La moitié des jeunes déclarent qu’Israël commet un génocide malgré la forte partialité des médias

Publié le

La moitié des jeunes déclarent qu’Israël commet un génocide malgré la forte partialité des médias

Malgré les préjugés largement répandus dans les médias occidentaux contre la Palestine, près de la moitié des jeunes Américains déclarent que l'assaut israélien contre Gaza qui dure depuis des mois équivaut à un génocide, révèle un nouveau sondage avant la décision initiale de la Cour internationale de sur l'affaire sud-africaine accusant Israël de génocide, attendue vendredi. .

Selon un sondage réalisé cette semaine par L'économiste/YouGov, 49 pour cent des personnes âgées de 18 à 29 ans disent qu'elles pensent qu'Israël commet un génocide contre les Palestiniens, 24 pour cent se disant en désaccord et 27 pour cent disant qu'ils n'en sont pas sûrs.

Ceci est à la proportion de personnes s'identifiant comme démocrates qui ont déclaré que l'attaque d'Israël est un génocide, soit 49 pour cent, alors que seulement 21 pour cent ne sont pas d'accord. Le groupe avec la plus forte proportion de personnes affirmant le génocide était celui des personnes s'identifiant comme libérales, avec 60 pour cent d'accord.

Les résultats du sondage sont puissants si l'on considère que les principaux médias américains maintiennent un parti pris écrasant en faveur d'Israël et de son massacre actuel, comme le soulignent depuis longtemps les défenseurs des droits des Palestiniens.

Les principaux médias occidentaux évitent presque uniformément le mot « génocide » dans leur médiatique sur Gaza, bien que plusieurs experts en politique étrangère affirment que l'invasion brutale d'Israël est un cas « classique » de génocide. Et les données ont montré que les principaux médias réservent presque tous leurs propos les plus sympathiques aux morts israéliennes plutôt qu'à celles des Palestiniens, même si le nombre de morts palestiniens a augmenté de plusieurs ordres de grandeur.

Lire aussi  Il y a un grand pouvoir dans le chagrin. Allons-nous l’utiliser pour alimenter la solidarité avec la Palestine ?

Cet effet est évident dans le fait que seulement 35 pour cent des Américains interrogés déclarent qu'ils pensent qu'Israël commet un génocide, contre 36 pour cent qui disent que l'attaque ne constitue pas un génocide. Même si cette proportion reste plus élevée que ce à quoi on pourrait s'attendre compte tenu de l'accord quasi total sur le massacre entre les institutions américaines telles que les deux principaux partis politiques, les médias et les universités, elle reflète toujours le fort parti pris anti-palestinien que ces groupes perpétuent. .

Le sondage a révélé que des proportions similaires de personnes sont préoccupées par la dureté de la campagne militaire israélienne, avec 30 pour cent disant qu'elle est « trop dure », 29 pour cent disant qu'elle est « à peu près juste » et 17 pour cent disant qu'elle n'est « pas assez dure ». Les libéraux étaient encore une fois les plus susceptibles d'être d'accord avec le fait que c'était « trop dur », avec 56 pour cent d'entre eux affirmant que c'était le cas.

Les défenseurs des droits des Palestiniens ont souligné l'absence notoire du mot « génocide » dans les médias occidentaux, affirmant que l'objectif est de donner plus de légitimité à Israël afin de justifier le ferme soutien militaire des États-Unis à son massacre, son nettoyage ethnique et son occupation.

« L'hésitation des médias américains à prononcer le mot génocide à propos de l'attaque israélienne à Gaza, associée à leur tendance à minimiser ou à nier catégoriquement les crimes israéliens contre les Palestiniens, signale à Israël qu'il peut poursuivre sa frénésie meurtrière en toute impunité et rassure l'administration américaine. qu'il ne sera pas tenu responsable de sa complicité », a écrit Rami G. Khouri, boursier de l'Université américaine de Beyrouth et journaliste palestinien, pour Al Jazeera en décembre. « L'histoire ne jugera pas avec bienveillance l'incapacité des médias américains à reconnaître et à rendre compte avec précision de ce moment. »

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire