La République démocratique du Congo confrontée à une crise alimentaire malgré ses richesses minières

Publié le

La République démocratique du Congo confrontée à une crise alimentaire malgré ses richesses minières

La République démocratique du Congo connaît une détérioration dramatique des infrastructures et des déplacements de citoyens en raison de la violence armée, des inondations et de la plus grande crise alimentaire au monde. Ces derniers mois, la violence endémique des groupes armés a contraint plus d'un demi-million de personnes à fuir leur foyer, tandis que les Nations Unies affirment que quelque 3 000 familles ont également perdu leur maison après les récentes inondations et coulées de boue intenses dans l'est du pays. Vingt-cinq millions de personnes sont confrontées à la , car les citoyens déplacés ne peuvent pas accéder à leurs terres pour cultiver leur propre nourriture, et la réponse humanitaire n'a jusqu'à présent pas réussi à résoudre la crise. « La crise est inimaginable », déclare le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, qui vient de se rendre en RDC et rapporte que la communauté internationale cherche toujours les ressources du pays tout en ignorant sa situation critique. « Le Congo n'est pas ignoré par ceux qui veulent en extraire les richesses. Elle est ignorée par le reste du monde qui voudrait venir en aide aux enfants et aux familles du Congo.»

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

NERMEEN CHEIKH : Passons maintenant à la détérioration dramatique de la situation en République démocratique du Congo, où la violence généralisée des groupes armés a déplacé plus d'un demi-million de personnes ces derniers mois. Au total, plus de 1,7 million de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer.

AMY GOODMAN : La République démocratique du Congo connaît également la plus grande crise alimentaire au monde, avec 25 millions de personnes confrontées à la famine. La réponse humanitaire n'a jusqu'à présent pas réussi à résoudre la crise.

Pour en savoir plus, nous sommes rejoints par Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, tout juste de retour de la République démocratique du Congo.

Pouvez-vous décrire la crise telle que vous la voyez en RDC et ce que le monde a besoin de savoir, Jan ?

JAN EGELAND : La crise est vraiment inimaginable. C'est la pire catastrophe alimentaire sur Terre. Nulle part ailleurs dans le monde on ne compte plus de 25 millions de personnes victimes de violence, de faim, de maladie ou de négligence. Et nulle part dans le monde il n'y a une réponse internationale aussi modeste pour aider, aider, mettre fin à toutes ces souffrances. Nous sommes régis par des principes humanitaires, et l'un d'eux est que seuls les besoins doivent déterminer où nous allons et quelles sont nos priorités. Et je dirais qu'en tant qu'humanité, nous sommes vraiment en train de laisser tomber le Congo maintenant, parce que ce n'est pas l'Ukraine, ce n'est pas le Moyen-Orient ; c'est la région de l'Afrique centrale où la vie de la plupart des enfants est actuellement en danger.

NERMEEN CHEIKH : Jan Egeland, pourriez-vous expliquer ce qui a conduit cette crise à atteindre ces proportions ? Pourquoi 25 millions de personnes risquent-elles de souffrir de la faim ou sont-elles confrontées à une faim extrême en RDC ?

JAN EGELAND : Parce qu'une si grande partie de ce vaste continent qu'est la République démocratique du Congo est désormais plongée dans la violence. Vous avez mentionné certains chiffres de déplacement dans l'introduction de cette conversation. Cela vient d'une seule province. Cela s'appelle l'Ituri. C'est au nord de l'est de la RDC, où je viens de me rendre. J'étais également au nord du Kivu. Dans ces deux provinces, il existe 150 groupes armés. Ils se battent les uns contre les autres. Ils se battent pour le territoire. Ils se battent contre l'armée régulière. Et la population civile est prise entre deux feux.

Lire aussi  Nous ne pouvons pas laisser l’antisémitisme être utilisé comme arme pour criminaliser la solidarité avec la Palestine

Ainsi, les gens sont entassés dans une misère abjecte dans des centaines de camps plus petits. J'en ai visité plusieurs. Nous sommes en mesure de fournir un abri, de la nourriture, une certaine assistance, mais seulement à une minorité, en fait, parce que le petit appel humanitaire, vous savez, le plan humanitaire d'assistance, comparé à l'ampleur du problème, est financé à un tiers. Les États-Unis financent la moitié du projet. Une trop grande partie du monde ne donne rien. Et maintenant, il est question de peut-être même de réduire davantage cette aide. C'est vraiment terrible.

AMY GOODMAN : Vous savez, Jan Egeland, ce n'est pas comme si le monde ignorait la République démocratique du Congo. En fait, la RDC produit près des trois quarts du cobalt mondial, un composant essentiel des batteries rechargeables alimentant les ordinateurs portables, les smartphones et les véhicules électriques. La raison pour laquelle j'en parle, c'est que nous venons d'interviewer Siddharth Kara, qui a écrit le livre Rouge cobalt. Il a déclaré : « La catastrophe de santé publique, ajoutée à la violence contre les droits de l'homme et à la destruction de l'environnement, ne ressemble à rien de ce que nous avons jamais vu dans le contexte moderne. Il faut prendre en compte le fait qu'elle soit liée à des entreprises valant des milliers de milliards et que nos vies dépendent de cette énorme violence.» En avez-vous vu des preuves et quel est le lien avec la faim dont nous parlons, les enfants de 5 et 10 ans qui travaillent dans ces endroits, toutes les entreprises qui font leurs profits, et pourtant la pire crise alimentaire au monde ?

JAN EGELAND : Eh bien, je n'ai pas vu ces sociétés, leur extraction et leurs vastes comptes bancaires. Ce que j'ai vu, ce sont les familles, les enfants, les femmes, les femmes maltraitées, qui souffrent des conflits alimentés par cette économie souterraine, par ces forces économiques, qui, encore une fois, conduisent à 150 groupes armés qui ne manquent pas d'armes, qui ne manquent pas d'armes. carburant. Les pays voisins sont également, pour plusieurs d'entre eux, impliqués dans tout cela.

Alors, quand je dis — je suis d'accord avec vous : le Congo n'est pas ignoré par ceux qui veulent en extraire les richesses. Cela est ignoré par le reste du monde qui voudrait venir en aide aux enfants et aux familles du Congo, parce que nous avons – nous avons cartographié cela. Nulle part dans le monde il n'y a aussi peu d'aide, aussi peu d'attention médiatique et aussi peu d'initiatives diplomatiques efficaces pour résoudre la crise.

NERMEEN CHEIKH : Alors, Jan, expliquez où exactement vous êtes allé en RDC — vous avez mentionné la province de l'Ituri — et les personnes avec qui vous avez parlé, dont un grand nombre, des femmes à qui vous avez parlé, avaient survécu à des violences sexuelles. Si vous pouviez en parler, que vous ont-ils dit ?

Lire aussi  Après une grève historique, les syndicats concluent un accord de principe avec Kaiser Permanente

JAN EGELAND : Oui, je suis venu via la ville la plus importante de l'est du Congo. Ça s'appelle Goma. C'est à côté de l'un des plus grands volcans actifs de la planète. J'ai vu des camps au nord de Goma, dans le Nord-Kivu, où des milliers de personnes s'entassent sur cette terre volcanique. Cela ressemble vraiment à un paysage lunaire. Il n'y a pas d'eau là-bas. Alors pourquoi les gens s'y rassemblent-ils dans des conditions inhumaines ? Parce qu'il est à l'abri des groupes armés qui les chassent de leurs terres. L'un de ces groupes s'appelle M23. Elle a des racines dans des intérêts étrangers. Et ils se sont déchaînés ces derniers temps. Les femmes ont parlé d'abus sexuels considérables, de viols collectifs massifs lorsqu'elles sortent des camps pour ramasser du bois de chauffage ou pour accomplir toute autre activité nécessaire. J'ai rencontré un maître d'école qui avait eu 40 élèves par classe jusqu'au dernier afflux de monde. Aujourd'hui, il y avait chaque jour 80 écoliers dans une petite classe, sept enseignants pour plusieurs centaines d'élèves. Nous avons aidé à agrandir cette école. Nous avons construit des latrines. Cela a conduit à moins de choléra. Mais nous sommes vraiment complètement débordés.

Ensuite, je me suis rendu en Ituri, qui est aujourd'hui, à bien des égards, le point zéro d'une grande partie du conflit. C'est à côté de l'Ouganda. Ce qui m'a vraiment secoué cette fois-ci, c'est de voir des gens qui étaient revenus à pied de l'Ouganda où ils avaient fui la violence il y a deux, trois, quatre, cinq ans, revenir en Ituri et dire : « Nous mourons de faim maintenant en Ouganda. parce que plus personne ne nous nourrit là-bas en tant que réfugiés. Nous sommes revenus ici. Il vaut mieux mourir sur notre terre ancestrale que mourir de faim dans un pays étranger. Et elles, ces femmes, avaient toutes des histoires d'abus sexuels sur le chemin parce qu'il y avait tellement de ces hommes armés sur la route.

