Cette loi peut coûter très cher aux locataires et pourtant ils l’ignorent pour la plupart

Publié le

Nombreux sont les locataires qui ignorent cette loi pouvant les amener à devoir d'importantes sommes pour des charges datant de leur ancienne habitation. Explications sur cette règle qui peut s'avérer coûteuse.

Une facture surprise pour un logement quitté depuis longtemps

En février dernier, une femme reçoit un courriel abrupt de la part de son ancien propriétaire lui réclamant plus de 1000 euros pour des charges datant de 2021 alors qu'elle avait quitté l'appartement en juin de la même année. Elle et son ancienne colocataire n'étaient pas informées que cette facture pouvait arriver à tout moment. Les locataires connaissent généralement assez peu cette règle, pourtant elle peut coûter cher dans certains cas.

Les régularisations de charges annuelles, une pratique légale

Avec la hausse des prix de l'énergie et des services, le forfait estimé pour les charges en début de contrat peut ne pas couvrir toutes les dépenses réelles. Ainsi, une régularisation est effectuée chaque année pour combler la différence entre les montants déjà perçus et le montant réel à payer par les locataires. Dans le cas de notre trentenaire, son ancien propriétaire lui a envoyé une régularisation portant sur l'année 2021, soit plus de deux ans après son départ du logement. Cette régularisation est totalement légale et permet au bailleur de réclamer les sommes dues pour les charges impayées.

Une facture qui peut s'avérer salée

  • Dans l'exemple cité, la régularisation demandée s'élevait à 1100 euros pour les deux anciens colocataires, soit 550 euros chacun.
  • Les charges dans leur ancien immeuble étaient basées sur la superficie et non pas la consommation réelle, ce qui a pu entraîner des écarts importants entre les estimations et les dépenses réellement engagées.
  • L'eau et le gaz étaient responsables de cette régularisation même si les locataires avaient peu utilisé le chauffage dans leur appartement.
Lire aussi  Avec quel salaire peut-on obtenir un prêt immobilier en 2024 ?

Soumise aux règles en vigueur, Marie sait qu'elle devra payer cette somme et se prépare déjà à d'éventuelles futures régularisations : « je sais que j'ai encore deux ans durant lesquels des régularisations peuvent arriver inopinément dans mes courriels« .

Que prévoit la loi ?

Il est important de rappeler que la régularisation annuelle des charges est une obligation légale pour les propriétaires uniquement si elle est mentionnée dans le contrat de bail signé par les parties. Les textes législatifs précisent également qu'une régularisation peut être demandée même en cas d'oubli, d'ignorance ou de négligence du part de ces derniers. Par ailleurs, il existe certaines conditions permettant aux locataires de demander un échelonnement des pour ces régularisations.

Des recours possibles pour les locataires

Bien que la trentenaire n'ait pu éviter de payer cette régularisation, il est utile de noter que les locataires peuvent avoir recours à certaines options pour limiter l'impact financier de ces factures imprévues :

  • Demande d'échelonnement du paiement : Si le montant de la régularisation est particulièrement élevé, le locataire peut demander un étalement des paiements sur une période plus longue afin de diminuer l'impact budgétaire immédiat.
  • Vérification des charges : Il est important de vérifier si les charges mentionnées dans la facture correspondent bien aux dépenses réelles engagées par le bailleur. Les locataires peuvent demander des justificatifs et contester leur facture en cas de .
  • Mise en demeure du propriétaire : Dans certains cas, si le propriétaire ne respecte pas ses engagements contractuels ou légaux en matière de charges, la mise en demeure peut être envisagée, voire même le recours en justice.
Lire aussi  Il est maintenant possible de retirer de l’argent au distributeur sans carte bleue mais personne ne le sait

Pour éviter ce type de mauvaises surprises, il est essentiel pour les locataires de se renseigner sur les modalités relatives aux charges dans leur contrat de bail et de conserver régulièrement des traces écrites des échanges avec leur propriétaire concernant ces dernières.

Même s'ils sont légaux, ces rattrapages de charges peuvent être une source d'inquiétude et de difficultés financières pour les locataires qui n'ont pas toujours conscience des montants qu'ils peuvent avoir à régler après leur déménagement. Les propriétaires ont le devoir d'informer leurs locataires et de suivre les dispositions légales concernant la gestion des charges, tandis que les locataires doivent se tenir informés au maximum pour éviter les désagréments futurs.

Avatar de Tatomo Ny Aina

Laisser un commentaire