Les victimes du séisme en Syrie ont désespérément besoin d’aide – et de la fin des sanctions américaines

Publié le

Les victimes du séisme en Syrie ont désespérément besoin d’aide – et de la fin des sanctions américaines

Le tremblement de terre dévastateur en Turquie et en Syrie a tué plus de 40 000 personnes, un chiffre qui, selon les Nations Unies, pourrait s’aggraver. La destruction est insondable.

Selon l’ONU, au moins 870 000 personnes en Turquie et en Syrie ont un besoin urgent de repas chauds. En Syrie, environ 5,3 millions de personnes ont besoin d’un abri. En Turquie, plus d’un million de personnes vivent dans des abris temporaires.

En tant qu’Américain d’origine syrienne dont la famille est originaire d’Alep, il a été douloureux pour moi de gérer les conséquences du tremblement de terre.

Cela ressemble à un nouveau coup de poing dans le ventre après les horreurs et l’angoisse que les Syriens ont déjà endurées au cours des années de guerre, de déplacement et de sanctions. Des trésors culturels historiques comme l’ancienne citadelle d’Alep, qui accueillait mes parents sur le chemin de l’école lorsqu’ils grandissaient, ont subi d’importants dégâts.

Des histoires déchirantes ont émergé en Turquie et en Syrie. Dans une image largement partagée, le photographe Adem Altan a commémoré l’angoisse d’un père alors qu’il était assis seul au milieu des décombres, tenant la main de sa fille décédée de 15 ans.

Les histoires de sauvetage ont également suscité des lueurs d’espoir au milieu d’un désespoir si profond. Les sauveteurs ont mis en sécurité une fillette de 10 ans après qu’elle soit restée coincée pendant 147 heures sous un bâtiment effondré. Un nouveau-né a été sauvé des décombres après que des proches l’ont retrouvé encore attaché par son cordon ombilical à sa mère, malheureusement décédée.

Ce tremblement de terre est la dernière crise au sein d’une crise plus vaste en Syrie, déjà fracturée par les secousses dues aux lignes de fracture politiques depuis plus d’une décennie maintenant. Plus de 300 000 personnes y ont été tuées depuis le début de la guerre en 2011.

Avant le tremblement de terre, environ 6,7 millions de personnes étaient déjà déplacées à l’intérieur du pays. Des millions d’autres personnes ont été appauvries par les sanctions américaines et européennes destinées à étrangler l’économie et à évincer le président syrien Bashar al-Assad.

Des sanctions américaines supplémentaires depuis 2020 ont ciblé des secteurs clés, notamment la Banque centrale, le pétrole, l’énergie et la construction. Ils ont également bloqué la nourriture, les médicaments, le matériel médical et d’autres produits de première nécessité.

Ces sanctions ont échoué. Au lieu de chasser Assad du pouvoir, ils ont puni collectivement des Syriens innocents. Quatre-vingt-dix pour cent des Syriens vivent désormais dans la pauvreté et 12 millions d’entre eux souffrent d’insécurité alimentaire. Alors que plus de la moitié des infrastructures syriennes ont été détruites ou gravement endommagées par la guerre, les sanctions ont rendu impossible la reconstruction et la reprise économique.

C’était la situation avant le tremblement de terre a frappé.

Quelques mois plus tôt, l’envoyée de l’ONU, Alena Douhan, avait appelé à la fin des sanctions : « J’appelle à la levée immédiate de toutes les sanctions unilatérales qui portent gravement atteinte aux droits de l’homme et empêchent tout effort de redressement rapide, de reconstruction et de reconstruction », a-t-elle déclaré. Sa recommandation est encore plus urgente aujourd’hui.

Dans un de facto En admettant que les sanctions nuisent aux civils, le Département du Trésor américain a récemment accepté d’ouvrir une fenêtre de 180 jours autorisant les transactions « liées aux efforts de secours après le tremblement de terre » en Syrie. Bien qu’il s’agisse d’une évolution bienvenue, il ne s’agit que d’un répit à court terme face aux conséquences catastrophiques de grande envergure de ces sanctions.

Pour les États-Unis, maintenir ces sanctions ratées tout en s’engageant à être « un partenaire du peuple syrien » est contradictoire et contre-productif.

Elles devraient être levées définitivement pour permettre aux Syriens de reprendre enfin leur souffle et de commencer à se reconstruire dignement après ces crises. Les États-Unis et la communauté internationale doivent également redoubler d’efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre, au lieu de la prolonger. La tragédie doit transcender les divisions politiques, et non les renforcer.

La Turquie et la Syrie sont toutes deux confrontées à un long chemin vers la reprise. Nous devons exprimer notre compassion et notre soutien aux victimes du tremblement de terre. Une aide internationale soutenue est nécessaire à la fois dans l’immédiat et à long terme.

Au-delà de l’aide, seule la fin de la guerre apportera un soulagement durable aux Syriens.

Avatar de Charles Briot