AMY GOODMAN : Jan Egeland, nous venons également de faire la une des journaux sur la crise alimentaire massive en Afghanistan. Et nous vous avons parlé en Afghanistan. Le Programme alimentaire mondial a annoncé qu'il réduirait encore davantage le montant de l'aide humanitaire qu'il fournit dans ce pays, où plus de 15 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire, attribuant le manque de financement aux dernières réductions, qui verront l'agence des Nations Unies fournir une aide alimentaire d'urgence. à seulement 3 millions de personnes. Il y a donc l'Afghanistan, la faim massive et, comme vous le décrivez, la RDC, la pire faim au monde. Et pourtant, notre premier segment concernait l'Occident qui injectait des milliards dans la guerre en Ukraine. Pouvez-vous parler de ce qui doit être fait dans une perspective mondiale dès maintenant ?

JAN EGELAND : Ce dont nous avons besoin, ce sont des réunions au sommet pour faire face à cette crise alimentaire qui explose. Nous ne pouvons pas nous qualifier de civilisation internationale, de civilisation européenne ou de civilisation américaine à moins de faire quelque chose pour éviter cette chronique d'une famine annoncée qui va s'étendre de l'Afghanistan au Congo, en passant par la Somalie, le Yémen, le Sahel et au-delà.

Lire aussi  Amazon a porté atteinte aux droits des travailleurs en forçant ses employés à signer des NDA, selon une plainte

Les États-Unis ont été le donateur le plus généreux au cours des deux dernières années. Les États-Unis réduisent actuellement de 20 % leur aide humanitaire, entre le dernier exercice et celui-ci, et l'année prochaine, ils diminueront encore davantage, dans une situation où les besoins explosent en raison du conflit et de la crise climatique. Les Européens ne se mobilisent pas comme ils le devraient. Et où sont réellement les pays du Golfe ou les grandes économies asiatiques ? Je pense que nous avons – en Inde, vous installez, vous savez, des vaisseaux spatiaux à l'arrière de la lune. Pourriez-vous également contribuer à nourrir les enfants du Congo ? Il doit y avoir des réunions au sommet ici, au cours desquelles les dirigeants des plus grandes économies doivent dire : « Nous ne pouvons pas laisser des enfants mourir massivement de faim et de négligence en 2023. »

NERMEEN CHEIKH : Et Jan Egeland, juste avant de terminer, si vous pouviez parler — vous avez également regardé le nombre d'enfants — en plus, bien sûr, de la crise de la faim, du nombre d'enfants au Congo qui ne peuvent pas recevoir d'aide alimentaire. éducation.

JAN EGELAND : Oui.

NERMEEN CHEIKH : Plus d'un sur trois. Si vous le pouviez – de chaque enfant du Congo. Si tu pouvais en parler ?

JAN EGELAND : Ouais, et c'est très important. Je veux dire, pourquoi faisons-nous de l'éducation dans une situation où les gens ne peuvent pas vraiment se nourrir ? Parce que l'éducation, c'est l'espoir, l'espoir de sortir de la misère. Ainsi, même les parents et les grands-parents affamés disent : « S'il vous plaît, éduquez nos enfants, car cela pourrait signifier que notre communauté sort de cette dépendance. Nous ne pouvons pas vivre éternellement dans la dépendance.

Ainsi, des centaines d'écoles ont été détruites ou fermées à cause de la violence, mais des centaines d'écoles manquent également de l'équipement de base pour fonctionner. Au sein du Conseil norvégien pour les réfugiés, nous sommes désormais en mesure d'offrir, depuis septembre, des cours de rattrapage à des milliers d'enfants. Et ce sont, vous savez, des enfants, des jeunes. J'ai rencontré des jeunes de 14, 15 ans qui ne sont jamais allés à l'école parce qu'ils ont fui toute leur vie.

AMY GOODMAN : Il nous reste 20 secondes.

JAN EGELAND : Et ils peuvent à l'école maintenant, grâce à des financements des États-Unis et de l'Europe. Si nous obtenions plus de financement, nous pourrions en donner à beaucoup plus. Il y a de l'espoir.

AMY GOODMAN : Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, nous parle depuis Oslo, en Norvège, tout juste de retour de la République démocratique du Congo.

C'est tout pour notre émission. La démocratie maintenant ! produit avec Mike Burke, Renée Feltz, Deena Guzder, Messiah Rhodes, María Taracena, Tami Woronoff, Charina Nadura, Sam Alcoff, Tey-Marie Astudillo, John Hamilton, Robby Karran, Hany Massoud, Sonyi Lopez. Notre directrice générale est Julie Crosby. Un merci spécial à Becca Staley. Je m'appelle Amy Goodman, avec Nermeen Shaikh.

Avatar de Charles Briot