Sondage : 1 Américain sur 2 a vécu des événements météorologiques extrêmes au cours du mois dernier

Publié le

Sondage : 1 Américain sur 2 a vécu des événements météorologiques extrêmes au cours du mois dernier

Un nouveau sondage indique que les Américains sont non seulement conscients de l'existence de la crise climatique (même si certains candidats à la présidentielle la qualifient à tort de « canular »), mais que près de la moitié d'entre eux ont récemment subi les effets de la crise.

UN USA aujourd'hui/Un sondage Ipsos réalisé en juillet et publié cette semaine a révélé que 49 % des Américains avaient connu un événement météorologique extrême au du mois dernier. Cinquante et un pour cent ont répondu que non.

Le nombre de personnes ayant été confrontées à un tel événement météorologique pourrait être encore plus aujourd'hui, étant donné que le sondage a été réalisé il y a deux mois et qu'en août, d'autres événements météorologiques extrêmes ont eu lieu.

Selon le sondage, parmi ceux qui ont déclaré avoir récemment subi des événements météorologiques extrêmes, 71 pour cent des personnes interrogées ont connu une chaleur extrême au cours du mois dernier. Une majorité de personnes interrogées, 49 pour cent, ont déclaré avoir connu une mauvaise qualité de l'air, tandis que 39 pour cent ont déclaré avoir vécu un orage violent.

Les personnes interrogées ont également indiqué que de tels événements étaient plus fréquents qu'il y a dix ans à peine, 63 % d'entre eux affirmant que les épisodes de chaleur extrême ont augmenté. Soixante et un pour cent ont déclaré qu'en général, le nombre de conditions météorologiques inhabituelles pour la saison a augmenté au cours de cette période, tandis que 61 pour cent ont déclaré la même chose à propos de la mauvaise qualité de l'air ou de la pollution de l'air.

Lire aussi  Sans électricité au milieu d’une vague de chaleur sans précédent, les maisons de Gaza deviennent des fournaises

Les Américains sont largement d'accord sur le fait que la crise climatique est réelle, avec seulement 5 % d'entre eux déclarant ne pas croire au changement climatique. Cinquante-cinq pour cent des personnes interrogées ont déclaré que la crise climatique était causée par l'activité humaine, tandis que 22 pour cent ont déclaré qu'elle était causée par des phénomènes naturels, contredisant ce que disent la grande majorité des climatologues à propos du phénomène.

Près de 7 Américains sur 10 (68 %) pensent que les phénomènes météorologiques extrêmes deviendront plus fréquents à l'avenir, et près de deux sur cinq (39 %) affirment que la crise climatique affecte déjà leur vie quotidienne.

La publication du sondage a coïncidé avec un rapport publié cette semaine par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations Unies, qui concluait qu'il s'agissait de l'année la plus chaude jamais enregistrée dans l'hémisphère nord.

Selon le rapport, les deux mois les plus chauds jamais enregistrés dans cet hémisphère étaient extrêmement ré : août a été le deuxième mois le plus chaud de l'hémisphère nord, dépassé seulement par juillet.

« L'hémisphère nord vient de vivre un été extrême, avec des vagues de chaleur répétées alimentant des incendies de forêt dévastateurs, nuisant à la santé, perturbant la vie quotidienne et causant des ravages durables sur l'environnement », a déclaré le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

« Les jours canins de l'été ne se contentent pas d'aboyer, ils mordent », a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué concernant le rapport.

Avatar de Charles Briot