Les colons terrorisent les enfants palestiniens sous l’apartheid israélien

Publié le

Two IDF officers harrass a young woman in a hijab

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

De nombreux enfants palestiniens vivant en Cisjordanie occupée ne peuvent pas se rendre à l'école à pied sans une escorte militaire, en supposant que leurs salles de classe n'ont pas été fermées. démoli ou confisqué par les Israéliens en premier lieu. Les enfants palestiniens sont constamment confrontés aux attaques et au harcèlement de la part de violents « colons » israéliens qui cherchent à coloniser la Cisjordanie avec des colonies illégales, voire à rayer complètement la Palestine de la carte.

Le mois dernier, quelques semaines avant que la dernière flambée de violence régionale ne fasse la une des journaux, des colons ont attaqué des militants internationaux dans la région de Masafer Yatta, un ensemble de hameaux du sud de la Cisjordanie. Cassandra Dixon, une défenseuse des droits humains de 64 ans originaire des États-Unis, affirme qu'elle a perdu connaissance et a subi une fracture du crâne après qu'un colon l'ait « frappée par derrière, durement, avec un gros bâton ». Un autre colon a menacé un autre militant avec une barre de fer.

Les colons extrémistes brûlent également régulièrement les récoltes et tuent le bétail pour priver les Palestiniens de leurs revenus et de leur lien avec la terre, mais les groupes de défense des droits humains affirment que les tribunaux militaires israéliens secrets choisissent exclusivement les Palestiniens pour les arrêter et les poursuivre en Cisjordanie. Les colons ayant la citoyenneté israélienne sont gouvernés par des tribunaux civils, voire passibles de poursuites pour avoir enfreint la loi.

« C'est pareil devant les tribunaux civils… toujours aux côtés des organisations de colons israéliens, tous les droits fonciers sont immédiatement accordés en priorité aux colons israéliens plutôt qu'aux Palestiniens qui résident dans leurs maisons », a déclaré Milena Ansari, militante du groupe de soutien aux prisonniers palestiniens Addameer, dans un communiqué. entretien.

En vertu d'une vaste loi « antiterroriste » adoptée en 2016, l'armée d'occupation et ses tribunaux peuvent criminaliser toute activité perçue comme une menace pour les intérêts de l'État israélien, depuis l'activisme étudiant non-violent jusqu'aux expressions collectives de la culture palestinienne, selon Ansari. Le simple fait d'être membre d'un groupe politique palestinien peut conduire à une incarcération arbitraire ordonnée par les commandants militaires. Addameer est un groupe de défense des droits humains internationalement reconnu – Ansari est récemment retourné en Palestine après avoir rencontré des responsables des Nations Unies à Genève, en Suisse – mais le gouvernement israélien a qualifié Addameer et cinq autres groupes politiques palestiniens d'« organisations terroristes » en 2021 afin de bloquer le financement.

Lire aussi  La République démocratique du Congo confrontée à une crise alimentaire malgré ses richesses minières

« L'affiliation politique, la liberté d'expression, la liberté de réunion, même les étudiants que nous avons vu s'organiser sur le campus d'une université en Palestine pourraient invoquer la juridiction des tribunaux militaires », a déclaré Ansari, ajoutant que les responsables parlent l'hébreu lors des procédures judiciaires, une langue que pratiquent la plupart des Palestiniens. ne pas parler. « Le système est construit contre les Palestiniens. Il n'existe véritablement aucun moyen d'obtenir justice et responsabilité devant ces tribunaux.

« Le système est construit contre les Palestiniens. Il n'existe véritablement aucun moyen d'obtenir justice et responsabilité devant ces tribunaux.

Les défenseurs affirment que l'impulsion en faveur du système séparé en Cisjordanie et en Palestine occupée est évidente. Dixon rapporte que 1 300 habitants des hameaux de Masafer Yatta risquent un « expulsion forcée imminente » pour faire place à un « Zone de tir » militaire israélienne. Les Palestiniens y vivent depuis des générations, mais certains habitants qui luttent contre l'expulsion auraient eu recours à la vie dans des grottes.

« Être ici maintenant, dans ces 15 villages, c'est être témoin d'un nettoyage ethnique en temps réel », a écrit Dixon sur Facebook après avoir survécu à l'attaque des colons.

Lorsque des violences généralisées éclatent, les grands médias occidentaux présentent souvent le « conflit israélo-palestinien » comme un combat du tac au tac, les représailles en entraînant les autres, effaçant pratiquement la violence et l'humiliation que les Palestiniens subissent quotidiennement sous l'occupation. Alors que les Palestiniens de Jérusalem et de Cisjordanie vivent dans la peur constante de représailles, d'expulsion et d'arrestation pour avoir exprimé leur opinion, il suffit peut-être du passage à tabac mortel d'une Américaine pour dénoncer la violence quotidienne dans les médias internationaux.

« Lorsque nous parlons des activités de « colonisation » en général, nous devons toujours garder à l'esprit que les colonies israéliennes sont illégales au regard du droit international », a déclaré Ansari. « L'idée même d'expulser de force un peuple protégé de son territoire et de faire tomber les pouvoirs d'occupation sur les personnes qui résident dans ces zones est un crime contre l'humanité. »

Les Palestiniens affirment que les colons violents sont rarement arrêtés par la police israélienne et accusés de crimes, surtout lorsque les médias internationaux et les groupes de défense des droits de l'homme ne les regardent pas. Cependant, lors de toute sorte de « conflit » – comme l'expulsion violente et l'arrestation de plus de 350 Palestiniens sur un lieu saint contesté à Jérusalem la semaine dernière, encouragée par des groupes de colons d'extrême droite et qui a failli déclencher une guerre totale – les Palestiniens sont canalisés vers un système d'incarcération de masse dans lequel l'armée et la police israéliennes peuvent bafouer les droits humains fondamentaux en toute impunité.

Lire aussi  L'ACLU poursuit les États-Unis pour avoir utilisé des hélicoptères de qualité militaire pour réprimer les manifestations de George Floyd

La semaine dernière, le Club des prisonniers palestiniens, un groupe de soutien aux prisonniers de longue date, a rapporté que les forces d'occupation avaient arrêté plus de 2 200 Palestiniens jusqu'à présent cette année, dont des femmes et des enfants, bien que ce nombre soit probablement beaucoup plus élevé après une semaine ponctuée de manifestations, de tirs de roquettes. et des frappes aériennes. De nombreuses arrestations ont eu lieu à Jérusalem pendant le mois sacré du Ramadan. Outre les personnes arrêtées récemment, au moins 4 900 hommes, femmes et enfants palestiniens considérés comme des prisonniers politiques par les groupes de défense des droits humains sont incarcérés dans les prisons israéliennes et les prisons militaires, selon Addameer.

« Ce n'est pas un combat religions, ce n'est même pas un combat. Il s'agit essentiellement d'un projet colonial visant à nettoyer ethniquement une population palestinienne afin que la suprématie juive règne dans cette région.»

Reflétant la punition collective imposée par l'occupation, les conditions de vie des prisonniers palestiniens se détériorent sous les politiques imposées par la coalition gouvernementale d'extrême droite dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses nouveaux ultranationalistes. Les groupes internationaux de défense des droits humains appellent constamment à la libération des prisonniers palestiniens qui se voient systématiquement refuser des soins médicaux essentiels et sont torturés en isolement cellulaire. Les prisonniers palestiniens participent régulièrement à des grèves de la faim comme forme de protestation pour obtenir des droits collectifs et individuels fondamentaux, tels que des repas adéquats et suffisamment d'eau pour se laver. Le mois dernier, une grève de la faim massive a abouti à un accord avec les autorités pénitentiaires sur les projets du gouvernement visant à dégrader les conditions dans les prisons israéliennes.

Composée d'extrémistes tels que le célèbre ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir, la coalition de Netanyahu a enhardi le mouvement ultra-nationaliste des implantations tout en déclenchant des protestations massives de la part d'Israéliens libéraux et modérés qui s'opposent à une proposition visant à affaiblir le contrôle judiciaire d'un parlement israélien contrôlé par l'extrême droite. .

« La violence des colons, comparée à la violence palestinienne, bénéficie du soutien du gouvernement », a déclaré Ansari. « Le gouvernement israélien accorde l'impunité à la violence des colons ; la violence des colons est protégée ; vous les voyez accompagnés par les forces d'occupation israéliennes qui attaquent les Palestiniens au lieu d'arrêter les colons.

Lire aussi  Des New-Yorkais juifs se rassemblent chez Schumer pour mettre fin au financement militaire américain en Israël

La collusion entre l'État israélien et le mouvement de colonisation illégale de la Cisjordanie a été pleinement mise en évidence le 10 avril, lorsque l'armée israélienne a gardé un groupe important de colons et de politiciens ultra-nationalistes alors qu'ils marchaient sous des banderoles vers une colonie illégale et récemment abandonnée. déclarant que les terres palestiniennes proches de la ville occupée de Naplouse étaient la propriété des Israéliens. Pendant ce temps, les forces d'occupation ont abattu un adolescent palestinien de 15 ans lors du dernier raid contre le camp de réfugiés d'Aqabet Jaber à Jéricho. Mohammad Fayez Balhan a reçu lundi une balle dans la tête, la poitrine et le ventre, selon certaines informations. Au moins trois Israéliennes sont mortes après une attaque contre une colonie de Cisjordanie la semaine dernière.

Ansari a déclaré que les récentes manifestations de masse contre le gouvernement d'extrême droite de Netanyahu et son projet de prise de pouvoir judiciaire se sont concentrées sur les droits laïcs des femmes juives israéliennes et des personnes LGBTQ, par exemple, mais que lorsque les Palestiniens sont réprimés et arrêtés, leur genre et leur identité sexuelle sont couramment utilisés contre eux. .

« Ce n'est pas un combat entre religions, ce n'est même pas un combat », a déclaré Ansari, qui a souligné que certains Palestiniens sont chrétiens ou non religieux plutôt que musulmans. « Il s'agit essentiellement d'un projet colonial visant à nettoyer ethniquement une population palestinienne afin que la suprématie juive règne dans cette région. »

Bien sûr, de nombreux Juifs en Israël et dans le monde travaillent en faveur de la paix et de la libération de la Palestine occupée. Des groupes tels que Kids4Peace à Jérusalem encouragent le dialogue interreligieux entre la prochaine génération de militants, et des organisations telles que B'Tselem en Israël s'opposent au gouvernement d'extrême droite et défendent les droits humains des Palestiniens vivant dans les territoires occupés.

Pendant ce temps, l'État militaro-policier israélien reçoit chaque année des milliards de dollars d'aide américaine, ce qui amène les Américains à se demander : qui a le plus besoin de l'argent de nos contribuables ? Les occupants ou les artisans de la paix ?

Correction : Citant des informations erronées d'un autre média, la version originale de cet article rapportait à tort que les militants des droits humains accompagnaient une jeune Palestinienne lorsqu'ils ont été attaqués par des colons. Aucune fille palestinienne n'était présente.

Avatar de Charles Briot