Plus de 140 éminentes universitaires féministes exigent le cessez-le-feu et la fin de l’occupation à Gaza

Publié le

Angela Davis delivers remarks onstage during the Busboys And Poets 7th Anniversary Special Event at Busboys And Poets Columbia on September 07, 2022 in Columbia, Maryland.

Près de 150 chercheurs en études féministes, queer et trans exigent la fin du génocide et de l'occupation israélienne à Gaza alors que l'armée israélienne commence une opération terrestre dans la région, intensifiant son siège déjà horrible.

Dans une lettre ouverte avec 147 signatures à ce jour, les universitaires déclarent qu'ils s'opposent à tout recours au pinkwashing, ou à la cooptation du mouvement des droits LGBTQ, ainsi qu'à l'emploi cynique par Israël d'un langage féministe pour dissimuler ou justifier ses atrocités militaires. Les universitaires affirment qu'ils s'opposent au génocide et au nettoyage ethnique de la Palestine et refusent de garder le silence, alors même que les étudiants de l'enseignement supérieur, les universitaires et autres professionnels perdent leur emploi et leurs opportunités d'emploi en raison de leur soutien à la Palestine.

« Nous ne garderons pas le silence lorsque les cloches du génocide sonneront. Le silence est complicité », peut-on lire dans la lettre.

La lettre a été signée par des personnalités éminentes comme Angela Davis et Zillah Eisenstein, et la liste des universitaires signataires ne cesse de s'allonger. Il a été rédigé par Tithi Bhattacharya, chercheur marxiste et professeur agrégé d'histoire à l'Université Purdue, avec deux co-auteurs.

Bhattacharya a déclaré que les auteurs de la lettre se sont sentis obligés de lancer cette lettre après avoir été témoins de la complicité des grands médias dans le génocide des Palestiniens par Israël – que la plupart des grands médias refusent de nommer comme tel.

« Un groupe d'universitaires féministes s'est réuni au lendemain du 7 octobre. Nous étions tous convaincus qu'il n'y avait aucune excuse pour les de guerre, peu importe qui les commet ou contre qui ils sont commis, et nous voulions appeler les universitaires à être cohérents dans leur approche. engagements politiques et intellectuels, en particulier des universitaires anticoloniaux et antiracistes », a déclaré Bhattacharya. Vérité.

Elle a poursuivi en disant que, même si elle et ses collègues auteurs de la lettre ont été réconfortés lorsque certains universitaires ont signé immédiatement, ils ont été déçus de voir d'autres hésiter ou refuser.

Lire aussi  Un enfant de 3 ans décède en route vers Chicago dans le cadre du programme de bus anti-migrants d'Abbott

« Pour cela, j'en rejette toute la responsabilité sur l'atmosphère répressive créée par les politiciens américains et les administrateurs universitaires. Les gens ont peur de s'exprimer parce qu'ils savent que cela peut signifier n'importe quoi, depuis des menaces de mort jusqu'au harcèlement physique et verbal jusqu'à la perte d'emploi », a déclaré Bhattacharya. « C'est pourquoi une déclaration collective comme celle-ci est importante. Nous voulons envoyer un message clair selon lequel nous sommes solidaires avec chaque personne qui a défilé, pris la parole et s'est organisée pour la liberté et l'égalité des Palestiniens.

Cette lettre fait partie des nombreux efforts lancés par les défenseurs de la solidarité palestinienne en réponse à l'assaut incessant d'Israël contre Gaza et à l'augmentation des raids en Cisjordanie occupée. Au cours du week-end, des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de villes américaines comme New York et Chicago, ainsi que de villes du monde entier comme Londres et Istanbul. Des centaines de personnes en Cisjordanie se sont même rassemblées à Hébron pour protester contre la violence israélienne à Gaza, confrontées à une surveillance généralisée et à la répression de l'armée israélienne pour leur expression de solidarité.

La lettre des chercheuses féministes est imprimée ci-dessous dans son intégralité, ainsi que les noms des 31 premiers signataires. Bhattacharya a déclaré que les créateurs de la lettre travaillent toujours pour recueillir les signatures d'autres chercheurs en études féministes, queer et trans, qui sont invités à remplir ce formulaire pour ajouter leurs noms.

Féministes pour une Palestine libre. Arrêtez le génocide. Mettre fin à l'occupation.

En tant que chercheurs en études féministes, queer et trans enracinés dans la praxis de justice sociale, nous refusons de garder le silence alors qu'un génocide est en cours à Gaza et qu'une guerre brutale est déclenchée pour nettoyer ethniquement la Palestine une fois de plus. Nous affirmons que :

• Nous sommes contre le colonialisme et le génocide, quel que soit le moment et le lieu où ils sont pratiqués.

• Nous sommes contre l'occupation militaire et le nettoyage ethnique, quel que soit le moment et le lieu où ils sont pratiqués.

• Nous sommes pour la libération et l'autodétermination des peuples colonisés, sans exception.

• Nous pensons que les peuples colonisés ont le droit de choisir leurs moyens de résistance, dans les limites du droit international, sans exception.

• Nous sommes contre l'apartheid, sans exception.

• Nous nous opposons aux crimes de guerre, sans exception.

• Nous refusons la pondération raciste de la vie humaine, sans exception. L'humanité n'est pas une hiérarchie.

• Nous refusons les pratiques, discours et incitations à la violence racistes, islamophobes, antisémites, sexistes, castistes et de classe, sans exception.

• Nous refusons le , la mutilation, l'enlèvement et l'emprisonnement d'enfants sans exception, et nous rappelons que la moitié de la population de la bande de Gaza, qui est en réalité une prison à ciel ouvert, est composée d'enfants.

• Nous refusons le recours au féminisme colonial et au pinkwashing pour justifier le génocide, sans exception.

• Nous refusons le recours au greenwashing pour dissimuler la destruction des terres, des arbres et des ressources en eau, sans exception.

Nous ne resterons pas silencieux lorsque sonneront les cloches du génocide. Le silence est complicité.

Nous refusons de participer à ce que les universitaires féministes palestiniennes appellent « Progressiste sauf pour la Palestine (PEP) ». Il est simple – pas compliqué – pour quiconque s'engage dans les études féministes et queer d'apposer son nom sur les déclarations ci-dessus. Intervenir dans les structures corporatistes, coloniales, cis hétéronormatives, hétérosexistes et racistes au sein de nos universités et dans le monde détermine notre (nos) domaine(s) universitaire(s).

Nous ne resterons pas silencieux que les universitaires et les étudiants qui s'expriment et agissent contre ce génocide se heurtent à un appareil profond et hautement financé qui réprime la liberté d'expression et de pensée. Rester silencieux amplifie la sécurisation et la punition de nos collègues noirs, bruns, palestiniens, arabes, juifs ou musulmans. Nous nous engageons à lutter contre le déni institutionnel de la liberté académique sur nos campus et contre toute tentative d'enquêter, de punir ou de licencier les individus qui appliquent le droit à la liberté d'expression.

Nous restons fermes dans nos engagements anticoloniaux et antiracistes, car nous pensons :

Aucun de nous n'est libre tant que nous ne sommes pas tous libres. La Palestine ne fait pas exception.

Mettez fin au siège. Mettre fin à l'occupation. Atterrissez.

Notre féminisme nous oblige à dire : Palestine libre !

Tithi Bhattacharya, Houria Bouteldja, Karma Chavez, Maria Cotera, Angela Davis, Lisa Duggan, Zillah Eisenstein, Nada Elia, Noura Erakat, Sara Farris, Roderick Ferguson, Inderpal Grewal, Yasmin Gunaratnam, J. Kēhaulani Kauanui, Robin DG Kelley, Inderpal Grewal , Yasmin Gunaratnam, Maya Mikdashi, Chandra Talpade Mohanty, Nadine Naber, Jasbir Puar, Barbara Ransby, Rahul Rao, Sherene Razzack, Beth Ritchie, Lynne Segal, Beverly-Guy Shuftal, Audra Simpson, Neferti XM Tadiar, Eve Tuck et Françoise Vergès.

Avatar de Charles Briot