Le gardien.

« Si nous gagnons, ce sera un triomphe pour l'Équateur », a déclaré Cahuiya. « Nous ne voulons plus de contamination de nos rivières, plus d'extraction sur nos terres. »

Lire aussi  Les autorités britanniques n’ont poursuivi que 11 personnes fortunées pour fraude fiscale l’année dernière

Avatar de Charles Briot