La politique d’immigration américaine est conçue pour diviser la classe ouvrière

Publié le

La politique d'immigration américaine est conçue pour diviser la classe ouvrière

Récemment, les membres de notre centre de travailleurs basé à New York, qui comprennent des employés de restaurants mexicains autochtones sans papiers et des grands-mères portoricaines qui résident dans des logements sociaux, se sont interrogés sur toute l'attention et l'aide accordées aux nouveaux migrants. « Et nous qui sommes venus ici ? » ils demandent.

Chaque jour, ils voient dans les médias des images d'une vague « montante » de migrants arrivant à New York. Les Démocrates comme les Républicains réagissent à cet afflux par des déclarations racistes et incendiaires opposant les citoyens aux immigrés. Le maire de New York, Eric Adams, a déclaré que la vague actuelle « détruira la ville de New York. … Tous les services de cette ville vont être touchés. Sur les 112 800 personnes vivant dans les centres d'accueil de la ville, 59 900 sont des migrants. Invoquant la pression exercée sur les finances de la ville, le maire Adams a exhorté le président Joe Biden à donner à New York 500 millions de dollars pour couvrir les coûts.

Les Guardian Angels, un groupe civil autoproclamé de « lutte contre la criminalité », ont participé à un rassemblement anti-migrants à Staten Island le 14 septembre. Le groupe a protesté contre l'utilisation par la ville d'une ancienne école de Staten Island pour loger de nouveaux migrants. Quelques signes faisaient écho à l'avertissement inquiétant du maire Adams aux New-Yorkais. Le fondateur des Guardian Angels, Curtis Sliwa, a déclaré à la foule : « C'est notre combat pour nos quartiers, pour nos enfants, pour nos grands-parents. Pour vos capitaux propres.

La représentante Nicole Malliotakis (R-Staten Island) a fait écho aux manifestants en faisant exploser Adams. « Les New-Yorkais ont du mal à s'en sortir. Le coût de la vie a grimpé en flèche, l'inflation les écrase et rend difficile le paiement de leurs factures », a-t-elle déclaré. « Au lieu d'aider nos citoyens, le maire demande 500 millions de dollars pour les immigrants illégaux au lieu d'appeler notre président à sécuriser la frontière et à mettre fin à cette folie. »

Lire aussi  Le président colombien affirme que les sanctions contre Cuba et le Venezuela stimulent la migration

Pendant ce temps, afin d'apaiser les critiques, y compris celles de son propre parti, le président Biden a annoncé qu'il poursuivrait la construction du mur frontalier commencé par l'ancien président Donald Trump. De manière apparemment contre-intuitive, le gouvernement fédéral a également étendu le de protection temporaire à près d'un demi-million de migrants vénézuéliens entrés aux États-Unis au 31 juillet, leur permettant d'obtenir un permis de travail et de différer leur expulsion.

La politique étrangère américaine a volé les richesses et bouleversé l'indépendance d'autres pays (et) le capital financier américain continue de s'enrichir tandis que les travailleurs pauvres, tant à l'étranger qu'au pays, souffrent.

La politique nationale consistant à donner des papiers à quelques immigrants tout en criminalisant un plus grand nombre n'a rien de nouveau. Il a semé la division et dressé les membres de la classe ouvrière les uns contre les autres. Lié à une politique étrangère impérialiste américaine qui a volé les richesses et subverti l'indépendance d'autres pays, le capital financier américain continue de s'enrichir tandis que les travailleurs pauvres, tant à l'étranger qu'au pays, souffrent.

En 2022, 42 % des demandes d'asile américaines provenaient uniquement de Cuba et du Venezuela, des pays visés par des sanctions américaines. Sous l'administration Obama, le gouvernement américain a commencé à imposer des sanctions contre le Venezuela afin de détruire le régime socialiste de l'époque et de bénéficier de ses riches réserves de pétrole. Le Venezuela n'est qu'un des nombreux pays détruits par la politique américaine, poussant les gens à fuir vers les États-Unis.

Les démocrates et les « progressistes » de ce pays accueillent à bras ouverts ceux qui fuient, promouvant leur surexploitation et les dressant contre les citoyens, exacerbant l'exploitation, le chômage et le sous-emploi de nombreux travailleurs citoyens. Les chefs d'entreprise, qui déplorent la « pénurie » de main-d'œuvre, sont ravis.

