Vinted, Leboncoin, Airbnb et d’autres applications vont déclarer ce que vous gagnez aux impôts

Publié le

Dans le monde numérique d'aujourd'hui, les ventes en ligne se multiplient et deviennent une source de revenus pour certains. Cependant, il est important de connaître les règles fiscales qui s'appliquent à ces ventes, afin d'éviter des surprises désagréables avec l'administration fiscale.

Pourquoi déclarer ses ventes en ligne ?

Il est essentiel de déclarer les revenus générés par la vente en ligne, car cela permet aux autorités fiscales de contrôler et de percevoir les taxes dues sur ces transactions. En France, ce régime a été mis en place depuis plusieurs années et a récemment été étendu au niveau de l'Union européenne. Cela est particulièrement crucial pour les personnes qui réalisent un profit grâce à leurs sur les plateformes de marché en ligne, telles que Le Bon Coin, Vinted ou Airbnb. En effet, il peut difficile pour ces vendeurs de prouver si un article qu'ils souhaitent retirer a été vendu ou non, et cela dépend souvent de leur bonne foi.

Comment gérer plusieurs comptes séparés en ligne ?

  • Les plateformes en ligne sont censées vérifier vos informations. Si vous avez plusieurs comptes avec les mêmes informations, elles agrégeront les données.
  • Si vous utilisez la livraison et d'autres méthodes similaires, il est plus facile pour les autorités fiscales de savoir si un article a été vendu.
  • Les fausses informations et fausses identités peuvent des problèmes juridiques. Les vendeurs doivent veiller à fournir les renseignements exacts.

Dois-je déclarer les revenus de la revente d'un achat personnel ?

Si vous achetez un article pour un usage personnel puis le revendez car il n'est plus utile, vous n'avez généralement pas à payer de taxe sur ces revenus. Il existe toutefois quelques exceptions :

  • Pour les biens d'une valeur supérieure à 5 000 € qui sont revendus parce qu'ils ne sont plus utilisés, il y a une taxation sur les gains en capital résultant des transferts de biens meubles ; cependant, les automobiles en sont exemptées.
  • S'il s'agit d'une activité non commerciale ponctuelle, comme par exemple la vente de vêtements ou d'objets personnels, aucune déclaration n'est requise tant que les ventes restent occasionnelles.

Déclaration des revenus issus d'activités annexes

Selon la nature des ventes et les montants en jeu, les revenus générés par des activités telles que le covoiturage, la location de biens ou de logements meublés doivent être déclarés aux impôts. Vous pouvez consulter les ressources officielles pour connaître les règles en vigueur :

Le seuil de déclaration et la qualification d'activité commerciale

Le seuil de 2 000 € ne détermine pas en lui-même si une activité est considérée comme commerciale, ni s'il faut payer des impôts sur les ventes. Ce seuil sert uniquement à déterminer l'obligation pour les plateformes en ligne de signaler vos ventes aux autorités fiscales. Ce qui compte, c'est la nature des ventes :

  • Si vous réalisez un profit grâce à vos ventes en ligne, alors vous devez normalement déclarer des bénéfices non commerciaux (BNC) ou professionnels selon les cas.
  • Si vous dépassez le seuil de 176 200 €, vous êtes automatiquement soumis au régime micro-BIC, où la taxation est basée sur un taux forfaitaire de 29 % du chiffre d'affaires, et non sur le bénéfice réel.
Lire aussi  Retraite Agirc-arrco : Vous devez absolument faire ceci pour ne pas perdre vos droits

En somme, il est crucial pour les vendeurs en ligne de connaître les règles fiscales qui régissent leurs transactions et d'être en conformité avec celles-ci. Ainsi, ils évitent les sanctions potentielles et peuvent profiter sereinement de leur activité sur les plateformes de vente en ligne.

Avatar de Tatomo Ny Aina

Laisser un commentaire