Les organisations médiatiques se réunissent pour promouvoir le journalisme pour une Palestine libre

Publié le

Two Palestinian men embrace among the rubble of their homes

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Le siège et le génocide israéliens à Gaza, soutenus par les États-Unis, entrent dans leur sixième mois. Les bombardements incessants d'Israël et les exécutions perpétrées par des tireurs d'élite et des soldats israéliens ont tué plus de 30 000 Palestiniens à Gaza, des milliers d'autres se décomposant sous les décombres et plus de 70 000 blessés. Des rapports d'agences et d'organisations à but non lucratif ont détaillé les nombreux crimes de guerre commis par l'armée israélienne, notamment les enlèvements, la torture et les violences sexuelles contre les Palestiniens. Plus de 2,3 millions de Palestiniens risquent de mourir de faim imposée par Israël, des bombardements aveugles, de la propagation des maladies et du froid en raison du ciblage et de la destruction systématique par Israël des , des sanctuaires, des maisons et des abris.

Alors que Gaza est assiégée, les colons américains financés par des organisations à but non lucratif et l'armée du gouvernement de l'apartheid en Cisjordanie occupée ont tué au moins 395 Palestiniens, dont 100 enfants, et ont poursuivi leur campagne de terreur, battant, enlevant, déplaçant et expulsant les Palestiniens de leurs terres ancestrales. maisons.

Mais cette campagne génocidaire n'a pas commencé le 7 octobre. Non, il s'agit de la continuation de plus de 75 ans de création d'États coloniaux européens et américains. Alors que les Palestiniens paient pour cette colonisation, cette occupation et cette propagande sionistes, les grands médias américains ont fait des heures supplémentaires pour convaincre les sources étatiques et militaires israéliennes de nier qu'un génocide est en train de se produire tout en le justifiant et en fabriquant un consentement à ce génocide. Même si le gouvernement israélien ne cache pas son d'éliminer Gaza pour l'extraction de ses ressources – et rêve de maisons de plage construites sur la base de massacres – certains médias institutionnels persistent à décrire le génocide comme un « conflit » avec deux « camps » également coupables.

Comme indiqué dans un article d'opinion pour Prisme, les grands médias américains se soustraient à leur devoir de rendre compte avec précision du génocide en cours à Gaza, car ils ont continuellement échoué à couvrir le système d'apartheid israélien, le nettoyage ethnique des Palestiniens et l'occupation illégale. En occultant le contexte historique précis de la et en ne respectant pas les normes journalistiques de base, les rédacteurs et les journalistes des médias grand public et traditionnels se rendent complices du génocide. De plus, comme Vérité Comme l'a noté le journal, des décennies de déni de l'humanité des Palestiniens par les grands médias ont contribué à créer les conditions qui ont rendu possible le génocide actuel, et le mythe dominant de « l'objectivité » a alimenté la réduction au silence des journalistes palestiniens.

Media Against Apartheid & Displacement (MAAD) est un pôle médiatique organisé en collaboration qui rassemble et présente des articles sur le génocide en cours à Gaza, l'apartheid israélien et l'occupation de la Palestine, la complicité américaine et les mouvements de résistance luttant pour la libération palestinienne d'un collectif croissant de différents organisations et plateformes médiatiques. MAAD est une réponse directe à un besoin vital : nous offrons un espace pour un journalisme centré sur les personnes les plus touchées par le colonialisme de peuplement, l'impérialisme, l'apartheid, le génocide, la violence sanctionnée par l'État, la surveillance et les déplacements. En nous appuyant sur une gamme de sources de journalisme de mouvement, nous orientons les lecteurs vers des reportages et des analyses précis, rigoureux, perspicaces et fondés sur des principes. Notre objectif n'est pas seulement de valoriser le travail journalistique qui dénonce l'injustice, mais également d'améliorer la couverture des mouvements puissants qui résistent au sionisme et à d'autres violences coloniales – et de créer des visions transformatrices pour un avenir libérateur.

Lire aussi  Voici pourquoi vous devez éviter de consommer de la salade iceberg ou sucrine

Reconnaissant qu'aucune organisation ne peut ou ne doit entreprendre seule ce projet, Vérité, En ces temps, Prisme, Mondoweiss, Coquin, La forge, Le vrai réseau d'information, Revue Convergence, Mener la non-violence, La fouille et Haymarket Books se sont réunis pour fournir une plateforme de travail journalistique qui s'oppose au maintien par les médias grand public de récits racistes, classistes, hétéropatriarcaux, transphobes et capacitistes. Nous rapportons directement en tant que, depuis et avec les peuples opprimés. Nous pensons que la libération vient de la base et que le journalisme peut être un outil pour y parvenir. Nous reconnaissons également que nous ne pouvons pas compter sur les grands médias pour créer un dossier historique précis et que les journalistes radicaux jouent un rôle clé dans la documentation des mouvements sociaux en cette période de lutte intensifiée.

Alors que nous avons travaillé individuellement dans nos médias respectifs pour mettre ces objectifs en action, l'escalade du génocide et du nettoyage ethnique des Palestiniens par Israël a créé le besoin d'une réponse accrue du journalisme de mouvement.

Le journalisme grand public, en tant qu'institution, a souvent fonctionné en contradiction avec les personnes marginalisées et a utilisé les mythes de neutralité et d'objectivité pour faciliter la répression des mouvements sociaux. Comme l'a dit Ramona Martinez dans une interview avec Lewis Wallace, « l'objectivité est l'idéologie du statu quo » : les organisations médiatiques dominantes sont créées pour perpétuer les oppressions et les violences structurelles existantes, y compris la colonisation et l'occupation sionistes de la Palestine. Ce fait rend d'autant plus nécessaire pour nous, en tant qu'organisations journalistiques axées sur la justice sociale, d'exprimer ouvertement notre engagement en faveur d'une Palestine libre et d'une libération collective – de le dire sans réserve et d'indiquer clairement que notre travail est pas neutre mais solidaire du mouvement.

Lire aussi  Alors que les villes résistent au logement abordable, ce refuge pour sans-abri a riposté et gagné

De plus, à l'heure où les algorithmes des réseaux sociaux suppriment activement les contenus liés à la Palestine – et où de nombreux organes de presse licencient ou ferment leurs portes – il est urgent pour nous, en tant qu'organisations de journalisme de mouvement, de nous rassembler et de valoriser le travail de chacun. . Ce n'est pas le moment d'atomiser – pas le moment de simplement rivaliser les uns avec les autres pour voir qui peut attirer davantage l'attention sur notre couverture palestinienne. Des vies sont en jeu, et il est temps pour nous de travailler collectivement pour produire, distribuer et partager un journalisme puissant qui peut révéler des vérités, changer l'opinion publique et mettre en lumière les mouvements qui apportent l'espoir en ces temps de désolation.

Les organisateurs nous exhortent : ne détournez pas le regard de la Palestine. En tant que journalistes, nous offrons MAAD au mouvement comme une ressource, une plateforme de documentation et un engagement à ce que les histoires d'atrocités génocidaires – et les luttes contre elles – soient racontées, partagées, amplifiées et jamais oubliées.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire