Un génocide est en cours à Gaza. Les dirigeants américains ne peuvent plus dire « nous ne savions pas ».

Publié le

Un génocide est en cours à Gaza.  Les dirigeants américains ne peuvent plus dire « nous ne savions pas ».

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Les deux dernières semaines ont été très douloureuses pour moi et ma famille palestinienne américaine, mais surtout pour nos proches en Palestine. J'ai peu dormi et quand j'ai réussi à fermer les yeux, je n'ai pas pu arrêter mes cauchemars. L'horreur qui se déroule à Gaza est devenue comme un nœud coulant autour de mon cou qui m'empêche de respirer. Je ne pouvais m'empêcher de penser à tous les enfants qui ont perdu leurs parents, leur maison et qui ne comprennent pas pourquoi personne au monde ne se soucie d'eux et pourquoi personne ne vient à leur secours. Près de la moitié de la population de Gaza est née sous un siège étouffant qui a duré 17 ans et n'a connu que la misère et des difficultés extrêmes.

Le bilan des bombardements aériens israéliens a dépassé les 7 000 morts, dont 3 000 enfants, selon les autorités sanitaires palestiniennes. Cinquante et un pour cent de toutes les maisons de Gaza ont désormais été détruites et plus de 1,4 million de Palestiniens ont été déplacés de leurs foyers dans le nord de Gaza, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires. Les conséquences désastreuses et inhumaines de l'arrêt des livraisons de nourriture, d'eau, de carburant, d'électricité et de médicaments par Israël auront des conséquences néfastes et entraîneront la mort d'un nombre encore plus grand d'enfants et de civils palestiniens dans les prochains jours.

« Les hôpitaux ont perdu leur capacité à soigner (les patients) et les équipes médicales traitent les patients avec des capacités très limitées », a déclaré le porte-parole du ministère palestinien de la Santé, Ashraf Al-Qudra, dans une interview.

Sous l'œil vigilant des dirigeants du monde qui continuent de répéter le même mantra selon lequel « Israël a le droit de se défendre » mais sont indifférents aux Palestiniens et à leur droit de résister à leur occupation et à leur blocus, le général de division Giora Eiland, ancien chef de Le Conseil de sécurité nationale israélien a déclaré dans les médias israéliens : « Créer une grave crise humanitaire à Gaza est un moyen nécessaire pour atteindre l'objectif. Gaza deviendra un endroit où aucun être humain ne pourra exister.

« Les animaux humains doivent être traités comme tels. Il n'y aura ni électricité ni eau (à Gaza), il n'y aura que de la destruction », a déclaré le général de division Ghassan Alian, chef du coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires. « Tu voulais l'enfer, tu auras l'enfer. »

La déclaration du secrétaire d'État américain Antony Blinken lors de la session d'hier du Conseil de sécurité de l'ONU, selon laquelle l'ONU « doit affirmer le droit de toute nation à se défendre et à empêcher que de tels dommages ne se reproduisent », ne fait qu'alimenter le feu. Tous les responsables gouvernementaux aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans l'Union européenne qui n'appellent pas à un cessez-le-feu et à la fin du carnage devraient être tenus responsables de leur part dans ce génocide. L'envoi de milliards de dollars en missiles et en armes à l'armée israélienne afin de tuer sans pitié et de nettoyer ethniquement davantage de Palestiniens amplifie la complicité des États-Unis dans ces atrocités. La perte tragique de vies israéliennes le 7 octobre ne devrait pas servir de prétexte pour lancer cette campagne génocidaire contre les Palestiniens à Gaza.

Lire aussi  La nouvelle résolution des progressistes de la Chambre appelle à un cessez-le-feu immédiat en Palestine

Israël met activement en œuvre une stratégie que j'ai appelée la solution « hors de l'État ». Cette stratégie vise à transférer les Palestiniens – ou à continuer de les terroriser et de les opprimer jusqu'à ce qu'ils abandonnent et partent – ​​vers les pays arabes voisins, les dépossédant de leur patrie. C'est ce à quoi nous sommes témoins sous nos yeux à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Selon le ministère palestinien de la Santé à Ramallah, les Forces de défense israéliennes et les colons armés ont tué au moins 100 Palestiniens en Cisjordanie et déplacé au moins 13 communautés palestiniennes au cours des deux dernières semaines.

La solution à deux États promise aux Palestiniens lors des accords d'Oslo n'est plus possible ; les chances d'une solution à un État unique avec des droits de citoyenneté égaux pour tous sont encore plus minces, puisque les sionistes insistent pour que Israël reste un État juif avec des droits démocratiques réservés aux Juifs.

Ce qui reste – et ce à quoi beaucoup sont favorables au sein du nouveau gouvernement extrémiste israélien – est de chasser autant de Palestiniens que possible d'Israël/Palestine.

Le gouvernement Netanyahu a clairement exprimé son intention de commettre un génocide contre les Palestiniens et compte sur l'insensibilité des peuples du monde entier face à l'augmentation du nombre de morts.

Cinquante et un pour cent de toutes les maisons de Gaza ont désormais été détruites.

Lors de la récente visite du président français Emmanuel Macron en Israël, Netanyahu a déclaré que la lutte « était une bataille entre « l'axe du mal » et le « monde libre ».… Cette bataille n'est pas seulement la nôtre… c'est la bataille de tous. La visite de Macron en Israël complète la série de pèlerinages en Israël d'éminents dirigeants occidentaux renouvelant leurs serments d'allégeance à l'État israélien et lui donnant le feu vert pour son offensive terrestre.

Mais, comme nous l'avons vu à maintes reprises, les Palestiniens sont résilients et déterminés à maintenir leur lutte en vie, quelles que soient les tentatives israéliennes visant à les effacer.

Il existe un mouvement populaire mondial nouvellement revigoré pour la justice dans le monde arabe et musulman, comme nous l'avons vu lors des manifestations massives à Amman, au Caire, à Beyrouth et ailleurs. La Palestine est également dans l'esprit des masses en Europe. De Paris – au mépris de l'interdiction de manifester en faveur des Palestiniens – à Dublin, Londres, Édimbourg et Genève, les voix des partisans palestiniens scandant « Palestine libre et libre » résonnent dans les villes du monde occidental. Et à Washington, DC, nous avons entendu les voix des Juifs américains se mobilisant en solidarité avec les Palestiniens et déclarant haut et fort « Pas en notre nom » alors qu'ils marchaient vers le Capitole et appelant leurs à exiger un cessez-le-feu . Le 19 octobre, ils ont fermé le Congrès pour attirer l'attention sur la complicité américaine dans l'oppression continue des Palestiniens par Israël.

Lire aussi  Ceci pourrait être mon dernier rapport sur Gaza. Gardez mes histoires vivantes.

Pendant ce temps, les Palestiniens, dans des espaces allant des institutions culturelles aux campus universitaires en passant par les médias, sont réduits au silence, harcelés et discriminés.

Ma dernière expérience personnelle à ce sujet s'est produite en Allemagne, où j'ai passé la semaine dernière à assister à la Frankfurter Buchmesse, ou Foire du livre de Francfort (FBF). À mon arrivée à Francfort, j'ai été accueilli par une exposition massive de drapeaux israéliens – à l'aéroport, sur les distributeurs automatiques de billets de train, sur les bâtiments gouvernementaux. Pourquoi, me suis-je demandé ? Est-ce parce que l'Allemagne continue à expier ses crimes passés ? Le lendemain matin, je me suis réveillé avec une déclaration choquante du directeur de la FBF, Juergen Boos, qui disait : « Nous voulons rendre les voix juives et israéliennes particulièrement visibles au salon du livre… La Frankfurter Buchmesse se tient en toute solidarité aux côtés d'Israël. »

Comme si cela n'était pas déjà assez grave de la part d'une institution renommée qui célébrait son 75e anniversaire – et qui se targue de promouvoir les échanges culturels et la liberté d'expression – la FBF a suivi sa déclaration unilatérale en annonçant sa décision d'annuler la cérémonie de remise des prix. du LiBeraturpreis 2023 « à cause de la guerre en Israël ». L'écrivaine palestinienne Adania Shibli a remporté cette année le prix de littérature allemande. Contrairement à ce que Le New York Times initialement rapporté, Shibli, dont les deux premiers romans Touche et Nous sommes également loin de l'amour ont été publiés par Interlink Publishing (la maison d'édition indépendante basée au Massachusetts que j'ai fondée), n'a pas accepté l'annulation.

À la lumière de ces annonces et de la tentative de la FBF de faire taire les voix palestiniennes, de nombreux exposants – le stand collectif de l'Indonésie, le stand collectif de la Malaisie, l'Association des éditeurs arabes, l'Autorité du livre de Sharjah, et d'autres – ont décidé de retirer leur participation en signe de protestation, laissant derrière de nombreux stands vides. Dans un communiqué, la Sharjah Book Authority, organisatrice de la troisième plus grande foire du livre au monde, a déclaré : « Compte tenu de l'annonce récente des organisateurs de la Foire du livre de Francfort, nous avons décidé de retirer notre participation cette année. Nous défendons le rôle de la culture et du livre pour encourager le dialogue et la compréhension entre les gens. Nous pensons que ce rôle est plus important que jamais.

Tous les responsables gouvernementaux aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans l'Union européenne qui n'appellent pas à un cessez-le-feu et à la fin du carnage devraient être tenus responsables de leur part dans ce génocide.

Moi aussi, j'ai été contraint de me retirer de mon exposé programmé par la Foire du livre de Francfort, où on m'avait initialement demandé de participer à une discussion sur le rôle de la littérature en traduction dans la promotion de la compréhension et de la connaissance interculturelles. Comment pourrais-je participer à un tel débat alors que la FBF venait de faire taire une auteure dont nous traduisions les romans en anglais simplement parce qu'elle est palestinienne ?

Lire aussi  La Floride pourrait être le prochain État à assouplir les protections contre le travail des enfants

Le Centre Simon Wiesenthal, qui prétend surveiller chaque année la Foire du livre de Francfort à la recherche de livres qui fomentent « l'antisémitisme et la haine », n'a apparemment pas apprécié les livres sur la Palestine exposés sur notre stand et a suggéré que notre maison d'édition, Interlink Publishing, « soit refusée ». accès, dans l'esprit du règlement du Salon. Le centre a qualifié plusieurs de nos titres de « dans la lignée des Juifs dits « qui se détestent d'eux-mêmes ». » Alors que le « Prix de la haine » a été attribué à un éditeur turc, Timas Publishing Group, le « Prix finaliste » est partagé par notre maison d'édition Interlink Publishing et l'éditeur français La Fabrique « pour leurs efforts combinés visant à diaboliser Israël et à se livrer à l'antisémitisme ».

La réduction au silence des voix palestiniennes et de leurs partisans ne se limite pas à l'Allemagne. Cela se produit ici aux États-Unis, dans les grands médias et sur les campus universitaires. L'institution culturelle de la ville de New York, connue sous le nom de 92nd Street Y, a annulé un événement avec l'auteur Viet Thanh Nguyen après que celui-ci ait signé une lettre ouverte critiquant Israël. En conséquence, plusieurs auteurs – dont Saidiya Hartman, Christina Sharpe et Andrea Long Chu – ont annulé leurs propres conférences à venir au 92nd Street Y. De même, le Hilton Houston Post Oak Hotel a annulé son contrat pour accueillir la prochaine conférence de la campagne américaine. pour les droits des Palestiniens, prévue du 27 au 29 octobre. Vous pouvez lire le communiqué de presse complet ici. Et selon un rapport publié dans Nouvelles arabesle réseau d'information américain MSNBC Les présentateurs musulmans Mehdi Hasan, Ayman Mohyeldin et Ali Velshi ont été suspendus au milieu de la guerre israélienne à Gaza. Le 26 octobre, 57 étudiants de l'UMass Amherst ont été arrêtés pour dissidence démocratique.

L'incapacité du monde à contester l'oppression, l'occupation, l'apartheid et les tactiques génocidaires d'Israël contre les Palestiniens fournit le contexte de ce qui se passe actuellement. Craignant une répétition des déplacements massifs d'il y a 75 ans, de nombreux Palestiniens de Gaza choisissent de rester où ils sont et risquent la mort. Le message d'Israël à la population de Gaza de partir ou de mourir est ignoré parce que les Palestiniens savent que s'ils partent, ils ne pourront pas revenir.

Il est urgent d'instaurer un cessez-le-feu pour mettre un terme aux massacres délibérés de Palestiniens, qui constituent une violation flagrante du droit international. Le génocide est en cours. On ne peut plus dire qu'on ne le savait pas.

Avatar de Charles Briot