Mais les travailleurs ne manquent pas. Le problème est qu'il y a une pénurie de bons emplois. Pour soutenir nos guerres à l'étranger, ce pays doit exploiter ses propres travailleurs. C'est pourquoi des milliers d'immigrants qui travaillent dans le secteur des services gagnent aussi peu que 3,33 $ l'heure. Les travailleurs des soins à domicile, qu'ils soient sans papiers ou citoyens, se voient privés de 11 heures de salaire pour chaque quart de travail de 24 heures. Aux États-Unis, on estime que 50 milliards de dollars sont volés chaque année aux travailleurs. Qui vole les travailleurs ? Employeurs, compagnies d'assurance, promoteurs. Qui permet ce vol ? Républicains et démocrates.

Lire aussi  Les sénateurs s'apprêtent à proposer une législation pour aider les rêveurs à accéder à la citoyenneté

Même si la production a augmenté, les conditions des travailleurs se sont détériorées au cours des 50 dernières années, en particulier après la promulgation par le gouvernement fédéral en 1986 de la disposition relative aux « sanctions contre l'employeur » de la Loi sur la réforme et le contrôle de l'immigration. Cette disposition criminalisait les travailleurs sans papiers et leur refusait l'égalité des droits d'organisation. Cela a encouragé les employeurs cupides à embaucher des travailleurs sans papiers et à leur payer des salaires inférieurs au minimum. Cela a également permis aux employeurs de réduire les salaires et les conditions de travail des travailleurs citoyens, sous la menace de remplacement par des travailleurs immigrés s'ils se plaignent. Les sanctions imposées aux employeurs ont créé une classe marginale et divisé la classe ouvrière.

Une classe ouvrière divisée signifie que tous les travailleurs sont perdants : les migrants vénézuéliens, les anciens combattants sans abri, les ouvriers blancs du bâtiment, les jeunes chômeurs noirs et bruns et même les familles de Staten Island. Il est évident que la véritable guerre ne devrait pas avoir lieu entre travailleurs. La véritable guerre menée dans ce pays est contre la classe ouvrière. Nos vies, nos communautés et notre planète sont ravagées. Le capital financier récolte toute la richesse en nous exploitant ici chez nous et en volant les ressources et la richesse des autres pays.

La véritable guerre menée dans ce pays est contre la classe ouvrière. Nos vies, nos communautés et notre planète sont ravagées. Le capital financier récolte toute la richesse en nous exploitant ici chez nous et en volant les ressources et la richesse des autres pays.

Nous devrions nous rassembler pour nous organiser où que nous soyons et lutter pour des revendications qui répondent aux immédiats auxquels nous sommes confrontés, notamment les déplacements, le vol de salaires, le manque de soins de santé et les journées de travail de 24 heures ; ainsi que de continuer à s'engager dans des grèves ou d'autres actions pour réclamer des améliorations des conditions de travail.

Lire aussi  Les trois derniers mois ont été les plus chauds jamais enregistrés, selon l'Agence européenne pour le climat

Nous devrions également nous unir à travers le pays pour exiger que notre gouvernement fédéral mette fin à ses attaques impérialistes contre d'autres pays ; mettre fin à ses politiques d'immigration racistes et anti-travailleurs dans ce pays et garantir l'égalité du droit de tous les travailleurs à s'organiser, quel que soit leur statut d'immigration ; et abroger la disposition relative aux sanctions contre les employeurs de la loi de 1986 sur la réforme et le contrôle de l'immigration.

Lorsque les membres de notre centre des travailleurs demandent : « et nous ? nous discutons de la manière dont la meilleure façon de répondre à leurs besoins et à leurs préoccupations est de s'organiser avec les nouveaux migrants car, en tant que travailleurs, nous avons des intérêts communs. Même si le gouvernement tente de nous faire croire que les nouveaux migrants sont les coupables, il élabore des politiques et des lois pour aider les intérêts commerciaux à nous exploiter tous à leur profit. Ils le font en criminalisant les sans-papiers pour permettre leur surexploitation tout en nous dressant les uns contre les autres pour faire baisser les salaires et les conditions de travail de tous les travailleurs. En réalité, c'est ce système qui nous exploite ici et qui exploite nos pays d'origine.

Ce n'est qu'avec une classe ouvrière forte et unie que nous pourrons améliorer les conditions de travail et de vie de tous.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire