Rapport : les tentatives visant à interdire les livres en 2023 dépassent de 20 % l’année précédente

Publié le

Rapport : les tentatives visant à interdire les livres en 2023 dépassent de 20 % l'année précédente

Les visant à interdire les livres et autres documents et de bibliothèque ont atteint leur plus haut niveau depuis que l'American Library Association (ALA) a commencé à enregistrer de tels incidents il y a plusieurs décennies, selon une analyse préliminaire de l'organisation.

Au cours des huit premiers mois de 2023, il y a eu 695 contestations de matériel dans les écoles primaires et secondaires et les bibliothèques universitaires à travers les États-Unis, a annoncé l'ALA dans un rapport préliminaire cette semaine. Ce nombre représente une augmentation de 20 % par rapport à la même période en 2022 et est en passe de dépasser le total de cette année-là, qui détient actuellement le record des livres contestés.

Rien qu'en 2023, environ 1 915 titres ont été visés par la censure dans le cadre de ces 695 défis. Si le rythme actuel se poursuit, plus de 2 570 titres seront confrontés à des défis d'ici fin 2023.

Le rapport préliminaire arrive juste avant la Semaine des livres interdits, qui a lieu chaque année la première semaine d'octobre. Cette semaine vise à mettre en lumière les tentatives historiques et actuelles visant à garder les documents hors de la portée des lecteurs.

« La plupart des défis concernaient des livres écrits par ou sur une personne de couleur ou un membre de la communauté LGBTQIA+ », a écrit l'ALA dans son rapport. Ces défis font partie d'une campagne d'extrême droite bien financée – orchestrée par des comités d'action politique, des groupes de parents et des membres des conseils scolaires à travers le pays – pour supprimer les informations sur le genre, la sexualité et la race dans les écoles sous couvert de « droits parentaux ».

Lire aussi  Les républicains d’extrême droite envisagent d’évincer McCarthy de son rôle de président

L'ALA a averti que les chiffres présentés dans le rapport ne sont « qu'un aperçu de la censure du livre tout au long de l'année », car certains défis peuvent ne pas être signalés par les médias.

« Les groupes ayant un agenda politique ont tourné leur croisade vers les bibliothèques publiques, l'incarnation même du Premier Amendement dans notre société », a déclaré Deborah Caldwell-Stone, directrice du Bureau pour la liberté intellectuelle de l'ALA. « Cela place la politique au-dessus du bien-être et de l'éducation des jeunes et du droit de chacun à accéder et à utiliser la bibliothèque publique. »

Caldwell-Stone a ajouté :

Ces attaques contre notre liberté de lire devraient inquiéter toute personne qui valorise la liberté et nos droits constitutionnels. Permettre à un groupe de personnes ou à n'importe quel individu, aussi puissant ou bruyant soit-il, de décider quels livres nous pouvons lire ou si des bibliothèques existent, c'est mettre tous nos droits et libertés en péril.

L'ALA définit la contestation d'un livre ou d'un autre matériel comme une « plainte écrite formelle déposée d'une bibliothèque ou d'une école demandant que les documents soient retirés en raison de leur contenu ou de leur pertinence ». De telles plaintes ont été déposées à travers le pays à un rythme imprévu ces dernières années.

Au cours des huit premiers mois de 2022, par exemple, seuls six États ont vu 100 œuvres ou plus faire l'objet de plaintes de la part de membres de la communauté, a noté l'ALA. En 2023, jusqu'à présent, 11 États ont vu 100 titres ou plus faire l'objet de plaintes, selon le rapport préliminaire de cette année.

Lire aussi  D'anciens membres du personnel dénoncent Fetterman pour son soutien à la guerre israélienne contre Gaza

Caldwell-Stone a dit The Associated Press qu'elle ne croit pas que les défis posés aux livres s'atténueront de si tôt.

« Je pense que cette tendance va se poursuivre, au moins aussi longtemps que ces groupes voudront s'attaquer à des catégories entières de livres », a-t-elle déclaré.

Avatar de Charles Briot