Dernière défense juridique de Trump : il n’a pas prêté serment de « soutenir » la Constitution

Publié le

Dernière défense juridique de Trump : il n'a pas prêté serment de « soutenir » la Constitution

Les avocats de l'ancien président Donald Trump ont déposé cette semaine un mémoire auprès de la Cour suprême de l'État du Colorado, affirmant qu'une disposition constitutionnelle qui l'empêcherait de se présenter à nouveau à la présidence en 2024 devrait être ignorée car, comme ils le disent, il n'a jamais fait. un serment, en tant que président, de « soutenir » la Constitution.

L'argument est d'ordre sémantique, puisque le président des États-Unis prête serment sous un serment différent de celui des membres du Congrès ou d'autres représentants du gouvernement.

L'article II de la Constitution américaine exige que les présidents élus lisent un serment promettant de « préserver, et défendre » le document lors de leur entrée en fonction.

Six habitants du Colorado ont intenté une action en justice pour que Trump ne puisse pas se présenter au scrutin de l'année prochaine en tant que candidat à la présidence, l'article 3 du 14e amendement – ​​parfois connu sous le nom de clause insurrectionnelle – comme base pour ce faire. Cette disposition stipule qu'aucune personne ne peut être élue à un poste aux États-Unis si elle a occupé un poste dans lequel elle « a déjà (prêté) serment… de soutenir la Constitution » tout en s'engageant ensuite dans « une insurrection ou une rébellion » ou en apportant de l'aide. ou réconfort à ceux qui se sont engagés dans de telles activités.

Parce que le libellé de l'amendement parle de « soutien » plutôt que des mots utilisés dans le serment présidentiel, les avocats de Trump soutiennent que la disposition ne s'applique pas à lui. Les avocats de l'ancien président affirment que cette différence de langage a été créée « délibérément » par les auteurs de l'amendement.

Lire aussi  Javier Milei, admirateur d'extrême droite de Trump, remporte le second tour de la présidentielle argentine

« La section trois ne s'applique pas, car la présidence n'est pas une fonction « sous les États-Unis », le président n'est pas un « officier des États-Unis » et le président Trump n'a pas prêté serment « de soutenir la Constitution des États-Unis ». « , ont écrit les avocats de Trump dans un mémoire adressé au plus haut tribunal de l'État.

Les avocats de l'organisation de surveillance à but non lucratif Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (CREW), qui représentent les six résidents du Colorado cherchant à disqualifier Trump du scrutin, ont argumenté différemment dans leur mémoire à la Cour suprême de l'État la semaine dernière.

« La Constitution elle-même, le contexte et le bon sens indiquent clairement que la clause de disqualification du quatorzième amendement s'étend au président et à la présidence », a déclaré CREW dans son mémoire au tribunal, ajoutant :

La Constitution nous dit explicitement, à maintes reprises, que la présidence est une « fonction ». Le sens naturel du terme « officier des États-Unis » désigne toute personne occupant une « fonction » fédérale. Et la lecture naturelle du « serment de soutenir la Constitution » inclut le serment présidentiel plus fort de « préserver, protéger et défendre la Constitution ».

D'autres experts juridiques et universitaires ont également noté que la clause insurrectionnelle du 14e amendement devrait également s'appliquer à Trump, sur la base du fait qu'il a motivé une foule de ses loyalistes à attaquer le Capitole américain le 6 janvier 2021 et qu'il a apparemment sanctionné leurs actions pendant plusieurs années. heures après avoir commencé. Les autres actions de Trump, y compris le fait qu'il ait dirigé un complot en coulisses pour usurper le résultat de l'élection présidentielle de 2020 afin de rester illégitimement au pouvoir, justifient également de lui interdire de se présenter à nouveau.

Lire aussi  La loi israélienne sur les agressions sexuelles ne vise pas à protéger les femmes. C'est une question de pureté raciale.

«C'est une erreur de se concentrer sur le 6 janvier, dont Trump nie toute responsabilité. C'est ce qu'il ADMET – TENTER DE RESTER AU POUVOIR APRÈS AVOIR OFFICIELLEMENT PERDU LES ÉLECTIONS – qui DÉFINIT « l'insurrection contre la Constitution des États-Unis » », Laurence Tribe, professeur émérite à l'Université Harvard, a déclaré sur les réseaux sociaux plus tôt ce mois-ci.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire