La fast fashion n’est pas durable. À quoi pourrait ressembler une industrie de la mode « lente » ?

Publié le

La fast fashion n’est pas durable.  À quoi pourrait ressembler une industrie de la mode « lente » ?

Trois petits créateurs ont intenté une action en justice contre Shein, alléguant que la marque de mode rapide utilise un algorithme pour identifier les tendances, puis vend des copies exactes des créations. Ils affirment également que Shein a une structure organisationnelle délibérément complexe pour éviter toute responsabilité juridique.

Ce n’est pas la première fois que Shein est poursuivi en justice par des créateurs pour avoir prétendument volé des modèles, et la controverse avec la marque ne s’arrête pas là. Shein exploite également les ouvriers des usines textiles avec des conditions de travail dangereuses et des salaires pitoyablement bas. L’entreprise a également fait l’objet de critiques légitimes pour ses pratiques de production préjudiciables à l’environnement. L’industrie de la mode crée 92 millions de tonnes de textiles qui finissent dans les décharges chaque année, et la mode produit 10 % des émissions mondiales, soit « plus que tous les vols internationaux et le transport maritime réunis », selon un rapport.

Les consommateurs soulignent que ces prix abordables leur donnent accès à une grande variété de modes. Certains consommateurs de grande taille affirment également que le choix qui leur est proposé dans les lignes de mode traditionnelles est limité et que la fast fashion constitue une alternative utile et abordable. Ils accusent les entreprises de mode durable d’être élitistes et de proposer très peu d’options grandes tailles. Ce sont des affirmations valables alors que nous assistons à la flambée du coût de la vie avec les récentes augmentations de l’inflation. Mais les besoins de certains de ces consommateurs l’emportent-ils sur la réalité des effets néfastes de la fast fashion ?

Pour combler ce fossé, nous devons d’abord reconnaître que la responsabilité de l’exploitation du travail et des dommages environnementaux causés par Shein n’incombe pas au consommateur individuel. L’industrie de la mode a créé une culture obsédée par les tendances et les achats impulsifs pour son propre profit. Cela génère ensuite une demande car il devient une norme sociale d’acheter quelque chose de nouveau après une mauvaise journée, de se livrer à une virée shopping ou d’acheter une nouvelle tenue pour chaque événement. Comme de nombreuses industries sous le capitalisme, la mode a créé un modèle économique qui prospère grâce à l’exploitation des personnes et de la Terre. Cela a également alimenté les conditions économiques qui marginalisent la classe ouvrière et les personnes de diverses couches. Les consommateurs jouent un rôle important dans l’évolution de la demande, mais l’industrie de la mode doit créer des alternatives viables.

Pour remettre en question ce modèle de fast fashion, il faut une refonte de l’ensemble du secteur. D’un point de vue systémique et culturel, notre relation avec les vêtements doit changer pour assurer les transitions dont nous avons besoin vers une économie plus durable.

En tant que troisième industrie la plus polluante, l’industrie de la mode doit poursuivre une croissance rapide si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques et ne pas dépasser certains seuils écologiques. La décroissance contraste avec les croyances capitalistes actuelles selon lesquelles une croissance infinie et sans fin est nécessaire comme marqueur d’économies prospères. Au lieu de cela, la décroissance reconnaît que nous vivons sur une planète aux ressources limitées et que les pays à revenus élevés doivent réduire leur production inutile. L’objectif de la décroissance est d’accroître le bien-être écologique des populations et de la planète. Il diffère également de nombreux modèles traditionnels d’« économie verte » qui insistent sur le fait que la croissance économique peut se poursuivre à mesure que nous passons à une économie durable. La décroissance devient de plus en plus nécessaire à mesure que nous nous dirigeons vers un désastre climatique, car le coût de l’action climatique a augmenté avec la procrastination gouvernementale.

À quoi pourrait ressembler la décroissance dans l’industrie de la mode ?

J’imagine un abandon des grandes marques de mode et de leurs usines de vêtements exploitatrices vers des marchés plus locaux, avec peut-être des options de fabrication sur commande. La couturière, le tailleur et la couturière pourraient faire leur retour en tant qu’éléments importants de l’économie locale de l’habillement.

Notre relation avec les vêtements changerait, passant de tendances éphémères à des investissements à long terme. L’activité contemporaine consistant à acheter des vêtements dans un centre commercial, à sélectionner une pièce fabriquée dans un endroit lointain avec des copies infinies à portée de main, serait moins courante. Au lieu de cela, l’acquisition de vêtements prendrait plus de temps, et le travail nécessaire pour produire la pièce serait visible lorsqu’il est réalisé par de petites entreprises ou des mains locales. Oui, ce serait plus cher que Shein, mais un processus plus lent et personnalisé permettrait aux consommateurs d’évaluer différemment leurs vêtements. Dans ce modèle économique, le travail est respecté et les fabricants de vêtements reçoivent un salaire capable de répondre à tous leurs besoins. Les styles vestimentaires seraient également beaucoup plus diversifiés, car ils refléteraient les ressources régionales et des détails culturels et personnels uniques, au lieu d’un style homogène produit en série. Cela peut sembler une chimère, mais ce rythme de fabrication de vêtements était la norme avant l’avènement de la production de masse dans les années 1860.

Alors que nous sommes confrontés à une crise climatique dévastatrice, il est temps de redécouvrir ce processus et de l’actualiser pour les temps modernes. Certaines petites marques de mode ont adopté ce modèle. Shelly Xu Designs est une entreprise de technologie de mode engagée dans une production zéro déchet. L’entreprise élimine le gaspillage de stocks en produisant des vêtements basés sur des modèles sélectionnés uniquement une fois les articles commandés. D’autres créateurs proposent également des vêtements sur commande, avec un délai d’attente d’environ un à deux mois.

Contrairement à la fast fashion actuelle, la slow fashion nous permettrait de connaître le temps, le travail et les ressources nécessaires à la fabrication d’un vêtement. L’entretien des vêtements par la couture, le recyclage et le commerce des vêtements serait mis en avant dans un système de mode décroissance. Le cycle de fin de vie des vêtements serait très différent, car les vêtements qui ne peuvent pas être portés sont utilisés pour créer d’autres choses.

Je suis reconnaissant de ne pas avoir à attendre pour mettre ces choses en pratique. J’ai acquis des compétences comme la couture juste pour pouvoir commencer à mettre en œuvre ces pratiques. Mais je suis loin d’être parfaite et de nombreuses pièces de ma garde-robe proviennent de marques de mode rapide que je pourrais me permettre à l’université. Pourtant, l’environnement n’a pas besoin que je sois parfait, il a besoin que je m’efforce de faire mieux. Dans cette optique, la réponse n’est pas de jeter toutes les pièces Shein ou Zara dont je dispose mais de réapprovisionner ma garde-robe avec des marques chics et « durables ». Acheter des vêtements de marques durables au même rythme de consommation actuelle ne sauvera pas la planète. Au lieu de cela, il est important de prendre soin du mieux possible des vêtements que je possède actuellement et de ralentir mes habitudes de consommation. Ce faisant, je passe à investir dans des pièces de qualité et durables lorsque j’en ai besoin.

Alors que Shein fait face à des réactions négatives à cause de son modèle économique, j’espère que nous pourrons imaginer un monde au-delà d’une mode rapide, non durable et exploitante. Nos vêtements ont le potentiel de véhiculer notre culture, notre histoire et notre identité personnelle si nous les laissons faire. Alors que le changement climatique menace notre système de mode actuel, imaginons-en un nouveau qui respecte la Terre et ses habitants. Nous n’avons pas besoin d’attendre pour essayer ; nous pouvons commencer aujourd’hui avec une aiguille et du fil et prendre le temps d’apprécier les vêtements que nous avons.

Avatar de Charles Briot