Le monde est confronté à un grand bouleversement. Si nous ignorons la sagesse autochtone, nous sommes perdus.

Publié le

Le monde est confronté à un grand bouleversement.  Si nous ignorons la sagesse autochtone, nous sommes perdus.

Nous vivons l'année la plus chaude jamais enregistrée sur Terre. Compte tenu de la gravité et de l'accélération de la dégradation climatique, nous traversons une période de crise sans précédent. Alors que l'on sait depuis longtemps que la glace de la mer Arctique fond rapidement, des données récentes montrent que la glace de la mer Antarctique, qui, selon les scientifiques, serait protégée des impacts climatiques pendant des décennies, est à un niveau jamais atteint.

La Nouvelle-Orléans, située sur les rives du fleuve Mississippi, autrefois puissant, est confrontée à une crise de l'eau potable causée par des débits inhabituellement bas dus à la sécheresse, permettant l'intrusion d'eau salée en provenance du golfe du Mexique. Les extinctions, les incendies de forêt, les sécheresses, les inondations, l'instabilité des cultures et le nombre toujours croissant de réfugiés climatiques sont devenus la norme.

Pendant ce , le fascisme est en hausse partout dans le monde, et l'écart de richesse les nantis et les démunis, déjà à des niveaux records, augmente chaque jour. Toute cette dégradation environnementale et sociale se produit sur fond de gouvernements incompétents et dysfonctionnels, largement incapables de faire face à cette polycrise.

Il y a quelques années, j'appelais périodiquement mon ami Stan Rushworth pour déplorer les dernières nouvelles concernant les crises. Il écoutait patiemment, faisait une pause, puis disait : « Bienvenue en pays indien », faisant référence au fait que les peuples autochtones vivent au milieu de leur propre polycrise depuis, dans certains endroits, des millénaires.

J'ai rapidement appris à tenir ma langue, car son commentaire a rapidement et radicalement modifié mon point de vue.

Depuis, j'ai entendu beaucoup d'autres proposer une analyse similaire. Aslak Holmberg, un autochtone sami qui vit sur la rivière Deatnu, à la frontière de la Norvège et de la Finlande, a partagé avec moi son point de vue sur la façon dont les choses en sont arrivées à ce point de crise :

Je pense que c'est le résultat évident d'une idéologie qui est déjà dès le départ… vouée à l'échec. Parce que si vous construisez quelque chose sur la non-durabilité, cela finira par s'effondrer à un moment donné, et nous en sommes à ce point où les écosystèmes s'effondrent et où le climat mondial dans son ensemble à s'effondrer.

Sur l'Île de la Tortue, où existe actuellement un pays appelé « États-Unis », les peuples autochtones vivent dans une polycrise depuis le premier contact avec les colons et les colons. Ils ont trouvé le moyen de vivre au milieu de l'effondrement et de survivre au génocide, à l'effacement et aux assauts continus du gouvernement qui les a chassés de leurs terres. Aujourd'hui, non seulement leurs traditions, leurs cérémonies et leur culture perdurent, mais elles sont florissantes dans de nombreux endroits.

Lire aussi  Plus de 5 000 morts et des milliers de disparus suite aux inondations extrêmes en Libye

Ce sont ces gens-là qui sont les experts pour naviguer dans des moments comme celui-ci, et il nous incombe d'écouter. J'ai eu l'honneur d'animer un nouveau podcast intitulé « Holding the Fire : Indigenous Voices on the Great Unraveling », qui présente les perspectives des communautés autochtones du monde entier, alors que nous tous, humains et plus que les humains, prenons en compte les conséquences d'une société industrielle mondiale fondée sur la croissance, l'extraction et le colonialisme.

Un chemin long et sinueux m'a amené à héberger ce podcast.

Comme beaucoup de gens, j'ai été à plusieurs reprises horrifié, indigné et navré par ce qui se passe dans le monde.

