Au moins 58 morts après la rupture d’un bateau de migrants près de la côte italienne

Publié le

Au moins 58 morts après la rupture d'un bateau de migrants près de la côte italienne

Au 58 migrants sont morts lorsque leur bateau en bois surpeuplé s'est écrasé contre des récifs rocheux et s'est brisé au du sud de l'Italie avant l'aube dimanche, ont annoncé les garde-côtes italiens. Les survivants auraient indiqué que des dizaines d'autres pourraient être portés disparus.

« Tous les survivants sont des adultes », PA » a cité Ignazio Mangione, volontaire de la Croix-Rouge. « Malheureusement, tous les enfants font partie des disparus ou ont été retrouvés morts sur la plage. »

Selon l'agence de presse italienne ANSA, 20 mineurs figurent parmi les morts, dont un nouveau-né.

La télévision d'État italienne a cité des survivants affirmant que le bateau était parti cinq jours plus tôt de Turquie avec à son bord plus de 200 passagers, dont des ressortissants d'Iran, du Pakistan et d'Afghanistan.

Le gouvernement de droite du Premier ministre Giorgia Meloni – élu l'année dernière sur la promesse d'empêcher les migrants de venir en Italie – s'est engagé à empêcher les migrants d'atteindre les côtes italiennes et a fait ces derniers jours une nouvelle loi plus stricte durcissant les règles en matière de sauvetage.

Le gardien signalé:

Le gouvernement de droite du premier ministre Giorgia Meloni, arrivé au pouvoir en octobre, a imposé des mesures sévères à l'encontre des organisations caritatives de sauvetage en mer, notamment en les infligeant une amende pouvant aller jusqu'à 50 000 € si elles ne respectent pas l'obligation de demander un port et d'y naviguer immédiatement après avoir effectué un sauvetage au lieu de restant en mer pour secourir les personnes des autres bateaux en difficulté.

Les sauvetages de ces derniers mois ont permis à des navires d'accéder à des ports dans le centre et le nord de l'Italie, les obligeant à effectuer des voyages plus longs et réduisant ainsi leur temps en mer, sauvant ainsi des vies. Les associations caritatives avaient prévenu que cette mesure entraînerait des milliers de morts.

Avatar de Charles Briot