Retraites : Pension de réversion, Agirc-arrco,… Voici ce qui change en 2024

Publié le

En 2024, plusieurs améliorations majeures sont à prévoir pour les retraités en France. Ces changements concernent l'augmentation des pensions de base, la fin du système de bonus/malus Agirc-Arrco, l'évolution des seuils de contribution CSG, CRDS et CASA, ainsi que la mise en place de nouveaux services en ligne pour faciliter les démarches administratives.

Augmentation importante des pensions de base

Dès le 1er janvier 2024, les pensions de base augmenteront de 5,3 %. Cette hausse concerne 14 millions de retraités affiliés aux divers régimes de retraite. À noter que cette augmentation sera effective sur la pension payée en février 2024, les pensions étant habituellement versées à terme échu. De plus, l'Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA), anciennement appelée minimum vieillesse, verra son montant également augmenté de 5,3 %, passant de 961,08 € à un maximum de 1 012,02 € par mois pour une personne seule et de 1 492,08 € à un maximum de 1 571,20 € par mois pour un couple. Pour les 13 millions d'anciens salariés du secteur , la pension complémentaire Agirc-Arrco est également en hausse, avec une augmentation de 4,9 % depuis le 1er novembre 2023.

Fin du système de bonus/malus Agirc-Arrco

En raison de l'augmentation de l'âge légal de la retraite, les partenaires sociaux gérant le régime complémentaire Agirc-Arrco ont décidé de mettre un terme au système de bonus/malus. Dès le 1er septembre 2023, les personnes retraitées reprenant une activité professionnelle pourront acquérir de nouveaux droits à la retraite sous certaines conditions. Ainsi, à partir du 1er janvier 2024, les retraités en cumul emploi-retraite seront également éligibles à une nouvelle pension complémentaire Agirc-Arrco.

Évolution des seuils de contribution CSG, CRDS et CASA en 2024

Chaque année, les seuils d'assujettissement et d'exonération des pensions de vieillesse aux contributions CSG, CRDS et CASA sont ajustés en fonction de l'évolution moyenne annuelle des prix à la consommation hors tabac observée par l'INSEE deux ans auparavant. Ainsi, à partir du 1er janvier 2024, ces seuils augmenteront de 5,3 % par rapport à l'année précédente. Selon les tranches de revenu de référence (RFR), quatre situations peuvent se présenter : exemption de CSG, CRDS et CASA; assujettissement à la CSG à un taux de 3,8 % et CRDS; assujettissement à la CSG à un taux de 6,6 % et CRDS et CASA ; assujettissement à la CSG à des taux de 8,3 % et CRDS et CASA.

  • Exonération de CSG : 3,8 % :6,6 % : 8,3 %.
  • Exonération CRDS : 0,5 %, 0,5 %, 0,.5 %.
  • Exonération CASA : Exemption :0,.3 %,0,.3 %.

Salaire minimum pour valider un trimestre de retraite

Afin d'enregistrer un trimestre d'assurance vieillesse, il faut percevoir un salaire soumis à cotisations représentant au moins 150 fois le montant du salaire minimum horaire brut. Ainsi, avec un SMIC horaire brut fixé à 11,65 € au 1er janvier 2024, il faudra percevoir un salaire brut d'au moins 1 747,50 € pour valider un trimestre de retraite.

Nouveaux services en ligne pour faciliter les démarches

En 2024, divers nouveaux services en ligne seront disponibles depuis votre compte retraite en ligne sur le portail dédié. Ces services simplifieront et accéléreront les démarches administratives relatives à la retraite pour les personnes concernées. En résumé, l'année 2024 apporte des améliorations significatives pour les retraités français, avec une hausse notable des pensions de base, la fin du système de bonus/malus Agirc-Arrco, l'adaptation des seuils de contribution CSG, CRDS et CASA et la mise en place de nouveaux services en ligne pour alléger les démarches administratives.

Avatar de Tatomo Ny Aina

Laisser un commentaire