J'ai été amené à témoigner et à documenter certains des impacts les plus sombres de l'empire et du capitalisme modernes. Cela a commencé par une décision risquée de se rendre en Irak au cours des premiers mois de l'occupation américaine, qui s'est transformée en une décennie de reportages sur la guerre. J'ai ensuite passé des années à voyager à travers le monde pour rendre compte de l'aggravation de la crise climatique, ce qui m'a amené à écrire La fin des glaces : témoigner et trouver un sens au dérèglement climatique.

Toutes ces expériences m'ont plongé dans un profond chagrin ; la rage, la frustration, la dépression, la tristesse et le désespoir sont devenus des compagnons constants. Mon amie Joanna Macy, auteure, éco-philosophe et professeur de Le travail qui reconnecte, appelle l'effondrement de ce mode de vie non durable et toutes les souffrances qui l'accompagnent, « le Grand Dénouement ». Elle souligne également comment ce dénouement précède « le Grand Tournant », qui sera une réponse vitale et créative et une refonte globale de nos valeurs et de nos perceptions à l'égard de la Terre.

Au cours de ce voyage, j'ai réalisé que ceux qui sont au pouvoir ne peuvent ou ne veulent pas modifier notre cap actuel, où la destruction de la nature, la recherche des ressources et du profit et le mépris de la vie nous conduisent à la ruine. Nous devons chercher ailleurs des conseils et un leadership.

Au milieu de tout cela, Stan a suggéré que nous parlions avec les peuples autochtones. Étant donné que les populations autochtones du monde entier connaissent l'effondrement, le génocide, le racisme d'effacement et d'autres traumatismes depuis des millénaires, sa suggestion était parfaitement logique. Ensemble, nous avons interviewé 20 autochtones de l'Île de la Tortue (Amérique du Nord), qui ont été rassemblés dans un livre intitulé Nous sommes au milieu de l'éternité.

En travaillant sur ce livre, je me suis installé dans un nouveau sentiment de calme et j'ai développé un sens plus profond du but à mesure que je commençais à comprendre et à adopter les valeurs autochtones. J'ai écouté des gens qui avaient vécu l'effondrement complet de leur monde, mais qui continuaient également à faire un excellent travail. Ils n'avaient pas de faux espoirs. Ils savaient mieux que quiconque ce qui était fait à la planète et aux personnes en marge de la société. Pourtant, ils étaient là, ouvrant la voie à travers notre polycrise actuelle simplement en vivant selon les valeurs autochtones, comme ils l'ont toujours fait.

Lire aussi  Plus de 1 000 sociétés pétrolières et gazières du monde entier prévoient d’étendre leurs infrastructures

Galina Angarova, de la région du lac Baïkal en Sibérie, en parle directement. Elle m'a dit:

Comprendre la condition humaine, comprendre la souffrance, connaître notre place sur cette belle et fragile planète, avoir le cœur brisé, souffrir, pleurer, guérir et toujours, toujours espérer que nous pouvons surmonter et prospérer. C'est tout cela. C'est pourquoi nous sommes ici. Comment puis-je être la meilleure version de moi-même compte tenu de l'histoire avec laquelle je suis né et que puis-je en faire ? C'est vivre de la meilleure façon possible, permettre à la vie de m'arriver, guidé par mon cœur, prendre soin des autres en laissant derrière moi quelque chose d'important, après mon départ depuis longtemps, et c'est ainsi que j'ai essayé de vivre ces valeurs qui sont venues de mon grand sœurs, ma grand-mère. Et c'est ce que la terre nous a appris depuis toujours.

Je n'avais aucune idée à quel point j'étais devenu désespéré face à cette perspective totalement différente, non seulement sur ce qui se passe dans le monde mais sur la vie elle-même. Je sais que je ne suis pas seul. J'ai entendu d'innombrables personnes à travers le monde exprimer leur propre colère, leur anxiété et leur chagrin face au chemin ruineux sur lequel nous nous trouvons.

Parce que la polycrise mondiale est vécue différemment partout dans le monde, j'ai récemment entrepris, avec l'aide de nombreux alliés, de mieux comprendre comment les peuples autochtones de la planète perçoivent ce moment commun de crise et d'opportunités.

Le podcast « Holding the Fire », lancé aujourd'hui – Journée des peuples autochtones – est le résultat de ces conversations et donne voix à la perspicacité et à la sagesse des leaders d'opinion autochtones des six continents habités en permanence, acquises à partir d'expériences vécues et de mémoire culturelle.

Ce fut pour moi un honneur et un privilège de parler avec, et surtout, de Ecouter ces personnes remarquables. La manière fondamentale dont je perçois, ressens et expérimente le Grand Dénouement a été modifiée, peut-être mieux exprimée par Lyla June Johnston, une femme Diné/Tsétséhéstáhese du Nouveau-Mexique :

La polycrise et la convergence des crises dans l'effondrement que nous connaissons et vivons – cette crise s'est produite il y a longtemps. En fait, cela se manifeste maintenant. Mais cette crise dure depuis 1492. Récoltons-nous, par exemple, ce que nous avons semé ? Peut-être que l'effondrement porte ses fruits maintenant, mais ne l'avons-nous pas planté il y a longtemps ? Et pourquoi sommes-nous si choqués que cela se produise ?

Nous le disons depuis des siècles. C'est presque comme si le Créateur nous donnait neuf vies ; c'est comme si nous agissions comme des imbéciles. Et il a été patient et a dit : « OK, eh bien, laissez-moi vous donner une autre chance. » Et nous l'avons fait encore et encore et encore – nous avons continué à nous brutaliser les uns les autres, nous avons continué à brutaliser la Terre, et la Terre ne peut pas en supporter autant. Le fait qu'elle ait duré aussi longtemps est incroyable, avec la quantité de brutalité et la quantité d'abus. Mais elle est très résiliente, elle peut en fait absorber beaucoup d'abus, elle peut gérer beaucoup de folie, mais seulement jusqu'à un certain point. Et à un moment donné, on ne peut plus continuer comme ça.

Et donc, en ce sens, pour moi, l'effondrement est presque attendu, comme la crise a commencé il y a longtemps. Et si c'est ce qu'il faut pour s'asseoir et dire : « Non, vous ne pouvez plus faire ça. Période, trouvez un autre moyen. Et si tu ne le fais pas, je vais t'y forcer !' Si c'est ce qu'il faut, qu'il en soit ainsi, car nous nous sommes bien amusés en étant extrêmement irrespectueux envers elle et les uns envers les autres, et sans aucune conséquence. Et donc, en ce sens, il ne s'agit pas du tout d'un recadrage si radical. C'est presque comme une évidence. À quoi nous attendions-nous, en l'extrayant, en la traitant comme une esclave, en traitant le sol comme s'il était là pour notre bénéfice ?

Animer ce podcast a été un voyage du cœur et de l'esprit, un voyage qui m'a permis d'approfondir à la fois la compréhension, le ressenti et la conscience de ce que ces temps exigent de chacun de nous. J'espère qu'en écoutant avec votre cœur, vous vivrez une expérience similaire.

Lire aussi  Les Équatoriens votent pour rejeter le forage pétrolier dans la précieuse région amazonienne

À mesure que le Grand Dénouement s'approfondit, nous avons besoin que le plus grand nombre possible de personnes se réveillent du rêve faux et destructeur d'une croissance infinie et du progrès techno-utopique et adoptent une manière différente et plus profonde de connaître et d'être. Les voix présentes dans « Holding the Fire » ramènent l'humanité à notre cœur collectif. J'espère qu'après avoir écouté ces sages, vous serez poussé à vous joindre à la création de l'avenir différent dont nous avons besoin.

Avatar de Charles Briot