Gaza est une prison assiégée. Ceci est ma lettre au monde extérieur.

Publié le

Gaza est une prison assiégée.  Ceci est ma lettre au monde extérieur.

Je dois avouer qu'au cours des dernières années, j'ai été gravement déçu par les modérés blancs. J'en suis presque arrivé à la regrettable conclusion que la grande pierre d'achoppement des Noirs dans leur marche vers la liberté n'est pas le conseiller citoyen blanc ou le Ku Klux Klanner mais le blanc modéré qui est plus dévoué à l'ordre qu'à la justice ; qui préfère une paix négative qui est l'absence de tension à une paix positive qui est la présence de la justice ; qui dit constamment : « Je suis d'accord avec vous dans le but que vous recherchez, mais je ne peux pas être d'accord avec vos méthodes d'action directe » ; qui a le sentiment paternaliste de pouvoir fixer le calendrier de la liberté d'un autre homme ; qui vit selon le mythe du temps ; et qui conseille constamment au Noir d'attendre « une saison plus opportune ».

—Martin Luther King Jr., Lettre de la prison de Birmingham, 1964

Lettre de la prison de Gaza

Je dis aux modérés aux États-Unis et en Europe qu'il faut s'attaquer à la racine du problème en Palestine. Malheureusement, pendant des décennies, le monde ne s'est pas soucié des souffrances, du génocide et de l'oppression des Palestiniens. Mais juste au moment où Israël criait, le monde entier s'est soudainement réveillé et a commencé à parler comme si les événements avaient commencé le 7 octobre.

On ne peut pas lire un livre en commençant par le dernier chapitre, il faut logiquement commencer la lecture à partir du premier chapitre. Ainsi, lorsque nous recherchons justice, nous devons comprendre le contexte, la racine du problème.

Le peuple palestinien ne cible pas les Juifs, malgré ce que dit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et ce qu'a dit le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors de sa visite en Israël, c'est complètement faux. Les Juifs vivaient en paix dans les pays arabes avant 1948. Depuis lors et jusqu'à aujourd'hui, les Juifs vivent normalement dans certains pays arabes.

Notre problème est que nous sommes sous une puissance coloniale. Le mouvement , lorsqu'il est arrivé en Palestine en 1948, a commis un génocide. Ils ont commis un nettoyage ethnique contre les autochtones. Ils nous ont traités comme si le peuple palestinien n'existait pas, ils ont dit que la Palestine était « une terre sans peuple » et c'est toujours le cas aujourd'hui. Il y a quelques à peine, Yoav Gallant, le ministre israélien de la Défense, a déclaré qu'Israël avait affaire à des « animaux humains ».

En disant cela, Gallant ne parle pas des combattants des factions politiques. Il parle du peuple palestinien, de nous tous. Et Netanyahu a dit au peuple, non pas aux combattants, mais à tous les habitants de Gaza, 2,3 millions d'habitants, dont une majorité de femmes et d'enfants, de partir maintenant. Qu'est-ce que cela signifie?

Lire aussi  Une aide insuffisante afflue à Gaza alors que l’Égypte dit non aux réfugiés palestiniens

Cela signifie clairement un génocide. Nous voyons ce qui se passe maintenant. Soutenus par l'administration américaine et les gouvernements occidentaux, nous assistons à une extension du génocide qu'Israël a commencé en 1948. Ils envisagent de déplacer de force le peuple palestinien.

Le problème d'Israël ne vient pas du Hamas. Le problème d'Israël réside dans l'existence palestinienne elle-même, c'est clair. Nous posons ce problème à Israël parce que c'est un État colonial qui était et est basé sur le déni de l'existence palestinienne. Je vais donner deux exemples.

Le premier exemple est qu'Israël diabolise désormais le Hamas et dit au monde que son problème vient du Hamas. Ils mentent. Parfois, ils font des comparaisons entre le Hamas et les nazis, d'autres fois ils affirment des similitudes entre le Hamas et l'EI. Mais le Hamas a été créé en 1987. Avant 1987, il n'y avait pas de Hamas. Mais avant 1987, il y avait des réfugiés. Il y avait une occupation. Il y avait des prisonniers. Il y a eu des massacres. Il y avait des colonies illégales. Il y a eu des violations des droits de l'homme. Le problème d'Israël n'a pas commencé avec le Hamas.

Autre exemple : aujourd'hui en Cisjordanie, le Hamas est à peine présent. Mais en Cisjordanie, il existe des colonies illégales. Depuis début 2023, plus de 250 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie. Même si le Hamas n'est pas là, l'État colonial d'Israël l'est, et l'oppression israélienne l'est. Nous devons donc affronter courageusement la racine du problème. La racine du problème est que les Palestiniens sont victimes d'oppression depuis des décennies. Ils vivent sous la colonisation, ils vivent sous l'apartheid. C'est ce que révèlent des groupes comme Amnesty International, Human Rights Watch et l'organisation israélienne de défense des droits de l'homme B'Tselem. Tous ces groupes et organisations décrivent Israël comme un État d'apartheid.

Les habitants de Gaza mouraient déjà. Aujourd'hui, nous mourons à cause des missiles, mais avant le 7 octobre, nous mourions à cause des conditions qu'Israël a délibérément créées en nous privant de tout.

Il est donc injuste de se concentrer sur le résultat et d'ignorer le contexte, d'ignorer la racine du problème. Le problème n'a pas commencé le 7 octobre. Comment était-ce avant le 7 octobre ?

Gaza est un endroit très étroit, un endroit très misérable. Les deux tiers de la population, les habitants de Gaza, sont des réfugiés. Cela signifie que les deux tiers de la population de Gaza sont originaires des villes et villages situés derrière la clôture que les Palestiniens ont brisée le 7 octobre. Ils vivent derrière cette clôture. Je viens personnellement du village d'al Ramla. Mon grand-père en a été expulsé de force. Il se trouve maintenant dans ce qui est devenu Israël, et il est venu ici, à Gaza. Et depuis 16 ans, depuis 2007, Israël impose un blocus presque complet à la population de Gaza.

Lire aussi  La FTC et 17 États intentent une action en justice antitrust contre Amazon

Le blocus a fait des centaines de milliers de morts à Gaza parce que les autorités israéliennes leur ont refusé l'accès aux hôpitaux et aux services médicaux à Jérusalem, en Cisjordanie et dans les autres villes de Palestine occupée. Ces derniers mois, de nombreux jeunes Palestiniens ont fui Gaza de manière dangereuse, en prenant des bateaux pour la Méditerranée. Chercher un endroit où ils peuvent satisfaire leurs besoins et leurs droits fondamentaux. Beaucoup sont morts en mer.

Ce n'est pas normal. C'est à cause du blocus israélien. Le blocus israélien signifie qu'il n'y a pas d'emplois. Il n'y a pas d'avenir pour la prochaine génération. Il n'y a aucune chance pour la vie. Il n'existe aucun moyen pour les jeunes d'obtenir leurs produits de première nécessité.

Les habitants de Gaza étaient donc déjà en train de mourir. Aujourd'hui, nous mourons à cause des missiles, mais avant le 7 octobre, nous mourions à cause des conditions qu'Israël a délibérément créées en nous privant de tout. Cela nous a privés de la liberté de mouvement. J'ai 39 ans. Je ne peux pas visiter la mosquée Al-Aqsa. Al-Aqsa se trouve à seulement deux heures de route. Mais je ne peux pas visiter. Pourquoi? Israël m'en a privé parce que je suis Palestinien.

Ce qu'Israël fait aux Palestiniens est pire que l'apartheid. Ils nous déplacent. Ils commettent un génocide contre nous. Ainsi, les habitants de Gaza ressentent profondément qu'il n'y a aucun espoir, qu'il n'y a pas d'avenir ; à cause d'Israël. Avec tout cela, comment le monde peut-il s'attendre à ce que les Palestiniens vivant sous ce blocus, dans ces conditions, soient toujours un peuple poli et pacifique, basé sur leurs normes ?

La résistance est une tentative des peuples opprimés de montrer au monde que nous sommes là, de simplement dire « nous existons ».

Imaginez que vous mettiez un être humain dans une pièce, que vous fermiez la porte et que vous le priviez de nourriture, de sa liberté de mouvement, de médicaments, de tout, que vous le violiez et que vous l'humiliiez encore et encore. Ensuite, s'ils essaient de briser la porte, vous dites au monde : regardez, c'est un terroriste, un barbare, un « animal humain ». C'est exactement ce que fait Israël, entièrement par les États-Unis. Ils nous ont mis dans des conditions inhumaines, nous ont humiliés, nous ont privés de tout.

Ils nous privent de ce qu'il y a de plus fondamental, de liberté et de dignité. Et puis, lorsque les Palestiniens se mettent en colère, Israël dit au monde : « regardez, ils ciblent les Juifs. Ce sont des terroristes. Nous voulons les tuer. Nous voulons les massacrer. C'est une hypocrisie tellement profonde.

Lire aussi  Les démocrates présentent la loi sur le logement comme un droit de l'homme

J'ai aidé à organiser la Marche du Retour en 2018 et j'ai personnellement écrit les principes de la Grande Marche du Retour. Les principes de la Grande Marche du Retour stipulent que nous sommes une manifestation totalement pacifique et non armée.

Notre protestation exigeait la mise en œuvre du droit international. En tant que réfugiés, nous revendiquons notre droit de retourner dans nos villages. Et nous avons marché de manière non-violente pour exprimer cette demande. Et pourtant, quel a été le résultat ? Le résultat a été qu'Israël a délibérément tiré sur nous, manifestants non armés, tuant au moins 270 d'entre nous et en blessant et mutilant des milliers d'autres.

Quel était le message ? Le message d'Israël était qu'en tant que Palestiniens, vous ne devriez pas lutter de manière pacifique. C'est le message de la violence israélienne. Ainsi, lorsque vous privez les Palestiniens de tout, lorsque vous les tuez alors qu'ils tentent de crier pacifiquement, alors vous n'avez pas le droit de blâmer les Palestiniens lorsqu'ils tentent de dire au monde « nous sommes là ».

L'enjeu n'est pas d'y voir cette voie de lutte ou la résistance. Je pense que le point le plus important est quelle est la résistance ? La résistance est une tentative des peuples opprimés de montrer au monde que nous sommes là, de simplement dire « nous existons ». L'État colonial israélien nie l'existence même des Palestiniens.

Donc, si les peuples du monde veulent sérieusement rechercher la paix et la justice, ils devraient se tourner vers la souffrance des Palestiniens, à son origine, et comment tout a commencé. Les gens ne devraient pas se concentrer uniquement sur la réaction, mais aussi sur les racines du problème.

À ce propos, je pense qu'il est important de mentionner les prisonniers palestiniens. Il y a au moins 5 000 Palestiniens dans les prisons israéliennes. Certains de ces prisonniers sont là depuis 40 ans, voire 40 ans. Des milliers de prisonniers sont détenus dans ce qu'on appelle la détention administrative. Cela signifie qu'ils sont incarcérés sans inculpation et sans procès. Des centaines d'entre eux sont des femmes et des enfants. Beaucoup ont perdu leur mère, leur père, leurs proches. Des membres de leurs familles sont morts sans que les prisonniers aient pu les rencontrer.

Nous devons donc nous poser la question : pourquoi cela se produit-il ? Nous ne devons pas nous concentrer uniquement sur les événements du 7 octobre qui servent de justification à Israël pour commettre le génocide contre Gaza qui se produit aujourd'hui. La question devrait être de savoir comment tout a commencé. Et en allant à la racine, nous nous rapprochons de la véritable justice.

Avatar de Charles Briot