Le soutien occidental au génocide à Gaza porte atteinte aux droits humains partout dans le monde

Publié le

Le soutien occidental au génocide à Gaza porte atteinte aux droits humains partout dans le monde

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Depuis plus de quatre mois, les téléviseurs de nos maisons diffusent séquences après séquences de souffrances, de tortures et d'humiliations vécues par les Palestiniens. Il est difficile de trouver les mots pour décrire ce qui se passe à Gaza alors que la violence israélienne devient plus aiguë, sadique et brutale. Un langage objectif visant à faire appel à notre moralité peut nous éloigner de la souffrance viscérale qui peut motiver l'action. D'un autre côté, le langage subjectif destiné à faire appel à nos sens n'est pas capable de rendre compte de l'ampleur de la destruction de la terre, de la population et de l'humanité dans son ensemble.

La lutte pour communiquer sur les atrocités commises par Israël peut isoler les Palestiniens qui en sont victimes. Nous espérons qu'en utilisant des mots comme « génocide », « nettoyage ethnique », « colonialisme de peuplement », « apartheid », « siège » et « prison à ciel ouvert », nous pourrons persuader les organismes internationaux et l'opinion publique du monde de comprendre le problème. l'urgence de notre situation et prendre des mesures décisives pour changer la situation.

Et bien que nous ayons réussi à convaincre un mouvement populaire de solidarité internationale et de nombreuses institutions puissantes d'adopter ce langage, la violence et les crimes israéliens non seulement se poursuivent, mais augmentent en toute impunité.

Alors, est-ce que quelque chose se passe ? L'accusation de génocide devant les tribunaux internationaux ne signifiera-t-elle absolument rien ? Le meurtre de plus de 30 000 personnes n'embarrasse-t-il pas ou ne trouble-t-il pas les alliés et les facilitateurs d'Israël ?

Lire aussi  Seuls certains États mettent en garde les résidents contre les « produits chimiques éternels » présents dans les poissons d’eau douce

Quel monde terrifiant avons-nous créé dans lequel les auteurs du génocide ne semblent apparemment pas tenus de répondre de leurs actes de violence indescriptible ?

En termes simples, les États-Unis parlent au nom du droit international et des idéaux universels lorsqu'ils travaillent en leur faveur, mais les complètement lorsqu'ils ne le font pas. Nous le voyons clairement lorsque les États-Unis et leurs alliés condamnent l'invasion de l'Ukraine par la Russie, tout en défiant de manière flagrante les lois internationales dans le cas des crimes horribles et bien documentés commis par Israël à Gaza.

La suspension du financement américain de l'UNRWA après que la CIJ s'est prononcée contre Israël et a souligné la nécessité de laisser entrer l'aide humanitaire à Gaza démontre cette attitude méprisante envers le droit international.

Que nous dit une approche aussi hypocrite et instrumentaliste des droits et libertés universels ? Cela nous montre clairement que les États-Unis n'ont aucun intérêt réel à créer un monde qui défende véritablement ces valeurs.

Au lieu de cela, il évoque une bataille entre les forces de l'Occident, qui prétend être le véritable porteur des valeurs humanistes, et l'Est, qu'ils qualifient de terroriste, antisémite et barbare.

Sous nos yeux se déroule un monde façonné par cette politique identitaire antagoniste de l'Ouest contre l'Est et par un mépris total pour ce qui est universel. En réponse au de l'Occident aux actions israéliennes, que de nombreux responsables des Nations Unies ont qualifiées de génocide, nous pourrions assister à une montée du cynisme à travers le monde à l'égard de la notion de valeurs universelles. Les États puissants pourraient utiliser ce cynisme croissant comme arme pour leurs propres programmes tout aussi inquiétants. Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping ont souvent utilisé l'argument selon lequel ils combattent les deux poids, deux mesures des États-Unis et un ordre impérial unipolaire pour justifier la suppression des mouvements démocratiques et la poursuite de leurs propres politiques impériales en Asie et en Afrique. Mais en fin de compte, nous devons combattre l'autoritarisme croissant partout dans le monde avec un langage qui nous rappelle qu'il ne s'agit pas d'une lutte entre l'Est et l'Ouest, mais entre les opprimés et les oppresseurs.

Lire aussi  L'Agence des Nations Unies signale plus de 360 ​​000 cas de maladies infectieuses dans les abris de Gaza

Il est urgent pour nous de résister à l'hypocrisie des gouvernements occidentaux qui décident quand le droit international s'applique ou non.

Les États-Unis et les autres États qui ont permis le génocide israélien doivent réfléchir à la manière dont ils, tout en parlant au nom du droit international et des droits de l'homme universels, ont vidé les institutions mêmes prétendument créées pour défendre de telles valeurs.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire