Le syndicat des journalistes palestiniens déclare que les médias occidentaux « facilitent le génocide »

Publié le

Le syndicat des journalistes palestiniens déclare que les médias occidentaux « facilitent le génocide »

Un syndicat de journalistes palestiniens a fermement condamné les médias occidentaux pour avoir perpétué des mensonges et de la propagande sur le siège de Gaza par Israël, affirmant qu'ils avaient « facilité le génocide » au milieu du « nettoyage ethnique généralisé » de Gaza par Israël.

Le Syndicat des journalistes palestiniens (PJS), membre de la Fédération internationale des journalistes, a publié cette semaine une déclaration cinglante, affirmant que les médias occidentaux servent souvent de porte-parole de la propagande militaire israélienne plutôt que de sources de vérité dans le contexte de la guerre génocidaire menée par Israël contre Israël. Gaza.

« Même au regard des normes peu élevées fixées par la couverture médiatique des massacres précédents à Gaza, le discours médiatique autour des événements récents représente un nouveau plus bas pour les principes d'intégrité journalistique », a déclaré PJS. « Dépourvus de toute prétention d'objectivité ou de vérité, certains médias occidentaux ont repris les arguments du gouvernement israélien, n'ont pas réussi à contester ou même à tentative pour vérifier la désinformation et la propagande flagrantes, et a adopté un langage déshumanisant et violent à l'égard du peuple palestinien.

Ils soulignent que de nombreux médias occidentaux n'ont pas respecté les « normes journalistiques de base » ; à titre d'exemple, le PJS évoque l'incident au cours duquel le président Joe Biden et les dirigeants israéliens ont mis en doute le décompte des morts à Gaza établi par les responsables palestiniens.

La semaine dernière, Biden a déclaré qu'il n'avait « aucune confiance » dans le décompte des morts et « aucune idée que les Palestiniens la vérité sur le nombre de personnes tuées ». Il a poursuivi en disant que les morts civiles étaient le « prix à payer pour mener une guerre ».

Lire aussi  Les Irakiens torturés par les forces américaines « n’ont toujours pas de voie claire » vers la justice ou la réparation

Ses commentaires ont suscité l'indignation, des groupes de défense des droits de l'homme, y compris l'ONU, que les décomptes de décès du ministère palestinien de la Santé ont toujours été fiables et des journalistes soulignant que les propres responsables du Département d'État de Biden ont déjà cité les décomptes de décès du ministère dans des rapports officiels.

Au moment de la remarque de Biden, la campagne de nettoyage ethnique menée par Israël à Gaza avait tué 6 500 Palestiniens, selon le ministère de la Santé. Aujourd'hui, huit jours plus tard, les forces israéliennes ont tué au total 9 000 Palestiniens.

Les meurtres de journalistes lors du siège israélien sont sans précédent, estiment les experts. Selon le Comité pour la protection des journalistes, 35 journalistes ont été tués jeudi, dont 30 journalistes palestiniens, quatre journalistes israéliens et un journaliste libanais.

« Lorsque, par exemple, les gouvernements israélien et américain ont suggéré – sans la moindre preuve – que le ministère palestinien de la Santé avait gonflé le nombre de Palestiniens enregistrés comme tués à Gaza, de nombreuses agences de presse ont adopté ce de discussion sans réserve », a écrit PJS. « En se livrant à de telles spéculations infondées – motivées par la propagande de la machine de guerre israélienne – les organisations médiatiques facilitent la mort massive de Palestiniens et préparent le terrain pour un génocide. »

En effet, de nombreux grands médias américains précisent souvent que le ministère de la Santé de Gaza, comme d'autres agences gouvernementales à Gaza, est supervisé par le Hamas – malgré le fait que cela n'invalide pas automatiquement le décompte des décès des responsables de la santé et que le ministère de la Santé est partiellement supervisé par l'Autorité palestinienne basée en Cisjordanie.

Lire aussi  Les accords d'Oslo ont été signés il y a 30 ans. Ils ont tué la solution à deux États.

Lorsque le ministère de la Santé a rapporté que les frappes aériennes israéliennes avaient tué ou blessé au moins 400 personnes dans le camp de réfugiés de Jabalia à Gaza, par exemple, Le New York Times a ajouté que le bilan des morts avait été rapporté par le ministère « contrôlé par le Hamas » et a ajouté qu'il n'avait pas été vérifié, semant le doute sur le chiffre corroboré par les responsables des hôpitaux locaux.

De nombreux médias occidentaux ont également omis de qualifier le siège israélien de génocide dans leurs reportages, bien que plusieurs experts affirment qu'il s'agit d'un cas d'école de génocide.

Avatar de Charles Briot